Lettre ouverte à la Gendarmerie nationale

Par Régis Ollivier – Lieutenant-colonel (ER) – Le 25 avril 2020

La Gendarmerie nationale est une des plus anciennes institutions françaises. Elle est l’héritière de la Maréchaussée, corps de militaires chargé de la police et de la justice aux armées depuis le Moyen Âge, qui est progressivement devenu une force de police compétente pour l’ensemble de la population sur la quasi-totalité du territoire français. Elle conserve des attributions de justice extraordinaire (dite « prévôtale ») jusqu’à la Révolution. Source Wikipédia

De la Maréchaussée il ne reste rien. Mais que reste-t-il de la Gendarmerie nationale depuis qu’en 2009 elle est passée par la grâce de Nicolas Sarkozy sous le joug quasi-total du ministère de l’Intérieur et surtout après le passage à la tête de ce ministère de Manuel Valls et de Philippe Castaner. Je vous ferai grâce de mon opinion sur lequel est le moins pire des deux.

Mais venons-en à l’objet de ma lettre ouverte que vous lirez certainement car vous avez le temps.

Il me revient chaque jour davantage et ce depuis le début de la mise en place du confinement pour tous et de l’instauration d’un sauf-conduit appelé « Attestation de Déplacement Dérogatoire ADD » des dérives, des dérapages, disons des excès de zèle émanant le plus souvent des membres de la Gendarmerie nationale en ce qui concerne les verbalisations où chacun des représentants de la loi y va de sa petite interprétation des textes du décret. Et les PV s’accumulent bien souvent sur les têtes grises de nos grands anciens sans défense. C’est tellement facile. Tellement plus facile que d’aller verbaliser les racailles des banlieues qui vous narguent lors de rodéos nocturnes sur lesquels vous n’osez pas intervenir. J’ai les vidéos.

Tellement plus facile de vous en prendre à nos chères têtes grises qui semblent ne vous inspirer que mépris et jouissance intime.

Mais quelle mouche vous a piqués mesdames et messieurs de la Gendarmerie nationale. Que s’est-il passé pour que vous soyez aussi méprisants envers nos seniors. Nos parents et sans doute vos parents et ceux de vos voisins et amis. Et s’il n’y avait que les seniors…

Mais enfin, ressaisissez-vous! Vous n’éprouvez donc aucune honte, aucun malaise à vous comporter de la sorte ? Vous rentrez le soir chez vous tranquilou. Sans aucun remord. L’impression du travail bien fait. Vous embrassez femme et enfants et vous vous endormez tout aussi tranquilou.

Nous sommes bien loin de la grande Gendarmerie nationale de proximité.

Et vous ne craignez pas de vous couper de cette proximité en migrant de plus en plus vers une police politique, dernier rempart d’une dictature qui ne dit pas son nom.

Alors, si tel devait être le cas, n’hésitez pas un seul instant. Vous serez en effet beaucoup mieux chez vos frères et soeurs du ministère de l’Intérieur.

On me dit souvent de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Certes! Je veux bien le croire mais le dit panier commence à se remplir dangereusement. Et je pense qu’il est temps que vous procédiez au nettoyage des écuries d’Augias. Vous y regagnerez en crédibilité et en estime.

Régis Ollivier

24 réflexions au sujet de “Lettre ouverte à la Gendarmerie nationale”

  1. Vous parlez de la gendarmerie, mais les excès de zèle de trop de policier.e.s de la Police Nationale sont encore pire! Comme si leur but c’était de créer des problèmes des histoires qui n’ont pas lieu d’être et d’exister ! DONC en gros qui ont des comportements aussi bêtes et méchants que ceux des « racailles » dont soit disant ils sont contre !

