Lettre d’un petit de Provence aux élites parisiennes

Par Philippe Bonnet, Officier en retraite, le 23 juin 2015

Boulevard Voltaire

Il en faudrait beaucoup de « petits de Provence » et d’ailleurs, et ce n’est pas encore gagné. La règle qui prévaut désormais est la suivante : « vos gueules, là-dedans! circulez, y a rien à voir… « . On peut aussi ajouter « je veux voir qu’une tête… ». Les pseudos-élites assoiffées de demeurer au pouvoir sans contestation. Triste réalité. //RO

silence-censure-1456x648

 

 

La pensée unique et asservissante du pouvoir commence à être ébranlée. Aux déclarations de politiques et de footballeurs et d’amuseurs publics sont opposées les réflexions d’inconnus du public, bardés de diplômes mais faisant référence dans leur domaine professionnel ou de connaissance. Ces réflexions sont d’autant plus gênantes qu’elles rejoignent les idées des sans-dents et le bon sens et la logique de nos descendants de Gaulois et bien d’autres.

Quelques exemples de débats ?

Reconnaître les enfants nés à l’étranger sous GPA au titre du droit à l’enfant. Quel est le droit à l’enfant, celui d’en posséder un ? Enfant né à l’étranger d’une mère porteuse salariée ? Pas de droit du sol mais complicité d’esclavagisme et de proxénétisme. Où sont le droit de la femme et le respect du droit de l’enfant ?

Faire repentance de notre histoire ? Difficile de comprendre pour un Provençal, dont les ancêtres ont subi les pirates barbaresques musulmans et ont été vendus du VIe siècle jusqu’en 1830, qu’au titre de la repentance de la colonisation il doive accepter de voir sa Provence transformée par de nouveaux venus qui affichent leur différence au point de métamorphoser nos marchés provençaux où la quantité de personnes voilées est sans commune mesure supérieure à celle que l’on peut rencontrer en Égypte, en Tunisie, en Turquie ou en Irak. Hors des heures glorieuses de l’épopée nationale, les souffrances aussi ont été fondatrices et ont amené tout un peuple à se proclamer provencal et catholique et français.

Accueillir des migrants musulmans par milliers tout en déroulant un tapis rouge aux pays musulmans qui ne font que souffler sur les braises de l’islamisme ?

Pseudo-intellectuels et sans-dents se comprennent et mettent en danger une République malade de son évolution sociétale, sous les poussées fébriles des lobbies de toute sorte qui accélèrent la fin par l’absurde face à la logique.

Alors, nos politiques passent une étape qui confine au ridicule. La propagande de la pensée unique ne suffisant plus, il faut faire de la République une déesse outragée par le blasphème.

Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

 

 

 

Published by

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.