Actualités, Conflits, Etats-Unis, Europe/UE, Géopolitique, International

Les mensonges sur la guerre en Irak et en Libye hantent aujourd’hui la Syrie

301

Nicolas Dupont-Aignan

Député de l’Essonne, Président de Debout la France

Le Huffington – Le 15 avril 2018

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

Pour faire avaler aux citoyens l’idée de faire la guerre, on fait croire que les morts que nos interventions déclencheront seront justes alors que les morts des autres seraient abjectes.

L’abominable guerre de Syrie dure depuis maintenant sept ans. Des centaines de milliers d’innocents sont morts sur l’autel de jeux de pouvoir entre les principales puissances mondiales qui ont pris en otage ce pays et tout son peuple pour satisfaire de basses ambitions régionales et internationales.

 

Depuis le début de la guerre civile, le débat public se concentre sur la personne et le régime de Bachar El-Assad. Une erreur grave qui cherche à faire croire que la disparition d’un homme, y compris un dictateur, suffirait à mettre fin à une guerre civile. Les Français, comme tous les peuples informés et éduqués, ont le bon sens de ne pas croire à une telle ineptie et ne sont pas dupes des manipulations du pouvoir.

 

Les ombres qui entourent la gestion de la crise syrienne empêchent d’ailleurs tout débat démocratique objectif. Ainsi, toutes les personnalités qui s’opposent à l’ingérence des puissances étrangères en Syrie sans mandat de l’ONU sont systématiquement dénigrées alors que nous n’avons comme seule boussole la recherche de la paix et l’indépendance de la France. Contrairement aux « va-t’en guerre » qui sont toujours alignés, par volonté ou naïveté, sur l’agenda américain, je ne défends ni la Russie ni le régime d’Assad. D’ailleurs, j’ai condamné et je condamnerai toujours les agressions contre nos alliés kurdes commises par la Turquie avec l’assentiment des Russes. Gaulliste, je n’ai ni Dieu ni Maître autre que la France.

 

Visiblement, les dirigeants européens et américains n’ont tiré aucune leçon de toutes les catastrophes militaires et humanitaires que leurs interventions ont déclenchées et qui, il faut avoir le courage de le dire, sont encore pires que les régimes tyranniques qu’ils entendaient combattre. Que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi fussent des dictateurs ne faisait pas l’ombre d’un doute. Les tragédies de l’histoire avaient néanmoins mis en place leurs régimes pour des raisons propres à chacun de ces pays. De la même manière que les peuples des démocraties européennes ont un jour changé leur régime par leurs propres moyens quand les circonstances le permettaient, seuls les peuples aujourd’hui opprimés pourront trouver SEULS les moyens de leur liberté. Une intervention étrangère ouvre toujours une période de chaos meurtrier qui ne sert les intérêts que des puissances belligérantes sur les cadavres des innocents.

 

La moralité d’un régime politique ne dit rien des relations diplomatiques que nous devons entretenir avec les dirigeants de l’Arabie saoudite, le Qatar et des dizaines d’alliés de la France et des Etats-Unis sont aussi des dictateurs. Ces dictateurs font aussi leurs guerres avec les armes que nous leur vendons. L’Arabie Saoudite mène ainsi au Yémen une guerre qui ne respecte ni le droit international ni les droits de l’Homme. Or, non seulement Emmanuel Macron ne bouge pas le petit doigt pour sauver les enfants yéménites qui meurent sous les bombes saoudiennes mais il reçoit le prince héritier à Paris en grande pompe, à l’image de Bachar El-Assad reçu en 2012 par Nicolas Sarkozy.

Lire la suite sur https://www.huffingtonpost.fr

 

 

 

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.



@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!