Lettre d’un élu de la République à l’avenir

Par Steevy Gustave,

Adjoint au maire de Brétigny-sur-Orge (Essonne)

Libération


Steevy Gustave – Creoleways


En toute franchise, j’ai eu quelques hésitations à publier cette lettre sur le blog Le Colonel car je n’en approuve pas le contenu de manière inconditionnelle. Il existe entre l’auteur de cette lettre et moi-même des divergences sur le fond de ce texte. Des divergences de vue que l’on retrouve, Steevy et moi, lorsque nous parlons de la politique au niveau national, car nous sommes en réalité amis. Steevy est un homme de gauche, je suis un homme de droite. Au niveau local, nous sommes sur la même longueur d’onde. Comme l’on dit, « nous avons des atomes crochus » car nous voulons le meilleur pour Brétigny-sur-Orge. Et ça fonctionne. Steevy est un enfant du pays, fils de militaire mort en service, et nous avons en commun ce sens des valeurs trop souvent absentes dans notre pays. A ce stade, je me suis posé en observateur de cette sordide affaire et je ne me suis pas exprimé sur le sujet afin de ne pas déchainer des tensions et des passions. Néanmoins, la justice doit suivre son cours et en aucun cas, il ne saurait être toléré que l’ordre républicain soit remis en cause par les extrémistes en tout genre. C’est aussi mon point de vue. //RO


Cher avenir,

Si aujourd’hui j’accours vers toi, ce n’est pas pour te parler de mon devenir mais plutôt de ceux qui ont le visage aussi sombre que leur futur. Tout n’est pas forcément noir mais combien de marches blanches faudra-t-il pour être entendu, et retrouver l’espoir ?

À LIRE AUSSI :  «Si on se tait, c’est toute notre société qui se salit», l’appel des artistes contre l’impunité des violences policières

Je sais que tu n’aimes pas revenir sur le passé alors ce soir, je ne te parlerai pas de Zyed, Bouna, Lamine, Mohamed, Bertrand, Malik, Jonathan… J’arrête là car la liste serait trop longue. Je ne te parlerai même pas, dans un passé bien récent, voire encore présent, d’Adama Traoré. Mais laisse-moi avoir quand même une pensée pour eux et leur famille.

Ce soir, je te parlerai de Théo, ce petit Théo au parcours sans histoires. Sans histoires jusqu’au jour où il a croisé quatre uniformes. Je sais que tu voudrais que je dise «policiers», mais ces monstres ne peuvent être associés aux forces de l’ordre qui nous protègent et sauvent des vies au péril des leurs. Non, ces agents du désordre sont bel et bien des brebis galeuses.

Est-ce une bavure, un fait divers de plus qui sera, lui aussi, classé sans suite  ? Je ne l’espère pas car ce soir-là c’est bien un acte abject envers un gamin qui a eu lieu. Hier, une question m’a traversé. Moi, le fils de militaire, pupille de la Nation qui ai toujours évité les partis pris et les amalgames de toute sorte, qui ai condamné sans distinctions toutes les barbaries (comme celles commises sur la police, de Magnanville à Viry), qu’aurais-je fait si des uniformes avaient touché mon fils  ? Aurais-je réagi avec la même dignité que la famille de Théo  ? La haine de ces uniformes qui auraient souillé, piétiné, maltraité ma République et mon sang n’aurait-elle pas pris le dessus  ? Parce que dans mon passé, l’uniforme représente le respect, la dignité humaine, le sacrifice, mais surtout il représente le «père», donc la protection de tous ses enfants sans aucune discrimination.

Pourquoi sont-ils encore dehors  ?

Les hommes ne naissent-ils pas égaux en droit  ? Dans ce pays des droits de l’homme, y a-t-il une justice pour les hommes à la peau sombre et une pour ceux qui portent l’uniforme  ? Ne devrait-elle pas être d’autant plus intraitable envers ceux qui, les premiers, devraient être exemplaires  ?

Aurait-on attendu la fin de l’enquête pour enfermer les présumés coupables si cela avait été quatre jeunes qui s’étaient rendus coupables des mêmes sévices envers un policier  ?

A LIRE AUSSI : Aulnay : «Théo fait bonne figure mais on ignore ce qu’il ressent»

Les réponses, je les connais depuis ma tendre enfance, moi le produit de ces quartiers populaires. J’ai grandi avec cette boule au ventre (souvent à tort) quand je croisais des uniformes. J’ai vécu les insultes, le tutoiement par une minorité de haineux à l’uniforme trop grand pour eux.

