Marine Le Pen à propos du projet de Fillon sur la sécurité sociale

Publié par Marie Saguier , le 10 décembre 2016

The Colonel News – Le Colonel


 

TCN « ELLE L’A DIT » (et a-t-elle tort ?) // MARINE LE PEN À PROPOS DU PROJET DE FILLON SUR LA SÉCURITÉ SOCIALE (et voyez à la fin de ce post le coup de gueule de TCN)

« Le point principal du projet de François Fillon pour la santé est de cantonner l’assurance maladie aux maladies graves ou de longue durée (…). Le docteur Fillon nous prescrit un modèle ultra-libéral à l’américaine, les riches auront les moyens de se soigner correctement, les pauvres auront des soins de piètre qualité, les familles et les classes moyennes seront les grandes sacrifiées ».

La « désétatisation » souhaitée par M. Fillon « n’est rien d’autre qu’une privatisation » (et Marisol Touraine avait dit la même chose)

TCN AJOUTE SON COUP DE GUEULE (merci à La Tribune pour les éléments comptables publiés en avril 2016) @TCNMarieS1.

Certes, il y a sûrement des économies à faire sur la Sécurité sociale, mais si on commençait par regarder ce que gagnent nos homme politiques ? Ou ce que coûtent nos anciens politiques que les contribuables entretiennent à grands frais…

Prenons les dépenses de fonctionnement, personnel, et protection des trois anciens présidents de la République (sans oublier qu’on va bientôt y ajouter François Hollande) : cela représente quelque 9,6 millions d’euros par an à l’Etat, selon une évaluation du député PS René Dosière, Valéry Giscard d’Estaing restant le plus coûteux, devant Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac!

Vous voulez des détails ? Les voici : les dépenses s’élèvent à 3,9 millions par an pour Valéry Giscard d’Estaing (2,5 en protection, 1,1 en personnel, 0,3 en fonctionnement), 3,3 millions pour Nicolas Sarkozy (1,8 en protection, 1,2 en personnel, 0,3 en fonctionnement), et 2,4 millions pour Jacques Chirac (1,3 en protection, 0,9 en personnel, 0,2 en fonctionnement), a-t-il détaillé.

Les anciens présidents bénéficient d’un appartement de fonction meublé au service duquel sont affectés deux personnes. Ils ont droit à deux policiers pour leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents.

ENCORE PLUS DE DÉTAILS ? RAJOUTEZ LA SURVEILLANCE DE LEURS PROPRIÉTÉS (mais si !!!)

La surveillance de la propriété de Valéry Giscard d’Estaing à Authon (Loir-et-Cher) par des gendarmes revient à 1,3 million d’euros par an, celle du château de Jacques Chirac à Bity (Corrèze) à 502.407 euros. Nicolas Sarkozy n’a pas de propriété de ce type.

Pour la seule sécurité rapprochée plus celle des domiciles parisiens, assurées par la police nationale et les CRS, Nicolas Sarkozy est l’ancien président qui coûte le plus cher (1,79 million), devant VGE (1,13 million) et Jacques Chirac (800.756 euros).

La garde statique nécessite 6 effectifs par 24 heures. La surveillance du domicile de Jacques Chirac aurait été supprimée depuis juillet 2010, selon les éléments rapportés par le député socialiste.

A noter que René Dosière avait déposé auprès du groupe socialiste une proposition de résolution pour « clarifier, préciser et limiter les avantages consentis par la Nation envers ses anciens présidents ».

Vous en avez entendu reparler, vous, amis contribuables ? Et dernière cerise sur le gâteau en date : l’avocat de Cahuzac demande qu’on ne l’envoie pas en prison pour éviter des frais aux contribuables… Eh oui, l’indécence, ça ne fait pas peur à certains !


Retrouvez Marie Saguier sur The Colonel News

 


 

2 réflexions au sujet de “Marine Le Pen à propos du projet de Fillon sur la sécurité sociale”

  1. Tant que la France sera une et indivisible, le « veau français » sera « obligé » de payer ses anciens présidents, sénateurs et députés.
    Divisons la France en 23 territoires régionaux historiques, avec une élection de ses représentants dans chacune d’elles, à la proportionnel intégrale à un seul tour. Et le problème de la fin du Sénat et de l’assemblée Nationale et de celui des couts de nos anciens Présidents, prendra fin de lui-même. A moins que les « corréziens » ne veulent supporter tout seuls les frais d’entretiens de leurs 2 anciens Présidents. Quant aux autres, les parisiens et les auvergnats, ils sont pour les premiers « très riches » et pour les seconds, « habitués » depuis 25 ans, donc ne les plaignons pas.
    Quant au prochain président, il (ou elle) ne sera pas élu(e). Les socialos sont en train de verrouiller tous les dispositifs législatifs, judiciaires, sécuritaires, afin de les mettre aux petites mains du président sortant, qui pourra se (re)présenter comme « sauveur des institutions de la république française » dès le moment ou l’attentat (annoncé par Valls et confirmé par Cazeneuve en son temps) tant « souhaité » par l’ultra gaucherie arrivera.
    Et dans ce foutu bazar orchestré par le capitaine du pédalo, les frais inhérents à nos anciens présidents nous paraitront insignifiants. Ainsi va la vie en république socialocratique française.

  2. Ce sont des vérités qui sont à diffuser au peuple de France car le coût exorbitant de ces privilèges sont à mettre sur le compte de nos impôts et c’est manifestement un retour à l’époque des grands seigneurs. Qui pourra se battre pour faire cesser ces injustices incongrues, un phénomène français dont nous ne sommes pas fiers mais cette situation ne dérange, apparemment pas nos dirigeants. C’est une honte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :