Lettre 15/05 – Défense : la fin des rustines

Le 16 mai 2015

Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)

drian-3073841-jpg_2689593_652x284

 

Que n’avons-nous pas lu ou entendu quand le président de la République a annoncé, le 29 avril, à la suite d’un Conseil de Défense, que 3,8 Mds € supplémentaires seraient alloués à la Défense entre 2016 et 2019 ! Certains commentateurs ont estimé que c’était un « cadeau fait aux armées » sans parler de ce journaliste expert du « secret défense » s’alimentant aux couloirs du ministère, qui a même parlé du retour aux « gros bataillons » ! La communication politique, qui devrait être d’abord pédagogique, devient intoxication grâce à quelques relais complices.

Point besoin pour Le Colonel 2.0 d’en dire plus, le ton est donné avec cette entrée en matière. Je vous invite à découvrir cet excellent billet de la rédaction de l’ASAF en suivant ce lien http://www.asafrance.fr/analyses/lettres-asaf/item/lettre-15-05-defense-la-fin-des-rustines.html

Le temps des rustines est terminé, surtout dans les fonctions régaliennes de l’Etat, d’autant que la vision à court terme et l’amateurisme de beaux parleurs sont mortifères. Voici venir le temps de la clairvoyance et de l’effort, du courage et de la persévérance.

 

Illustration Le Colonel 2.0 : 7 % du budget militaire 2015 ne sont pas financés.
lepoint.fr

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Lettre 15/05 – Défense : la fin des rustines”

  1. Depuis des dizaines d’années les bonnes paroles relatives au soin apporté dans la préparation opérationnelle des armées nous ont largement trompés. Alors méfiance car pour l’heure on ne sait pas très bien où seront ponctionnés les milliards d’euros nécessaires pour boucler le budget de la défense. Souvenons nous, à bord de l’unique porte-avions français, les présidents de la république ont été nombreux pour clamer haut et fort, la puissance de l’outil de défense que représente le porte-avions. Mais aucun président n’a eu le courage politique de décider la construction d’un second porte-avions. En 2017, le Charles de Gaulle sera indisponible pour 18 mois et le Groupe aéronavale sera donc cloué au sol pendant cette période. On a tout compris.

Les commentaires sont clos.