  2. Mon colonel, retraité, je le suis également, j’ai la chance d’être connu et reconnu dans mon secteur de retraite et les camarades d’active lèvent encore la main lorsqu’on se croise. Je veux juste rappeler que si la politique a pris le pas sur l’Etat en ce qui concerne le commandement militaire, ces politiciens de tous bord n’ont pas rencontré de difficultés majeures ni de réticences des militaires de la gendarmerie. J’ai connu, bien connu l’époque où le gendarme dans le sens large du terme, tous grades confondus, voulait quitter les logements de l’Institution pour aller vivre dans leur résidence respective. De nombreux militaires de la gendarmerie se sont retrpouvés dans la position du célibataire géographique. Vivre sans sa famille, attendre avec impatience le vendredi soir pour les uns et les jours de repos et de permission pour partir au plus vite retrouver les siens. Plus aucun contact avec la population de son lieu de travail, plus aucune proximité. En outre, vous n’êtes pas sans savoir que les « gradés » avaient droits à un logement de fonction réservé dont la capacités de celui-ci était prorportionnée à la composition familiale. Etant seul, ce logement de fonction à titre gratuit certes posé question sur les dépenses de chauffage, entretien et sur la taxe d’habitation. A partir de là, il a été décidé que les logements de fonction pouvaient si, l’occupant à titre gratuit le souhaitait, le faire déclassé pour résider dans un beaucoup plus petit pour avoir moins de charge à payer. Les mutations dans l’intérêt du service ont été oublis. Vous savez bien que certains militaires, souvent les mêmes, étaient promus sans mutation. Les unités commandées par des sous-officiers sont aujourd’hui ommandées par des officiers. De même dans certaines unités, il y avait plus de gradés que de gendarmes au point que j’ai eu à connaître des adjudants prendre l’accueil voire l’entretien des véhicules. Après le service, de plus en plus de « militaires » de la gendarmerie rentrent chez eux  » en civil  » reviennent en « civil » notamment l’ensemble des personnels qui sont logés à l’extérieur de la caserne. En bref, le politique a voulu « civiliser » la gendarmerie nationale mais elle n’a pas eu de difficultés. Dans son ensemble, tout le monde pensait y trouver du mieux. Aujourd’hui quelques nostalgiques, souvent têtes blanches, ou crânes lisses, s’offusquent mais ne pensez-vous pas que nous, les militaires de l’Arme, sommes aussi responsables. Nos jeunes sont représentants de la loi le temps de leurs missions, puis ils sont des citoyens qui ne demandent qu’à oublier les contraintes de cette société « vérolée ». Le statut 24/24 c’est terminé, dire être gendarme n’est plus honorable, ils exercent une fonction d’état.

  3. Mb,
    Il a tout à fait raison.est ce que vous saviez que depuis des lustres la gendarmerie qui est sur statut de sci(renseignement insee consultable sans problème )n a en fait pas le droit de verbaliser et d arrêter ah mince alors!! On nous aurait menti encore.
    Vite vite une refonte totale du système et de ces lascars!!

  4. Bonjour, votre commentaire, comme tous les autres par ailleurs, est bienvenu. j’irai droit au but car je n’ai pas le temps de perdre du temps. On ne peut pas être et avoir été. Donc l’honneur, à 68 ans, je n’en ai rien à cirer. Surtout si l’honneur c’est fermer sa gueule. Les gendarmes (une espèce en voie de disparition) restent des frères d’armes, à ce stade. Bien à vous

  5. Bonjour, disposez de chiffres qui vous permettent d’étayer vos allégations. Les quelques récits que vous avez pu récolter au gré de vos sorties autorisées d’une heure ne peuvent constituer une généralité formelle. Cette manière de procéder s’apparente fortement à celle utilisée par certaines entités qui par ce biais : sèment le doute, orientent les foules, discréditent des institutions ou des individus, par le seul fait de manier les mots. Quand de surcroît, vous publiez ce texte sous couvert de vos précédentes fonctions ( que je respecte ), vous n’êtes pas sans savoir que vous dégagez une certaine légitimité auprès du quidam, qui recrachera sans discernement ces informations sans fondement.
    Ce procédé ne fait, à mon sens, pas honneur à votre rang.
    Cordialement

  6. Merci. Il nous faut parfois sortir de notre retraite. C’est pour nous mais aussi pour nos enfants et petits-enfants. Cordialement

  7. Je reconnais plus ni la police, ni la gendarmerie des milices aux services d’un gouvernement corrompu,

  8. Je ne suis plus une tête grise car mes cheveux ont disparu…………………..! Mais, comme le font remarquer certains intervenants,il fut un temps ou, les gendarmes étaient respectés car ………..RESPECTABLES …………..oui je le dis bien ,moi, contribuable et verbalisable à souhait , les gendarmes de nos jours ne sont pas respectés car ,irrespectueux de leur fonction première ……………La question est toujours la même ,un soldat peut-il refuser d’obéir à un ordre donné ….? La réponse est non ! Mais , car il y a un mais,il peut choisir dans un éventail de possibilités diverses ,à son gout et sa son bon gré ,je dirais même avec son intelligence ,sa jugeotte ou ses sentiments personnels ! Deux de mes amis ,gendarmes motorisés , ont quitté leur fonction pour se reconvertir ……………..trop de pression pour augmenter le CHIFFRE…………………ça veut tout dire ………….! On pourrait débattre des heures sur le sujet……………………..Merci à ce haut gradé de nous éclairer sur l’état de notre…………
    état ……………!

