Les militaires français sont-ils des sous-femmes pour nos politiques ?

Par CHRISTIAN VENARD – Le 03 mai 2021

Titre original : Armées vs Politiques : la rupture ?

Puisqu’il faut qu’encore et toujours « les politiques et les médias en tous genres » continuent d’alimenter cette polémique « à deux balles », je vais y aller de ma petite louche en partageant ce texte du Padre Christian Venard, homme de consensus s’il en est. Et qui rappelle quelques vérités qui ne feront pas plaisir à la tristement célèbre bien-pensance que j’abhorre. Et notamment celle-ci pour laquelle je pose la question :

« Les militaires français sont-ils des sous-femmes pour n’avoir obtenu le droit de vote qu’après elles ? ».

Les politiques, les journalistes, qui se sont violemment emparés de ce sujet considèrent-ils en fait les militaires comme des citoyens à part entière ? Il est vrai que les militaires n’ont obtenu, dans la grande démocratie française, le droit de vote qu’après les femmes… On oublie souvent de le rappeler… 

1 réflexion au sujet de « Les militaires français sont-ils des sous-femmes pour nos politiques ? »

  1. Devoir de réserve pour les militaires en activité ????

    Il me semble que dès 1934 un certain colonel d’active sortait de son devoir de réserve et écrivait un bouquin « vers l’armée de métier » regrattant que le militaires participaient peu aux débats de défense

    Les militaires retraités s’appuient sur leurs expériences opérationnelles.

    Le colonel De GAULLE sortant de son devoir de réserve n’a pas été écouté, par les politiques de l’époque, la France a été affaiblie.

    Ce n’est pas le seul

    -Le général Weygand, comparaissant devant la commission d’enquête parlementaire chargée d’analyser les évènements survenus en France de 1933 à 1945, affirmait :

    « l’une des grandes causes de notre défaite de 1940 est le manque de liaison qu’il y a eu entre nous, soldats et vous, hommes politiques ». Cet aveu n’est pas sans rappeler ce que disait le général de Gaulle quelques années auparavant : « Politiques et soldats ont à collaborer. Qu’ils n’en aient guère le goût, c’est affaire à leur sagesse de s’en accommoder, mais leur devoir est d’agir d’accord ».

    – Le général Lyautey dans le « rôle social de l’officier »

    ne voyait pas en quoi la neutralité politique légitimement imposée au militaire ès qualités l’empêcherait de s’exprimer sur des sujets de société loin de son horizon quotidien, mais proches de ses préoccupations citoyennes ?

    – Le maréchal Vauban s’adressant à son roi pour l’illustrer :

    « Sire, je ne puis à la fois vous plaire et vous servir ».

    La suite n’est qu’affaire de courage…

    Comme quoi le devoir de réserve est parfois un frein dans le discours politico- médiatique

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :