Lettre ouverte à l’opposition

Lettre ouverte à l’opposition

Par Danielle Roméro

e372778a-5812-11e1-9d20-c0533b3c0939-493x328.jpg

Je  me pose tous les jours une question : Opposition, où êtes-vous ? Que faites-vous ?

Bien sûr, nous publions des députés, des sénateurs, des élus locaux et candidats aux Municipales qui ont des idées, qui ouvrent des pistes de réflexion, qui ont parfois des solutions à proposer.

D’accord, mais qui vous lit, qui vous entend ? Ceux qui sont déjà convaincus, ceux qui lisent nos articles, qui sont abonnés à vos blogs. A part ça ? Au niveau national ? RIEN ou pas grand chose….

Les médias ne vous aident pas, c’est un fait mais si vous vous distinguiez par des actions et des paroles intelligentes et des actes visibles, ils ne pourraient plus vous ignorer très longtemps.

La majeure partie des Français, selon les sondages, rêve aujourd’hui de voir partir François Hollande. Admettons. Les mêmes souhaitent que ce gouvernement dégage. Pas de problème.

Que ce gouvernement « dégage » implique des nouvelles élections législatives qui entraineront vraisemblablement une cohabitation. Jusque là tout va bien sauf que : 

Messieurs, dames nos « leaders » (vous en avez en ce moment le titre mais pas la fonction), nos têtes pensantes, nos éminences grises, une seule question : ETES-VOUS PRETS ?

Très franchement, j’ai de gros doutes…

HYPOTHESE : Imaginons que vous récupériez demain ou plutôt, laissons passer le week-end, lundi 18 mars, le pouvoir.

Première question : la structure 

  • Un premier Ministre ok, c’est obligatoire !
  • Des ministères :
    • Combien ?
    • Quelle structure ?
    • Quel nom ?  Des termes marketing seraient préférables à des appellations bolcheviques ou imagées.

J’ose espérer que cela est déjà défini… C’est ça « être prêt ».

2ème question : les personnels 

  •  Qui sera Premier Ministre ? Ne me parlez pas de vos querelles de personne, je n’en ai que faire. Nous avons besoin de quelqu’un de respectable, de respecté et de compétent. Un manager qui saura tenir et diriger ses troupes et quelqu’un qui sera au courant de tout sur tout (pas comme Ayrault qui « apprend par la presse » la suppression du jour de carence des fonctionnaires)
  • Les Ministres (le « combien » a été défini en 1)
    • recrutés sur leur compétence, c’est essentiel. Ce qui veut dire, ni sur leur sexe (vous n’allez pas nous emm…. avec la parité) ni sur le fait qu’ils sont copains, copines avec un ou une d’entre vous
    • leur fonction exacte ?
    • leurs attributions ?
    • leur pouvoir de décision ?
    • leur degré d’obéissance
    • leur capacité de prise de parole en public
    • leurs idées novatrices
    • leur capacité de réaction
    • leur capacité de travail Ministre, c’est 35 heures en 2 jours 1/2 ou ça ne se recrute pas
    • leur look (bah oui, c’est important aussi)

     

  • Les conseillers
    • Des professionnels reconnus dans leur domaine. Inutile de les multiplier pour « placer des copains » ou des déçus. Seule compte l’efficacité
  • Les satellites, ceux qui tournent autour du pouvoir. Il en faut ! Vu la chasse aux sorcières effectuée par le PS, il va nous falloir remettre les choses en ordre et nommer des gens sur leur compétence et non sur leur couleur politique.
    • CSA
    • CEMA
    • et toutes les institutions (je vous en parle en 3)

Ca, c’est pour les personnels…

Une opposition bien construite devrait déjà avoir constitué cette liste.

3ème question : les institutions, les administrations

  • Vous gardez quoi ?
  • Vous supprimez quoi ?
  • Vous changez quoi ?
  • Qu’est ce qui est indispensable ?
  • Qu’est ce qui est superflu ?
  • Où sont les « pompes à fric » inutiles
  • Que doit-on renforcer ?

4ème question : les priorités 

Ne me sortez pas : « le redressement de la France » Ca, c’est du blablatage politicien. 

Donc, les questions à se poser, c’est bien mais ce n’est pas l’essentiel.

Ce qui m’interesse, ce sont les solutions, les réponses concrètes, argumentées et applicables immédiatement : droit du travail, emploi, éducation, solidarité, responsabilisation, mille feuille administratif, fiscalité, économie, réduction des dépenses, politique industrielle, politique sociale, immigration, politique militaire, sûreté, agriculture, territoires, Europe, international … et tant d’autres.

  • Les avez-vous ?
  • Quelles sont-elles ?
  • Quel est leur chiffrage ?
  • Quelles en sont les conséquences ?

J’ose espérer que tout cela est déjà listé, étudié, chiffré. Non ? Le pire est que ça ne me surprend même pas…

Question à vous tous, nos chers futurs maîtres de la France : la gestion de projet, vous connaissez ?

Vous savez, le « truc » dont on se sert dans une entreprise pour réaliser quelque chose de bien, d’efficace et de rentable.

Un « truc » qui se divise en 4 phases : Préparer – Piloter – Contrôler et corriger – Pérenniser

Un « truc » avec des indicateurs selon l’avancement du projet.

  • vert : c’est ok,
  • orange : on bosse encore dessus, il reste des choses à mettre au point,
  • rouge : bougez-vous les fesses et remuez vos méninges

Je ne vous parle pas de « tous les indicateurs sont au vert« , phrase qui veut dire que tout va bien que tout est résolu. Je vous parle d’avancement vers des solutions.

Je vais citer notre auteur et ami Philippe Narassiguin, brillant économiste :

« Nous avons besoin d’une « Loi sur la Stabilité Économique », car on ne peut pas changer les règles du jeu selon l’humeur et l’idéologie de quelques-uns.

On ne change pas les règles du jeu au cours du jeu, cela doit être clair.

Cette Loi devra évaluer les coûts de chaque projet de loi ayant un rapport avec la vie économique.

Si les gains d’une loi s’avèrent bien supérieurs aux coûts, alors elle pourra être votée. Dans le cas contraire, les députés qui l’ont votée devront rendre des comptes aux personnes qu’ils ont ruinées. »

Bref , pour en revenir à la question essentielle : « êtes-vous prêts ? » Je ne pense pas ou du moins chacun de vous a sa petite idée au fond de sa tête mais rien n’est réellement construit.

« Construit », en terme de bâtiment, implique : fondations, élévation, mise hors d’eau, mise hors d’air et finitions.

Or, nous, citoyens Français, étouffons et sommes noyés.

Question : quand est-ce que l’un de vous va enfin « jaillir » naturellement et nous sortir un vrai plan ? Pas un programme, ça ne fonctionne que pour le programme tv et nous constatons tous les jours sa médiocrité.

A celui là, je dis bravo ! La France sera avec vous. Sauf que… personne n’émerge.

A celui ou celle qui en a les capacités et qui se cache encore, sachez que, tous les jours, au sein d’Union Républicaine, nous travaillons déjà à cette gestion de projet. Pas de blabatage mais des solutions chiffrées et applicables.

Les résultats de nos travaux seront à votre entière disposition. Montrez-vous !

Danielle Roméro

Article co-signé par Olivier Collas, Pierre-Jean Néri, Peter Timmermans, Pascal Delleaux, Christophe Logeais, Carole Farjala, Charly Agneray, Ser Anouche, Hubert Dechanoz, Rémi Foleszynski, Marius Condret, Rémi Baudin.

Source photo : Archives 2012 le Figaro

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.