Lettre ouverte à celles et ceux qui sautent sur tout prétexte pour attaquer les musulmans de France

Le 27/07/2015, Le Huffington Post

Ces gens là (les socialistes) sont des pyromanes. Au lieu de chercher à apaiser les tensions et les passions qu’ils ont créées, il faut qu’ils l’ouvrent en jetant de l’huile sur le feu. Comme d’habitude, c’est pitoyable. //RO

 islam-drapeautricolore3

 

Médias, partis politiques, institutions, associations, comment un banal fait divers à Reims a pu susciter un tsunami des réactions, fortement relayé par les réseaux d’extrême droite, mais pas seulement ?

Une journée banale fin juillet. Il fait chaud. Le temps parfait pour bronzer en mini short et haut de maillot de bain. Dans un parc public. A Reims. Passent d’autres jeunes filles. Une altercation, des insultes, des coups. La banalité du quotidien. Jusqu’à ce que…

Tout part d’un article trop vite – et mal – rédigé par un quotidien local. On y parle de « relents de police religieuse », ce qui suffit à faire réagir le maire LR local, Arnaud Robinet : pas de ça sur notre « territoire ». Le Figaro relaie: « Une jeune fille tabassée pour avoir bronzé en maillot de bain… ». Le fait-divers commence à gonfler : SOS racisme retweete le maire de Reims, partage l’article de L’Union qui devient viral, prend position : « Nous refusons une morale de l’oppression qui réduit nos libertés ». Un appel à manifester est lancé. On sonne le tocsin, la liberté est en danger. Le piège se referme.

L’indignation sur les réseaux sociaux est réelle. Le hashtag lancé par SOS racisme est dans les trendtopics. Et le fait divers local devient une actualité nationale avec le relai de quelques médias (les articles en ligne étant illustrés avec des photos de jeunes femmes en bikini pour générer des clics). Des responsables politiques, majoritairement de droite et d’extrême-droite, mais de gauche aussi, s’en mêlent.

Cette banalité transformée, amplifiée, déformée, devient une preuve irréfutable de l’invasion des intégristes musulmans voulant remettre en cause « notre mode de vie », alors même que la question religieuse se révèlera absente de l’affaire initiale. L’extrême-droite, coutumière du détournement de faits divers, est en première ligne avec Florian Philippot qui suggère à celles qui auraient « lynché une jeune fille vivant à la française » de se rendre auprès du roi d’Arabie Saoudite : pas de ça chez nous. Pour Stéphane Ravier, maire d’arrondissement FN de Marseille, la « charia en bas d’chez soi, c’est maintenant ! ».

Mais l’indignation politicienne ne se cantonne pas au FN. Pour Eric Ciotti: « on veut nous imposer un mode de vie qui n’est pas le nôtre », pour Lydia Guirous, porte-parole de LR, il s’agit d’une « illustration de plus de la radicalisation religieuse ». L’emballement médiatique atteint des sommets : même des sites journalistiques reconnus sont contaminés. Pire, au niveau de l’Etat, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme dont on découvre l’existence fustige le manque de réactions des « habituels défenseurs de la liberté vestimentaire », validant la thèse d’une agression délibérée.

 

Lire la suite sur http://www.huffingtonpost.fr

Illustration Le Colonel 2.0 : Il est indiscutable qu’il vaut mieux ces temps-ci être musulman en France …
delitsdopinion.com

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “Lettre ouverte à celles et ceux qui sautent sur tout prétexte pour attaquer les musulmans de France”

  1. 1ère remarque: les musulmans français, ne sont pas les « musulmans de France »! Que les socialistes et autres membres de la droite molle cessent d’employer ce terme qui signifie les musulmans qui sont en France, c’est à dire également les musulmans étrangers…
    Hors, si normalement certains de nos concitoyens ont parfaitement le droit d’être musulmans, musulmans français, ils ont d’abord le devoir d’être français, c’est à dire respectueux de nos lois, de notre culture, de notre histoire, de nos mœurs… Et pourquoi pas? D’aimer ce pays. C’est bien souvent, et pour une grande majorité d’entre eux, bien que trop silencieuse, ce qui se passe. Pour un certains nombres, qui bien qu’ayant acquis notre nationalité à la naissance et sans mal, se considèrent plus comme Algériens, Marocains, Afghans, ou autres, qu’ils retournent dans leur pays, nous ne les regretterons pas, puisqu’ils refusent d’être d’abord français, respectueux de la laïcité, de nos valeurs… Cet argument d’ailleurs pourrait être utilement utilisé contre certains Français, dont visiblement ces députés qui ne savent visiblement pas ce que c’est qu’être fiers de leur pays, et d’être prêts à le défendre…
    2ème remarque: pour des élus français vivant dans de beaux quartiers, quoi de plus naturel que de vouloir défendre ces pôvres musulmans stigmatisés et donc agressés. Sauf que, élus du peuple, et tenant leur mandat de leurs électeurs, c’est à dire des Français, ils devraient d’abord se soucier de leur sort. Et leur sort quel est-il? Obligés de supporter sans mot dire, des atteintes permanentes à la laïcité (élus qui vont rompre le jeûne, fête de l’Aïd organisée à leur frais par la Mairie de Paris, interdiction des crèches ou des calvaires et statues religieuses dans l’espace publique, mosquées construites grâce à des financements publics, etc., …), à leur mœurs (port du niquab dans la rue, interdiction des jupes et maillots de bains pour les femmes, etc., …), interdiction de rester dans leur logement dont la localisation s’est finalement révélée être située petit à petit en plein milieu d’une zone de non-droit (Roubaix) colonisée par des « chances pour la France… Eux, Français de longue date, n’ont droit à aucune excuse, aucun passe-droit, aucune priorité, qu’il s’agisse de droit au logement, ou de prestations sociales… Et personne ne les écoute.
    Alors je pense que ces élus devraient d’abord s’occuper de leurs concitoyens respectueux des lois de la République, et s’inspirer de leur amour de la France, avant de défendre ceux qui veulent nous imposer des traditions étrangères et leurs habitudes de vie.

  2. On essaie de nous faire croire qu’il n’y avait aucun motif religieux dans cette agression et que la faute est partagée entre celle qui a interpellé et celle qui lui a répondu.
    Pourtant, le site facebook de la principale coupable est parlant.
    Mais bon. Si ce n’est pas religieux, qu’est-ce que c’est? Culturel? Ethnique? Serait-ce moins grave pour autant?

Les commentaires sont clos.