Mais encore une fois une minorité ne sera jamais une majorité. D’ailleurs, nous étions des milliers à pleurer Clarissa, Ahmed, Aurélie… morts pour que nous puissions vivre et avoir un avenir, ici en France.

J’ai apprécié de voir le Président à l’hôpital auprès de ce jeune Théo, mais la vraie question est  : qui était au chevet de nos banlieues malades depuis de si nombreuses années  ? Pourquoi n’a-t-on jamais pris au sérieux ce profond malaise qui gangrène progressivement notre vivre ensemble  ? 2005, ce n’étaient pas des «émeutes», comme les journalistes ou d’autres commentateurs ont essayé de ne nous le faire croire, mais bien un énième cri d’alerte.

Pourquoi les institutions n’ont-elles jamais entendu ce cri  ? Pourquoi les victimes de bavures ont-elles toujours les mêmes noms ou les mêmes visages  ? Pourquoi la majorité de ces bavures sont classées sans suite  ? Pourquoi  ?

J’ai entendu le compte rendu de l’IGPN, la «police des polices» qui a retenu «le caractère non intentionnel» du geste du policier. Non intentionnel  !? Sais-tu quand même qu’en 2015, une personne de Drancy avait subi le même sort et que des policiers avaient été placés en garde à vue pour viol en réunion. Les faits avaient finalement été requalifiés en violences aggravées.

Avant qu’il ne soit trop tard, voilà ce que l’on attend maintenant  !


Lire la suite sur http://www.liberation.fr


Lire aussi sur Le Parisien : Des personnalités signent la tribune d’un élu de l’Essonne contre les violences policières


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

9 thoughts to “Lettre d’un élu de la République à l’avenir”

  1. Bonjour,

    Vous le savez tous que les salopards, les menteurs dealers, n’attendent que ça pour justifier l’injustice de leur contrôle.

    # Zied et Bugna
    Les amis diront qu’ils ont refuser le contrôle pour éviter de se faire tabasser … alors qu’ils ont évité un contrôle car ils voulaient éviter une garde à vue, ils voulaient éviter que les parents soient au courant, ils voulaient éviter un juge pour enfant, ils voulaient éviter L’ORDRE ET LA JUSTICE. Et c’est tout.

    # Adam Traoré
    Le mec se met à courir pour éviter un contrôle. Les perdus diront que c’est qu’il voulait éviter le contrôle pour éviter de se faire tabasser … alors qu’il a évité un contrôle car il voulait évité une garde à vue, il voulait éviter que ses parents soient au courant, il voulait éviter un juge pas pour enfant cette fois, il voulait éviter L’ORDRE ET LA JUSTICE. Et c’est tout.

    Que ces jeunes gens soient décédè reste dramatique. Oui, je le pense sincèrement. Je ne suis pas de gauche ce qui ne m’empêche pas de rester un être humain qui a de la compassion pour autrui.

    Cependant, dois-t-on mentir aux français en leur expliquant que leurs réactions face à la police fût la meilleur ? Non car cela créé ensuite des précédents et aussi car cela légitime la non action de la police = la police ne doit plus faire la police.

    Pour rester en vie, ils auraient dû: s’arrêter et parler aux policiers. Point barre.
    Quand on fait une connerie, on l’assume.
    Sinon la connerie peut, parfois, se transformer en drame.
    C’est ça qui l’on aurait dû expliquer unanimement dans les médias.

    Et puis sinon, il n’y a plus de gourvernement en France. Enfin, un extraterrestre débarquant en France dirait que c’est le bordel mais organisé, il en concluerai que des personnes mal intentionnée organise le bordel afin d’affaiblir la France afin d’en créer une nouvelle, peut-être, il conviendrait alors que la France vit un coup d’état.

    Voilà, je crois que nous vivons un coup d’état mais lent. Actuellement, c’est mon sentiment.

    Mes questions sur l’hypothèse d’un coup d’état:
    1) Qui complotent pour la réalisation de ce coup d’état ?
    2) Quel est l’objectif de ce coup d’état ?
    3) Qu’elles puissances étrangères participent/financent ce coup d’état ?
    4) Qu’elle est l’objectif de ces puissances étrangères ?

    5) Si ce coup d’état échoue, quelles conséquences pour les français ?

    PS: quand, dans une vidéos des émeutes d’il y a 2 jours, je vois une personne sortir un pistolet … je me dis que ça pu la merde tout ça.

    Cordialement,
    Jean.

