LIBRE OPINION du général (2S) Vincent DESPORTES : Un désastre militaire.

Publié par ASAF, le 08 janvier 2017

Association de Soutien à l’Armée Française


Un bilan désastreux et sans concession. //RO


 

S’il est un domaine de l’action régalienne où la logique de résultat doit l’emporter sur celle des moyens, un domaine où il est dangereux de sacrifier le futur au présent, c’est bien celui de la défense. Et pourtant, c’est aussi celui où ces règles élémentaires ont été ignorées depuis cinq ans, au mépris du premier des principes stratégiques : proportionner les moyens à l’enjeu. L’impossible a été demandé aux armées : elles l’ont fait, mais à quel prix ?

Nos armées ont été engagées sans retenue. A l’étranger, elles l’ont été de manière réactive sans que de ces déploiements – des pays baltes à l’Afrique centrale jusqu’au Moyen Orient – émerge une stratégie solide. Sans, hélas également, que la France arrive à dépasser ses brillants succès tactiques pour les transformer en succès stratégiques durables. L’Adrar des Ifoghas a été remarquablement pris aux djihadistes début 2013 ; ils s’y sont aujourd’hui réinstallés. En Centrafrique, notre laborieuse intervention a porté indéniablement certains fruits, dont des élections nationales, mais, faute de moyens, nous sommes partis trop tôt, laissant un pays divisé prêt à retomber dans ses luttes fratricides. Au Moyen Orient, nous participons aux combats, mais nous demeurons un « junior partner » avec une influence mineure sur la conduite de la crise – et donc son règlement ultérieur. A l’intérieur, Sentinelle use inutilement nos forces à contre-emploi dans une gabegie capacitaire incapable de prévenir le prochain attentat.

Que les armées soient engagées, c’est normal. Mais qu’elles le soient aujourd’hui au détriment de notre défense de demain, c’est dangereux. La dégradation des armées ne date pas de cette mandature, mais la faute nouvelle est que, malgré l’explosion des interventions militaires, jamais n’ont été attribués aux armées les moyens leur permettant de conduire leurs missions tout en préservant les capacités de le faire à l’avenir. Les promesses ont remplacé le courage ; peu importe, cela tiendra bien jusqu’en 2017 ! D’ailleurs le militaire, à la silencieuse obéissance statutaire, fait toujours … au mieux, ce qui est à la fois sa grandeur et sa faiblesse. Jusqu’à l’usure.

Depuis le Livre Blanc de 2013 et sa LPM, l’équation est la même : des moyens physiques alloués sous-dimensionnés par rapport aux missions théoriques, mais celles-ci très en deçà des menaces et des déploiements réels. Ainsi, malgré les demandes pressantes des hauts responsables, malgré leurs auditions très franches devant la représentation nationale, nos armées, asphyxiées chaque jour davantage, se sont usées en se consommant plus vite qu’elles ne pouvaient se régénérer.

Le bilan est terrible. Certes, les troupes déployées bénéficient encore d’un entraînement performant et de moyens assez adaptés, du moins si l’on ignore la vétusté incroyable de certains équipements et les déficits capacitaires qui réduisent l’efficacité et l’autonomie de nos forces. Mais cette excellence ponctuelle s’obtient en sacrifiant le reste, comme si le fruit se rongeait de l’intérieur pour rester présentable sur l’étal des 14 juillet.

Nos matériels en service affichent un taux de disponibilité dangereusement bas. Pour les hélicoptères par exemple un taux inférieur à 40% (moins d’un hélicoptère sur deux peut décoller, ce qui est aussi le cas de nos avions de patrouille maritime ATL2 !). Les crédits d’entretien constituant la première variable d’ajustement budgétaire, le système de maintien en condition est resté celui du « temps de paix », mal adapté au suremploi des matériels. Cette situation impacte l’entraînement des forces ; elle a conduit au concept pudique d’«entraînement différencié » qui affaiblit la cohérence d’ensemble.

La préparation opérationnelle – modulable à la baisse instantanément – a de fait servi de deuxième variable d’ajustement budgétaire : nos forces sont aujourd’hui globalement sous-entraînées. En 2015, nos troupes de mêlée n’ont bénéficié que de 64 jours d’entraînement contre 90 prévus dans la Loi de Programmation Militaire, nos pilotes d’hélicoptères et de chasse ont volé respectivement 156 heures et 150 pour une norme de 180.

A force de suremploi, les munitions sont venues à manquer, avec aujourd’hui une nécessité urgente de remonter le stock des munitions critiques, missiles et roquettes notamment.

Les « réductions temporaires de capacité », autre fallacieux concept, sont devenues des trous béants où se détruit l’autonomie stratégique de la France et se dégradent ses atouts : ainsi, notre Marine Nationale n’est plus capable de patrouiller notre Zone Economique Exclusive, la 2ème au monde, pourtant l’une de nos grandes richesses.


Lire la suite sur http://www.asafrance.fr


Illustration par ASAF

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

10 thoughts to “LIBRE OPINION du général (2S) Vincent DESPORTES : Un désastre militaire.”

  1. Bonsoir,

    Ce que je souhaite, c’est que tous les commentateurs parlent autour d’eux et nouent un réseau informel mais naturel.

    Vous ne vous rendez pas compte que le pouvoir de changement de demain part aussi de vous tous.

    Les troufions et les généraux sont liés par les officiers, les colonels … bref vous. Je crois que l’avenir commence par la formation de réseaux militaires informels = ils ne parlent pas forcément publiquement ( pas ds les journaux, pas dans les blogs ), mais ils parlent entre eux, aux chefs et au subalternes, ils sont les linchpins ( les pivots ) d’aujourd’hui et les futurs décisionnaires de demain.

