L’offensive de déstabilisation de l’Algérie semble victorieuse

Le 14 avril – Stratediplo

« Si l’armée n’obtient pas le rétablissement du respect de la constitution, les agitateurs obtiendront ce qu’ils demandent ouvertement, l’écroulement de tout le système, car comme on l’écrivait le 17 octobre « bousculer le régime serait détruire l’Etat ». La suite sera écrite d’une part par des événements anarchiques pouvant mener à la guerre civile, et d’autre part par les (deux) grands commis de l’étranger qui avaient été prépositionnés pour la « transition » puis se sont retirés pour ne pas devoir la conduire dans un cadre organisé. » h

© Tosque Jean-Louis

La déstabilisation de l’Algérie, qu’on annonçait il y a six mois (http://stratediplo.blogspot.com/2018/10/tant-qua-destabiliser.html) et dont on constatait le lancement le mois dernier (http://stratediplo.blogspot.com/2019/03/destabilisation-de-lalgerie.html), est désormais bien engagée et le processus est maintenant difficilement réversible. 

Les foules qui ont spontanément et simultanément, dans tout le pays, décidé de manifester dans la rue en sortant des mosquées vendredi 22 février, continuent de le faire tous les vendredis et même depuis peu dans la semaine, en dépit de l’obtention de ce que la presse présentait comme la demande simple, mais non négociable, de ces foules. La rue est échauffée, les foules dites non coordonnées sont emballées et, comme un cheval qui a pris le mors aux dents, elles ne seront pas faciles à arrêter, comme l’expliquerait l’indémodable sociologue Serge Moscovici. D’ailleurs personne n’a cherché à le faire, puisque, compte tenu de la sympathie affichée à l’étranger pour le mouvement, toute la gent politique algérienne s’est sentie obligée de se déclarer immédiatement solidaire dudit mouvement. La classe politique lui a ainsi apporté une caution aveugle puisque le mouvement n’avait alors aucun chef apparent, et aucun programme avoué, donc aucune revendication spécifique ultime dont la satisfaction pourrait garantir la fin des protestations. 

http://stratediplo.blogspot.com/2019/04/loffensive-de-destabilisation-de.html

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.