Libye : allons-nous être contraints de soutenir Al-Qaida contre Daesh ?

Bernard Lugan, 27/07/2015

Le blog de Bernard Lugan

« allons-nous donc être contraints de considérer Al Qaida comme un nouvel « ami »… ? Voilà le scénario apocalyptique auquel le sémillant BHL et l’éclairé Nicolas Sarkozy n’avaient pas pensé… » //BL

 

o-DAESH-AL-QAIDA-facebook

 

En Libye, les interventions de l’Egypte, de l’Algérie et de la France, destinées à limiter les conséquences devenues incontrôlables de la guerre insensée déclenchée contre le colonel Kadhafi, deviennent de plus en plus problématiques. Pour cinq grandes raisons :

1) Cette intervention était subordonnée à la constitution en Libye même d’une force « nationale » susceptible d’être appuyée. Or, le général Haftar a échoué dans sa guerre contre les islamistes.

2) Plus que jamais, le principal objectif algérien en Libye est la fin du chaos en Tripolitaine afin d’assurer la sécurité de la frontière orientale. Englué en Cyrénaïque, le général Haftar n’a aucun pouvoir en Tripolitaine. Voilà pourquoi Alger traite actuellement avec les islamistes hostiles à Daesh qui contrôlent l’ouest de la Libye.

3) L’Egypte se trouve prise au piège. Dans sa lutte à mort contre les islamistes et les Frères musulmans, elle dépend en effet du financement des monarchies sunnites du Golfe. Or, paniquées par le retour de l’Iran chiite sur la scène politique régionale, ces dernières ont décidé de se rapprocher de tous les mouvements sunnites, dont les Frères musulmans et Al Qaida, comme cela vient de se produire au Yémen. Nous sommes en présence d’une politique de simple survie dont le terme est imprévisible, mais qui bouscule l’échiquier régional. Pour deux raisons majeures :

– Ce rapprochement a affaibli Al Qaida car plusieurs groupes sunnites qui y sont opposés viennent de se rallier à Daesh, notamment en Tunisie et en Algérie.

– L’Arabie saoudite freine l’interventionnisme du général Sissi afin de ne pas affaiblir ses nouveaux alliés en Libye, ce qui favorise indirectement Daesh, nébuleuse sunnite qui ne la menace pas encore.

4) Dans ce jeu d’échecs, la France est sur l’arrière-main, se limitant à éviter au Sahel une contagion venue de Libye. Or, tous les connaisseurs du dossier savent bien que sans une « pacification » de la Libye, l’opération Barkhane est bancale.

5) La solution libyenne qui était tribale n’est plus d’actualité. Dans les zones conquises, Daesh, dont la force de frappe est composée de non Libyens, a en effet  renversé le paradigme tribal en liquidant physiquement les chefs qui ne voulaient pas lui faire allégeance afin de terroriser les autres. En conséquence de quoi, les ralliements se multiplient…

 

Lire la suite sur http://bernardlugan.blogspot.fr

Illustration Le Colonel 2.0 : Pourquoi l’État islamique a réussi à supplanter Al-Qaïda

huffingtonpost.fr

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.