    Cordialement,
    J.

  2. Qu’il aille dire ça au Cema De Villiers, l’un des rédacteurs du livre blanc de 1973, et qui depuis, n’a fait que le mettre en application, avec l’innocence de l’esclave.

  3. @Roussel
    Mon cher Roussel ,pour savoir ce que les politiques pensent des chefs militaires ,il suffit d’écouter Juppé!!!!! un militaire ca ferme sa gueule ou ca démissionne, fermez le ban il n’y a plus rien a voir

  4. Un bilan catastrophique à porter au crédit des policitiens qui nous ont gouvernés depuis quarante années avec un manque d’attention de la présidence précédente et de celle qui va terminer sa mandature dans quelques mois. Mais je ne suis qu’un simple citoyen amoureux de sa patrie qui ne pense qu’aux intérêts de son pays et je pose cette question très naïve : « quelles actions ont tentées les grands dignitaires militaires depuis des dizaines d’années, pour tirer le signal d’alarme auprès des responsables politiques du moment, afin de les mettre au besoin devant les français par l’intermédiaire des médias, devant leurs responsabilités ?. Qu’ont-ils essayer de faire au besoin au risque de perturber leurs carrières pour clarifier la situation et lancer des signaux forts à ceux qui s’imaginent en France que tout va bien et que nous sommes à l’abri des menaces ?. Parce que comme d’habitude , si notre pays est au bord de la guerre, personne ne sera responsable encore moins coupable et ce sont nos concitoyens qui paieront le prix de la liberté.

  5. Bien fait pour nous.
    Bien fait pour vous.
    Quand les 2 généraux ont étés, l’un dégagé de l’armée, par le ministre, l’autre muté aux antipodes, il fallait, il eut fallu monter une opération conjointe entre les forces de la Légion Étrangère, les forces de Gendarmerie, les forces des ALAT, les forces blindées très lourdes, pour « labourer » toutes les rues arrivant devant le Palais de l’Elysée. Avec pour objectif de laisser les 8 chars très lourds, rentrer dans la cour et la « labourer » comme à Canjuers.
    Quant aux tankistes, ils auraient étés exfiltrés par les ALAT dans un des jardins publiques à choisir existants près du « chateau ». Voire même celui de l’Elysée pour faire plus « blockbusters ».
    Bien entendu, un accord aurait été trouvé avec les forces de polices de la BAC, pour ne pas « intervenir ». Les sulfateuses des ALAT et les chars leur auraient calmé leur « ardeur » définitivement. D’autant qu’ils n’avaient rien à gagner suite à leurs manifestations des nuits précédentes.
    C’est au pied du mur que l’on voit le maçon. Alors, messieurs les militaires, faites en sorte que les politiques de gauche actuellement vous craignent plus, beaucoup plus que les terroristes que ce gouvernement de manchots vous fait traquer loin de chez vous, loin de chez nous, alors qu’ils sont TOUS connus, fichés, logés, de nos services de police et de renseignements en France.
    Messieurs les militaires, il vous faut vous mettre dorénavant dans la tête, que « LA GUERRE EST UNE CHOSE TROP SÉRIEUSE, POUR ÊTRE CONFIÉE A DES « POLITIQUES ».
    Avec le peu de bol du locataire du Château, vous allez nous faire le coup de repartir en guerre avec la bite et le couteau, pour sa gloriole personnelle.
    Messieurs les militaires, « il » ne rentrera pas dans l’histoire.

  6. Pour ceux qui comme moi ,ont toujours été passionné par la BBS, un vieux livre d’André Sevin ,Un officier de France.
    la vie en 1923 a Kidal du lieutenant Aurélien de Seze assassiné a Taoudéni par un chef de rezzou nommé El Moctar

  7. Toutes les promesses que ce soit pour la Défense ou dans les autres domaines sont pour après 2022. Pourquoi irais je voter en 2017 ?

  8. Desportes enfonce des portes ouvertes, les marges de manœuvre financières sont
    inexistantes ,l’endettement a 100% du Pib sera atteint fin 2017,l’ocde prévoit une croissance de maximum 1.3 et des budgets nationaux chaque année en déficit, plus de 2100 ME de dette en Janvier 2017,il y a bien sur une solution, c’est aller chercher les budgets ne notre sécurité dans les 120 ME annuel de fraude fiscale et sociale, mais pour cela il faut des politiques sévèrement( burnés)))mais pas de chance le modèle n’est plus fabriqué dans notre pays.
    Quant au Ifhogas le problème est autre, nous savons bien qui ne joue pas le vrai jeu dans la Villaya de Taman!!!! de plus ces gens considèrent la région de Kidal comme la
    49eme villaya.et veulent nous voir dégager le plutôt possible.
    Serval pour ne pas vouloir se mêler des affaires intérieures du Mali,a laissé les Touaregs s’installer en groupes pro gouvernementaux armés ,confortés en cela par les accords d’Alger,hors les Touaregs n’ont de pure que leurs Toyata,ce sont des gens sans paroles qui défont les alliances au jour le jour, un coup avec khadafi ,un coup avec le Polissario, un coup avec Alger,en ce moment ils se tapent a Sebbha avec les Toubous, ils sont tous simplement les héritiers de rezzou qui attaquaient nos postes coloniaux dans le Sahara il y a 200 ans.
    D’ailleurs si depuis 4 ans nos troupes n’arrivent pas a cravater Liad ag Ghally pour le passer a la questionette c’est qu’il bénéficie d’aide sérieuse!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les commentaires sont clos.