  9. Comment les personnes verbalisées pourraient t’elles savoir d’où leur provient l’information pour pouvoir porter plainte?
    Et à la mairie, s’ils ont la présence d’esprit de penser à ça, auront t’il la volonté de s’opposer à la demande de gendarmerie ? Il y trop de théorique et pas assez de respect réel des droits et des lois. Ils pourront agir en toute impunité.

  10. Mon Colonel vous êtes comme moi depuis le 16 Mars 2016 depuis que le Général N°3 de la gendarmerie Monsieur Soubelet est auditionné par la mission parlementaire sur la lutte contre l’insécurité.Le Général Soubelet affirme publiquement « 65% des cambrioleurs interpellés en Novembre dans notre département des bouches du Rhône sont à nouveau dans la nature continuent leur activité .Comment voulez vous dans ce contexte que les chiffres de la délinquance baissent.C’est tout à fait impossible et vous pouvez multiplier par deux les effectifs de la gendarmerie,ça ne changerait rien et même par trois « Ce pourri de Valls ministre de l’intérieur pique un coup de sang et demande au N°1 Dénis Favier 5 étoiles,sûrement un lèche bottes,demande au Général Soubelet de quitter le corps militaire pour un poste d’inspeteur Général de l’administration.Pire que la honte:le déshonneur.Cette saloperie de Valls,un bon a rien se permet de dissoudre un Général de Gendarmerie et vous Messieurs de la Gendarmerie vous n’avez rien fait.Je suis heureux de voir que dans la Gendarmerie il y un colonel qui va peut être réveiller les GENDARMES DE FRANCE !!!

  11. Entièrement d’accord… !! Sud le passage où sur les frères et soeurs du ministère de l’intérieur… Pourquoi tant de mépris vis à vis d’eux…!???
    Alors que sur le terrain tout se passe très bien entre eux… Il serait grand temps d’arrêter d’alimenter cette guéguerre entre police et gendarmerie….

  12. Bonjour à tous les lecteurs et au Colonel (ER) Régis Ollivier. Je rejoins vos propos et aujourd’hui je ne reconnais plus du tout la belle gendarmerie proche des citoyens que j’ai eu l’honneur de servir pendant 34 ans – 34 années de bons et loyaux services dans l’honneur. Il y a une charte des gendarmes je crois que certains devraient la reprendre en guise de livre de chevet. Quelque soit les circonstances expliquées par » la hiérarchie gendarmerie » pour se dédouaner de cette petite affaire d’avoir verbalisé cette dame malade et âgée.. c’est honteux – Mais bon aujourd’hui aucun officier ne reprochera à un gendarme d’avoir suivi les ordres donnés – La question que l’on doit se poser c’est juste de savoir comment ils ont été donnés et quels en sont les limites –
    J’ai eu connaissance il y a peu de temps que les gendarmes demandaient dans les mairies le fichier des résidences secondaires pour trouver avec plus de facilité les résidents qui y sont confinés illégalement à leur sens – Attention, messieurs la CNIL veille sur ce sujet et l’usage détourné d’informations provenant de fichiers informatiques est répréhensible.
    Tout d’abord, il ressort que cette demande pourrait sembler légale uniquement dans le cadre d’une procédure pénale (dans le cadre d’instructions du parquet, sur réquisition judiciaire) bien que cette possibilité paraisse peu probable.
    Ensuite, je vous rappelle que les données à caractère personnel collectées et traitées doivent être adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire au regard du but poursuivi par le fichier. Elles ne peuvent être utilisées que pour des finalités déterminées (article 5 du Règlement général sur la protection des données – RGPD). Les données ne peuvent donc être utilisées que dans le cadre de la finalité pour laquelle le fichier a été crée initialement.
    Si cette demande n’entre pas dans le cadre précis d’une procédure pénale, l’utilisation des données issues de ce fichier dans le but d’établir des contraventions pourrait donc constituer un détournement de finalité au sens de l’article 5 du RGPD. A ce titre, une plainte pourrait être instruite par la Cnil.
    A bon entendeur..

