Les silences qui couvrent le bruit.

Publié par berdepas le 11 janvier 2014
Publié par berdepas le 11 janvier 2014

 

Nous vivons, depuis quelques semaines , dans une forme d’assourdissement provoqué par un bruit médiatique qui survient à un moment où l’attention des Français devrait être tournée vers les conséquences, encore difficilement mesurables du soit-disant « changement de cap » de leur inénarrable Président.

Illustration par l'auteur de l'article
Illustration par l’auteur de l’article

L’emballement quasi hystérique des médias dans « l’affaire Dieudonné », le vacarme provoqué par les réactions du « microcosme » découvrant les aberrations sémantiques d’un « Humoriste »atteint de « délire victimaire »obsessionnel et aveuglé par une forme irrationnelle d’antisémitisme, les coups de menton mussoliniens d’un Ministre de l’Intérieur qui a vu dans l’éclosion subite de cette vieille affaire, l’occasion d’affiner sa posture de leader couillu d’un Parti Socialiste en pleine décomposition idéologique, tout cela a  occulté un fait qui a une signification politique aussi évidente que préoccupante: le silence de Madame Taubira, Garde des Sots et Ministre de la Justice.

Et de quelle Justice !!! Une Justice que de nombreux juristes de renom, mettent en cause pour le caractère expéditif de ses décisons dont elle ne semble pas avoir correctement apprécié la portée sur le plan des Libertés individuelles…

http://www.lepoint.fr/societe/dieudonne-pourquoi-la-decision-du-conseil-d-etat-est-tres-contestable-11-01-2014-1779137_23.php

Car selon l’analyse de Roseline Letteron Professeur de Droit Public à la Sorbonne:

( je cite ) « le Conseil d’État s’est clairement soumis à la consigne de Manuel Valls qui lui demandait de statuer en référé le plus rapidement possible, afin d’interdire le spectacle de Dieudoné le soir même à Nantes. Il n’était pas obligé de le faire. Le Code de justice administrative prévoit que le juge des référés statue dans un délai de 48 heures. Il ne s’est écoulé que quelques heures entre la décision du tribunal administratif de Nantes et celle du Conseil d’État. Du jamais-vu ! À tel point qu’un des avocats de Dieudoné, Me Jacques Verdier, n’a pu faire le trajet entre Nantes et Paris.« ( Fin de citation ).

En outre, « l’affaire Dieudonné » ne date pas de la semaine dernière. Nous avons tous appris, y compris ceux qui comme moi ne connaissaient de ce personnage que le nom, qu’il était depuis longtemps dans le collimateur de la Justice: condamné à plusieurs reprises, récidiviste impénitent, débiteur de l’Etat pour les nombreuses amendes dont il ne s’est jamais acquitté….

Or l’exécution des peines prononcées lors de ses condamnations n’est pas du ressort du Ministre de l’Intérieur, mais bien de celui de madame Taubira, Ministre de la Justice.

Qu’est-ce qui explique l’inaction de cette femme qui nous a donné, dans de multiples circonstances, des preuves d’une détermination, qui pouvait aller jusqu’à la brutalité lorsqu’il s’agit de faire appliquer la Loi notamment lorsque celle-ci va dans le sens de ses convictions idéologiques ???

Et, par dessus tout, qu’est-ce qui explique son silence dans « l’affaire Dieudonné » ??? Serait-ce parce que cette affaire la place dans une situation de malaise ???

Car nul n’ignore aujourd’hui que les rancoeurs exprimées par Dieudoné à l’égard de « l’esclavagisme » sont partagées par Madame Taubira. Ces rancoeurs, elle les a exprimées dans un livre que j’avais commenté sur ce blog:

http://berdepas.wordpress.com/2013/01/30/taubira/

Certes Madame Taubira ne va pas jusqu’à associer les Juifs aux chapitres obscurs de  l’Histoire de France à l’époque esclavagiste.

Mais elle fait partie de ceux qui participent, en France à cette « concurrence victimaire »que se livrent entre elles, les différentes communautés qui vivent sous le « martyr » de notre drapeau….

Doit-on interpréter le silence médiatique de Madame Taubira comme une marque de solidarité communautaire dans le domaine de la victimisation des Noirs, ou tout simplement comme une signe d’embarras face à certaines gesticulations du personnage Dieudoné qui sont applaudies à la gauche de la Gauche ???

Et puisque nous sommes sur le thème du « silence », il est d’autres silences qui, dans le tumulte provoqué par les indiscrétions médiatiques concernant les frasques de notre Président Normal, sont tout à fait surprenants.

Car, au milieu du déferlement de considérations destinées à minimiser les conséquences politiques des élans amoureux de celui qui dans une anaphore désormais célèbre, assénait à son adversaire un « Moi, Président, j’aurai un comportement normal !!! »,… qui se soucie de l’humiliation publique que subit actuellement la « Première Dame de France », qui souffre en silence de voir une rivale lui ravir le coeur de l’être aimé, et pis encore risquer de revendiquer, avec la même légitimité qu’elle, une place dans le Protocole de la République ???

Dans un roman de gare, j’ai trouvé, par hasard, cette phrase qui en dit long sur le côté tragique de certains vaudevilles:

…… »Je pressentais que je te perdais et je ne voulais pas le croire »…..

Hollande restera dans l’Histoire, le Président frivole qui , non content d’avoir légitimé, par la Loi, « le Mariage pour tous », non content de vivre en « concubinage notoire » aura tenté de préparer , en silence, l’opinion à une légitimation prochaine de la « Polygamie » !!! Il aura réussi, ainsi, toujours en silence, à ébranler la famille traditionnelle, celle qui a constitué, depuis des siècles, l’un des fondements de notre société.

« Car, parfois le silence tue plus sûrement que les mots….. »

http://berdepas.wordpress.com/2014/01/11/les-silences-qui-couvrent-le-bruit/

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.