Les #Panama Papers sont un moyen de chantage idéal par Moon of Alabama

Par Comité Valmy, le 12 avril 2016


 

Tout ce qu’il ne fallait pas… dire sur les #PanamaPapers, vous le trouverez ici. Et c’est édifiant. J’ai comme l’impression qu’on tente, une fois de plus, de nous enfumer. Non, pas vous? //RO


 

Les #Panama Papers sont un moyen de chantage idéal

Une vraie fuite de données d’un cabinet d’avocats au Panama serait très intéressante. Beaucoup de gens riches et/ou des politiciens cachent de l’argent dans les sociétés fictives que ces firmes panaméennes fournissent. Mais les «  fuites » actuelles de données, diffusées, à grand renfort de publicité, par plusieurs empires de presse qui soutiennent l’OTAN et par une « Organisation non gouvernementale « financée par le gouvernement américain, ont simplement pour but inavouable de salir des personnalités que l’empire américain n’aime pas. Elles offrent aussi une belle opportunité d’en faire chanter d’autres en promettant de ne pas publier des informations en échange d’une faveur puis d’une autre.

Il y a déjà 16 mois, Ken Silverstein a publié un reportage sur Vice à propos de Mossak Fonseca, un gros fournisseur véreux de sociétés fictives du Panama. (L’Intercept de Pierre Omidyar, pour lequel Silverstein travaillait alors, avait refusé de publier le reportage.) Yves Smith a publié plusieurs longs articles sur le business du blanchiment d’argent de Mossak Fonseca. Silverstein a également redit une chose bien connue, à savoir que Rami Makhlouf, un riche cousin du président syrien Assad, avait de l’argent caché dans des sociétés fictives de Mossak Fonseca. Il a écrit :

Pour pouvoir fonctionner, les sociétés fictives comme Drex ont besoin d’un agent agréé, parfois un homme de loi, qui dépose les documents d’enregistrement nécessaires et dont le bureau sert habituellement d’adresse à la société fictive. Cela crée un intermédiaire entre la société fictive et son propriétaire, surtout si l’entreprise fictive est enregistrée dans un paradis fiscal où l’information sur la propriété est protégée par un mur impénétrable de lois et de règlements. Dans le cas de Makhlouf – et, comme je l’ai découvert, dans le cas aussi d’hommes d’affaires véreux et de gangsters du monde entier – l’organisation internationale qui a permis d’enregistrer sa compagnie fictive et de la protéger contre la surveillance internationale était un cabinet d’avocats appelé Mossack Fonseca, qui a fait office d’agent agréé de Drex du 4 juillet 2000 à la fin de 2011.

L’année dernière, quelqu’un a fourni des tonnes de données de Mossak Fonseca à un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung. Le quotidien munichois est politiquement au centre droit et résolument pro-OTAN. Il coopère avec le Guardian, la BBC, Le Monde, le Consortium international des journalistes d’investigation et d’autres organes de presse qui sont tous des partisans avérés de l’Establishment.

Le Sueddeutsche affirme que les données « fuitées » concernent quelques 214 000 sociétés fictives et 14 000 clients de Mossak Fonseca. Il y a sûrement beaucoup de boue cachée là-dedans. Combien de sénateurs des Etats-Unis sont impliqués dans ces sociétés ? Quels politiciens de l’Union européenne ? Quelles sont les grandes banques de Wall Street et les fonds spéculatifs qui se cachent au Panama ? Oh pardon. Le Sueddeutsche et ses partenaires ne répondront pas à ces questions. Voici comment ils « analysent » les données :

Les journalistes ont réuni des listes des politiciens importants, de criminels internationaux, d’athlètes professionnels bien connus, etc. Le traitement numérique a permis de rechercher ensuite si des noms de ces listes figuraient dans les fuites. La liste « scandale des dons au parti » contenait 130 noms, et la liste des sanctions de l’ONU plus de 600. En quelques minutes, le puissant algorithme de recherche a comparé les listes avec les 11,5 millions de documents.

Pour chaque nom trouvé, un processus de recherche détaillé a été lancé au moyen des questions suivantes : quel est le rôle de cette personne dans le réseau des entreprises ? D’où vient l’argent ? Où va-t-il ? La structure est-elle légale ?

En d’autres termes, le Sueddeutsche a pris des listes de criminels célèbres, de personnalités et d’organisations connues que les Etasuniens n’aiment pas et a vérifié s’ils étaient dans les données « fuitées ». Les résultats obtenus ont ensuite été évalués. Comme résultat, il y a l’éternel retour annuel de la compagne de diffamation contre le président russe Vladimir Poutine, qui n’est pas même mentionné dans les données de Mossak Fonseca, des accusations contre diverses personnes de la fédération de football de la FIFA, fort détestée des États-Unis, et la mention de quelques autres mécréants de moindre importance.

Il n’y a rien sur aucun Etasunien, rien du tout, ni sur aucun politicien important de l’OTAN. La « victime » le plus politique est bizarrement, à ce jour, le premier ministre de l’Islande, Sigmundur David Gunnlaugsson, qui, possédait avec sa femme, une des sociétés fictives. Il n’y a aucune preuve que la propriété ou que l’argent détenu par cette société soient illégaux. Alors, que faut-il déduire de tout ceci ?


Lire la suite sur http://www.comite-valmy.org


Il ne manque que vous sur notre page Facebook Le Colonel Actualités


 

Source et lien original : http://www.moonofalabama.org


 

Traduction : Dominique Muselet


 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Les #Panama Papers sont un moyen de chantage idéal par Moon of Alabama”

  1. Illuminatis a encore frappé (vous pouvez lui donner un autre nom, Samsonite, par exemple)… C’est assez logique comme stratégie. Ce qui explique aussi que les amerlocks passent en travers de ce filet de pêche à la traîne…
    Il est politiquement incorrect de donner du crédit à cette organisation, pourtant, tout ce qui se passe actuellement (islam, etc.), ne sont que des manipulations pour nous rendre minables et moutons.
    Ce qui explique aussi pourquoi tous nos gouvernants de l’Europe ne gouvernent rien.
    J’ai de grandes réserves sur Charles de Gaulle de par sa politique africaine, mais, lui, a eu les kouilles en virant les US après la Libération, asseoir notre indépendance en jouant à la puissance nucléaire. Il est vrai qu’il n’avait pas de moto, qu’il ne livrait pas de croissants et que ce n’était pas un gros bouffon. Il tenait les rênes du Pays qui était une Patrie, une et indivisible. Tout le monde fermait sa gueule et marchait dans un même sens.
    Aujourd’hui, nous ne savons plus que parler et critiquer en laissant aller sa jalousie, sa méchanceté et sa bêtise. Comme il y a autant d’arbitres de foutebol que de français, de même, il y a 60 millions d’hommes politiques qui refont le monde tous les jours. Et ils n’ont même plus l’excuse de l’alcool et du tabac, dans des bars enfumés pour justifier de leur connerie.
    En 2017, ce ne sera que le prolongement de notre déclin, tant que nous penserons MacDo en vénérant le véritable ennemi que sont Rothschild, Warburg, Rockefeller, Russel, Bundy, Onassis, Kennedy, Collins, Freeman, et j’en oublie.
    J’ai fréquenté une fille Rothschild et ai louvoyé sur ce terrain pourri…
    OUVRONS LES YEUX !!!
    Soyons enfin utiles.
    Et au Nom de Dieu, vive la Coloniale !

Les commentaires sont clos.