  2. je me demande comment théo, l’anus défoncé avec plaie peut rester demi allongé et non pas couché en chien de fusil alors qu’un simple kyste mal placé l’empêche..

  3. Je m’insurge totalement contre les propos de cette « lettre » qui n’hésitent pas à victimiser de manière systématique une bande d’individus très peu républicains et surtout ce Théo qu’on encense, et dont aucun juge n’ a déclaré à ce jour qu’il était victime de quoi que ce soit. Nous sommes dans une manipulation formelle, pour ne pas dire absolue, d’une « blessure » que nul ne détermine, hors un « certificat médical » couvert par le secret, sans contre-expertise, et des faits, eux filmés, qui prouvent qu’aucun acte intentionnel rapporté à l’accusation de viol avec violence n’a pu être commis. Pour tout dire, cette lettre est un procès d’intention abject contre la police républicaine, et l’ordre républicain, ajoutant à son fond merdique une forme tout autant méprisable dans l’utilisation d’un vocabulaire spécieux (le petit Théo, le gamin, monstres etc.) et celle d’une « histoire personnelle » dont on voudrait tirer à soi la gloire posthume. Ce discours est à gerber, et si l’amitié m’avait lié à cet individu, je me serais abstenu, n’ayant aucune obligation d’amplifier un message dont chaque phrase est une provocation, de me poser en citoyen « tolérant » comme en ami  » justifiant ». Ma fille, fonctionnaire de police, et qui tous les jours risque sa peau dans ces avatars de guerre civile, partage ici mon dégoût pour ce message, tout de parti pris et de bêtise, s’il ne se veut ce qu’il apparaît au premier chef: Une provocation, et rien d’autre.

  4. Cet article de Steevy Gustave , ex conseiller municipal ( DVG ) de Brétigny et qui a travaillé au cabinet de Christiane Taubira lorsqu’elle était ministre de la justice , comme la tribune anti-flic qu’il a publiée le 15 février dans Libération sont à vomir !

  5. Oui, je comprends que cette lettre ait pu créer quelques ressentiments à l’éditer… On sent bien l’homme de gauche qui écrit de la main droite… et « l’éditeur » de droite qui a son cœur à gauche.

    Mais de droite comme de gauche, finalement nos opinions convergent.

    Quant aux « flics ripoux », ils se sont pas des monstres, juste des chiens policiers qui peuvent avoir la dent dure. Ou des chiens de chasse, qui rapportent le gibier dans la gueule en ayant « serré » un peu trop; cela arrive aux meilleurs, ce coup de dent, ne serait-ce parce-que le gibier bougeait encore un peu ?…

    C’est la vie. Et il m’arrive de sodomiser mon Épouse par dérapage, inadvertance… Est-ce pour cela une victime… consentante ?… Après tout, c’est elle qui est venue dans le lit. Elle l’a bien cherché en tendant sa croupe.

    Théo, ah, ce Théo… Qu’est-ce que qu’il foutait là, sur ce terrain de chasse ?…

  6. Zyed et Bouna sont morts parce qu’ils ont crus pouvoir se cacher dans un poste de transformation électrique de 20 000V. En plus, s’ils n’ont pas vus les affiches que l’EDF avait « obligatoirement » placées sur les « portes d’accès » au site, c’est qu’ils ne « savaient pas lire ».
    De plus, ils ne pouvaient pas connaitre toutes la liste des habilitations électriques en B et en H nécessaire pour intervenir dans ce poste de transformation électrique, donc ils ont « crus » que se cacher dans un tel endroit était sans danger. Et leur « électrocution » n’est que le résultat de leur « manque de chance ».

  7. un conseil vivez ds ces banlieues, : déjà vous en aurez peut être un autre point de vue – maintenant que vivent les forces de l ordre qu elles prennent des coups : elles en ont toujours pris, non la réponse n est pas non plus ds les insultes qu elles subissent, mais dans le désaveu continuel de tous les gouvernements successifs depuis plus de quarante ans
    Le moral c est bien la leur gros problème – tout comme celui des autres fonctionnaires infirmières et autres, qui encaissent cette injustice ,que vit également le peuple ,,déclanchée par cette secte qui dirige notre pays depuis la révolution genocidaire au service d une puissance étrangère – les citoyens, car ces manifestants les sont, sont devenus ce que la Ripoublique a essayer de faire d eux car elle n y est pas arrivée entièrement non ils ne sont pas devenus « transgenre » au contraire, malgré les efforts et le gâchis de l éducation nationale

Les commentaires sont clos.