Malheur à la ville dont le prince est un enfant

Par Kathrine Jebsen Moore* pour Quillette** (traduction par Peggy Sastre)

Publié le 30/03/2019 – Le Point

© Pierre Duriot

La jeune militante suédoise Greta Thunberg dessert la cause qu’elle prétend défendre, à coups de contrevérités et de pessimisme apocalyptique.

Vendredi 15 mars, dans plus de 120 pays, des enfants ont séché les cours pour suivre l’exemple d’une Suédoise de 16 ans devenue une icône internationale de l’activisme climatique. À force d’exposition médiatique, Greta Thunberg est désormais une figure familière avec ses grands yeux en amande, ses tresses brunes, son visage grave et sa silhouette menue. Ce mois-ci, elle a été désignée « femme de l’année » en Suède et a également été proposée pour le prix Nobel de la paix par trois députés socialistes norvégiens. Elle s’est entretenue avec des dirigeants internationaux lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques et a prononcé un discours lors du Forum économique mondial de Davos. Autant de succès des plus impressionnants pour une jeune fille qui souffre, de ses propres dires, de nombreux problèmes de santé mentale.

https://www.lepoint.fr/debats/malheur-a-la-ville-dont-le-prince-est-un-enfant-30-03-2019-2304806_2.php?

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “Malheur à la ville dont le prince est un enfant”

  1. Pour moi cette gamine autiste n’est qu’une marionnette dans les mains d’un structure politique écologiste dure dont les parents sont membres et je trouve honteux de se servir d’elle comme ils le font!

Les commentaires sont clos.