LIBRE OPINION du Général (2s) Jean-Paul THONIER : Opération SENTINELLE : Halte à la casse de l’Armée de Terre !

Général (2s) Jean-Paul THONIER, le 16 février 2016

Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)

Une présence encore, à ce stade, rassurante il est vrai mais il ne faudrait pas qu’elle devienne oppressante. D’autant que dans cette logique du maintien du dispositif, il est permis de s’interroger sur les capacités de nos soldats de ne pas tomber dans le piège de la routine qui mène toujours à la perte graduelle de la vigilance et conduit bien souvent au drame. Sur ce point, je reste convaincu que nos militaires font désormais de la « représentation » et u’ils devraient rejoindre leurs casernes afin d’y reprendre un entrainement plus intense que ces patrouilles ou veilles statiques. Ce monde est dangereux. Montrons notre force ailleurs qu’à la parade. //RO

 

 

Jamais sans doute depuis la professionnalisation des Armées une opération n’aura été aussi préjudiciable pour l’Armée de Terre que l’actuelle opération SENTINELLE déclenchée dans la foulée des attentats du 13 novembre dernier et qui sauf invraisemblable sursaut de lucidité va se poursuivre.

Après ces attaques meurtrières, j’ai salué comme l’immense majorité des français, le recours à l’état d’urgence et le renforcement des mesures de sécurité. Le déploiement des forces armées et tout particulièrement de l’Armée de Terre répondait à une compréhensible logique d’urgence dans un contexte d’ubiquité du danger. Les menaces n’ont pas disparues mais l’urgence est devenue constance et la place de l’Armée n’est plus à patrouiller incongrument par six dans les lieux publics FAMAS en sautoir et casque à la ceinture.
Je ne peux que constater qu’après chaque nouvel attentat, il a été demandé aux Armées de déployer toujours plus de militaires dans les grandes villes. Les forces armées ont vécu toutes les gradations du Plan VIGIPIRATE avant de passer au dispositif SENTINELLE.
VIGIPIRATE restait absorbable sans conséquence majeure pour la bonne santé opérationnelle de l’Armée de terre, SENTINELLE est destructrice.

SENTINELLE est destructrice parce cette opération « consomme » des femmes et des hommes qui devraient se former, s’entraîner ou se reposer avant un nouvel engagement. Rogner sur un de ces aspects consubstantiel au maintien en condition d’un soldat et à la capacité opérationnelle d’une unité, c’est scier le pied du tabouret. Quel que soit l’aspect sauvegardé ou sacrifié la bombe est à retardement avec des effets qui peuvent être dévastateurs. Sur le terrain d’abord où nos théâtres d’engagement notamment africain exigent un haut degré de préparation individuel et la maitrise de savoir-faire collectifs compliqués. Une faiblesse dans ce registre, c’est au mieux être incapable d’audace tactique et au pire accepter les pertes humaines. Sur le potentiel humain ensuite avec le non renouvellement du premier contrat ou le départ anticipé de jeunes cadres confrontés à l’impossibilité de conjuguer vie professionnelle et vie sociale ou familiale. Les chefs militaires et j’ai été de ceux-là, ont toujours eu beaucoup de pudeur à insister sur la nécessité de garantir des phases de détente et de récupération et pourtant je sais aussi par expérience qu’elles conditionnent le bon moral d’une troupe, facteur multiplicateur d’efficacité ou à contrario élément fondateur du renoncement ou de la révolte.

SENTINELLE est aussi destructrice parce qu’elle renvoie à nos compatriotes une idée faussée de ce qu’est un soldat professionnel et ce que sont ses savoir-faire individuels et collectifs. En plagiant les modes d’action des forces de sécurité, défense statique des édifices ou présence mobile, ils sont réduits à un rôle de supplétifs avec qui plus est des équipements et un armement inadaptés. C’est utiliser une voiture de sport en refusant de passer la seconde vitesse. Dans un contexte sécuritaire dégradé avec des moyens adaptés et complémentaires à ceux des policiers et des gendarmes, les forces armées sont un recours et leur présence dissuasive est rassurante. Mais quand la vie a repris son cours normal et que ce sont les bouchons en direction des stations de sports d’hiver qui occupent la une de l’actualité, qu’apporte réellement ce déploiement ostensible de militaires au cœur de nos villes ? Hier, ces soldats étaient remerciés, aujourd’hui ils laissent indifférents, je crains que demain le quidam leur reproche de ne servir à rien.

Lire la suite sur http://www.asafrance.fr

 

Vous pouvez me suivre au quotidien sur Facebook Le Colonel Actualités

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “LIBRE OPINION du Général (2s) Jean-Paul THONIER : Opération SENTINELLE : Halte à la casse de l’Armée de Terre !”

  1. Un article qui permet de relever quelques fautes d’orthographe :
    – disparu et non disparues – incongrument prend un accent circonflexe – africain s’accorde avec théâtres ou avec engagement ? préparation individuel devrait comporter la marque du féminin.
    Sinon le cadre de la mesure Sentinelle est aussi destructrice pour les les forces de sécurité intérieure, par ailleurs très sollicitées à Calais : 6 EGM en permanence.
    Sentinelle expose inutilement des lieux de culte, de formation, de mémoire, jusqu’alors méconnus des citoyens. Il amplifie des exigences injustifiées de la part des communautés concernées et entraîne des réponses hiérarchiques du pur style  »parapluie ».
    La Défense paie d’une certaine façon sa capacité à faire face à tous les efforts suggérés par les politiques : réductions d’effectifs, restructurations, temps d’emploi, recrutement … ce qu’aucun autre ministère ne cherche ou parvient à faire !
    L’EIL a obtenu un résultat non négligeable en fixant des effectifs sur le terrain et en limitant la liberté d’action du décideur.
    Corrélativement, un phénomène d’attrition des effectifs aguerris et de  »raz le bol » se fait jour qui devraient faire le lit des ANPM.

  2. C’est une évidente depuis longtemps, il est temps, pour les militaires de reprendre le chemin de leurs missions traditionnelles et essentielles. On se demande souvent sur quels critères sont choisis les conseillers militaires du Président et du premier ministre car on peut supposer qu’ils partagent l’avis du général Thonier.

Les commentaires sont clos.