  13. Dans ma jeunesse, il y a trente ans, officier de carrière, je considérais les gendarmes comme des frères d’armes.
    Ensuite, Sarkozy a pris la décision criminelle d’en faire des simples flics, aux ordres du pouvoir. Premier pas vers l’avilissement et le déshonneur.
    Aujourd’hui, les gendarmes territoraux devraient être rattachés à Bercy tout autant qu’à la Place Beauveau. Ils ne sont guère jugés que sur leur capacité à faire rentrer des PV. Juste des gabelous… Prenez garde. percepteurs en uniforme, pourchasseurs des faibles, des vieux et des contribuables honnêtes, garde-chiourmes de la ruralité, aussi acharnés à verbaliser l’automobiliste qu’inefficaces à trouver les voleurs de moutons et de récoltes dans les exploitations agricoles.
    Prenez garde, les mobiles, éborgneurs de citoyens français. nervis d’un pouvoir tyrannique.
    Lorsque l’occupation étrangère cessera (celle de Macron aux ordres de l’Allemagne de Merkel et de l’ordo-libéralisme européiste), il y aura, du moins je le souhaite, une épuration sévère de la Gendarmerie comme de la magistrature et de la haute administration.

  14. Mieux que personne je comprends la sensibilité de cette lettre et je partage bien entendu cette supplique. Après 38 ans de service à différents postes, je me suis toujours évertué, comme la plus part de mes camarades de même génération, à privilégier le contact et à rechercher la confiance de la population et des élus. C’est l’intérêt de la profession et l’essence même de la mission de renseignement de la Gendarmerie. La mise pour emploi direct de la Gendarmerie, malgré son statut militaire, sous l’autorité du ministère de l’intérieur , a été une énorme erreur sous la mandature du président Sarkozy. La Gendarmerie républicaine avait toute latitude pour appliquer les lois et règlements avec discernement et intelligence sans pour autant subir la pression d’une autorité civile hiérarchisée qui à chaque échelon apprécie et note l’efficience des différents responsables de l’Arme. La Gendarmerie, cette Institution remarquable de part sa culture, son sens de la modernisation et la force de son ancrage dans tous les territoires de la métropole ou d’outre-mer, a des atouts incomparables mais elle a perdu son âme. Lorsque vous avez deux grands services de l’état qui assument les mêmes missions, le fait de mutualiser l’ensemble conduit forcément pour les uns et les autres à regarder le contenu de l’assiette du voisin. La dualité avait sa logique : l’efficacité amie de deux cultures différentes. Bien entendu je ne m’aligne pas dans le cours de l’histoire mais je crains qu’à moyen terme, la Gendarmerie perde l’essentiel de son originalité, et toutes les réflexions actuelles qui condamnent la trop grande rigueur d’une administration militaire qui avait le flot sentimental de la majorité des français, s’expliquent évidemment en partie, par la perte d’autonomie d’une Arme admirée dans beaucoup de pays étrangers.

  15. Une belle lettre et si juste!
    N’oubliez pas Messieurs les Gendarmes ( avec tout le respect que j’ai pour vous ) que vous êtes des Hommes d’Honneur ( comme tous militaires ) que vous obéissiez aux ordres , cela est normal , mais quand les ordres sont de martyriser le peuple de France ( comme une milice de dictature ) et privilégier les musulmans racailles , votre mission est de refuser ces ordres afin que le pays soit en paix que nos anciens et enfants vivent en sécurité !

  16. j’approuve d’autant plus , en tant que petite-fille de VRAI gendarme ( post guerre de 14-18) qui n’a pas hésité – au risque de jeter sa famille dans la pauvreté – à démissionner en 1941 pour suivre ce que sa conscience et la MORALE lui dictaient , au service de la FRANCE et des Français

  17. Pour autant que je sache, la Gendarmerie a toujours été une force de répression au service de l’Etat fut-il le plus despotique qui soit. En 14-18, les gendarmes poussaient vers la boucherie des tranchées les quelques récalcitrants qui tentaient d’échapper à la Grande Tuerie (Je serais curieux de connaitre le nombre de gendarmes morts au front). En 41-42, c’est eux qui allaient chercher les Juifs, femmes, vieillards et enfants compris pour les parquer en vue de leur envoi dans les camps de la mort; (Tiens, comment se fait-il que ce soit la SNCF qui ait été obligée de cracher au bassinet pour cette affaire et pas la Gendarmerie?), depuis ils sont surtout connus pour leur rôle dans la répression et le racket des automobilistes. Il ne faut donc pas s’étonner de les voir tels « des requins à la curée » dixit un américain pour qui la France est devenue « un camp de concentration sous régime de terreur policière », maintenant qu’on peut verbaliser sans risque (un gendarme n’est pas fait pour prendre des risques, cf un récent et triste exemple) un papy qui a trop tiré sur sa laisse. Si on se sort de ce merdier en renversant le petit Néron qui se trémousse à l’Élysée, il faudra sérieusement demander des comptes à ce corps de miliciens sans honneur..

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :