Mélanie Lemée et Philippe Monguillot, victimes sacrifiées de l’ensauvagement français

Par Quentin Hoster – Publié le 10/07/2020 à 07:00 – Valeurs Actuelles

La gendarme tuée dans le Lot-et-Garonne, comme le chauffeur de bus, en état de mort cérébral à la suite de son agression à Bayonne, ont été victimes de voyous exemptés du savoir-vivre, au profit du “vivre-ensemble”. Derrière l’émotion nationale, un échec décennal, celui de l’assimilation.

Tous les oripeaux de la République sont convoqués. Fraîchement nommé ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a rassemblé, ce 9 juillet, gendarmes de toute la France, officiels et élus de toutes obédiences. A la caserne Battesti de Mérignac, près de Bordeaux, siège de l’état-major régional de la gendarmerie nationale, Mélanie Lemée est décorée de la légion d’honneur, promue major à titre posthume. Le cercueil de la gendarme de 25 ans, tuée le 4 juillet dernier, près d’Agen, avance au morne rythme de la fanfare républicaine, sous les yeux de ses proches, réunis par dizaines. Injonction a été faite, à la rangée mitoyenne de caméras présentes, de ne pas filmer leur deuil.

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/melanie-lemee-et-philippe-monguillot-victimes-sacrifiees-de-lensauvagement-francais-121560

1 réflexion au sujet de « Mélanie Lemée et Philippe Monguillot, victimes sacrifiées de l’ensauvagement français »

  1. Le vivre-ensemble est une incantation gauchiste sans fondement et sans avenir. On n’assimile pas des gens qui ne veulent pas l’être, on les expulse…cela si nos dirigeants avaient des c…. mais ce n’est pas le cas.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :