Mélenchon, tu l’reverras plus!

 

Par Régis Ollivier le 22 août 2014
Le Colonel Attitude

Ainsi donc, « le Georges Marchais des temps modernes », comme le qualifiait déjà Arnaud Montebourg en 2012, jette l’éponge. En effet, Jean-luc Mélenchon a annoncé aujourd’hui qu’il quittait la co-présidence du Parti de gauche, après avoir « fait (son) temps à organiser la vie d’un parti ». Selon ses dires, « ce retrait s’inscrit dans le cadre de la réorganisation « stratégique » du parti. De fait, il n’y aurait  ni crise, ni quoi que ce soit. » Dont acte!

Je n’éprouve pas particulièrement de sympathie à l’endroit de Jean-Luc Mélenchon et encore moins pour le parti qu’il représente. Mais force est de constater que l’homme ne laisse pas indifférent. Il fait partie de ces hommes que l’on aime ou que l’on déteste, sans véritable compassion. 

Nombreux ont été, comme moi, à le comparer à feu Georges Marchais*. Comme pour l’ex-chef de file du (défunt) Parti communiste, je me suis souvent posé la question, au regard des telles incohérences dans ses propos, parfois, et notamment lorsqu’il éructait sur les plateaux de télévision : « est-il ivre? ». De fait, je ne le crois pas. L’homme est ainsi fait. C’est son style. Aussi m’est-il arrivé, parfois également, de le trouver sympathique, convivial. Ce qu’il est certainement. Il m’a fait sourire, il m’a fait rire, il m’a aussi fait hurler. A n’en pas douter, Jean-Luc Mélenchon, au-delà de ses idées « à gauche de la gauche », est un animal politique. Tout comme Georges Marchais, il excelle dans l’art de retourner les questions aux journalistes pour mieux les déstabiliser. C’est aussi, à sa manière, un grand tribun. Rien à voir avec avec les discours « incolores, inodores et sans saveur » de François Hollande. 

Son « départ » va-t-il créer un vide sur l’échiquier politique français? Rien n’est moins certain. En effet, Jean-Luc Mélenchon a déjà précisé il y a un mois :  « pour moi, ce n’est pas me mettre en retrait, c’est m’utiliser autrement ». De fait, l’homme compte bien continuer le « combat politique ».
Et d’expliquer que « le parti va se battre pour la VIème République, notre candidat pour 2017, c’est la VIème République » a-t-il expliqué. 

Martine Billard, autre co-présidente du PG devrait également rendre son tablier. Alors, quelle réorganisation pour le PG, quels noms sortiront du chapeau? La réponse probablement ce soir lors d’un bureau national.

Les Elkabbach et autres journalistes bobos ont encore du souci à se faire car, in fine, Mélenchon n’a pas vraiment décidé de faire sa valise. Quelque part je dirais « et c’est tant mieux, pour le fun… ». 

Régis Ollivier

* Pour sa part, Bruno Roger-Petit, dans le Nouvel Observateur le Plus en 2012 écrivait « Jean-Luc Mélenchon : le nouveau Georges Marchais de Nicolas Sarkozy? »…

En savoir plus sur http://www.leparisien.fr

Illustration : Le Parisien – Jean-Luc Mélenchon annonce ce vendredi qu’il quitte la coprésidence du Parti de gauche (PG). | LP/DELPHINE GOLDSZTEJN

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Mélenchon, tu l’reverras plus!”

  1. Faut dire que dans le cas de Mélenchon, on peut parfois se poser la question. Pour le reste, et pour vous être agréable si je puis dire, j’ai modifié mon écrit initial car celui-ci était disons … irrationnel. Cordialement.

  2. C’est une manie chez vous d’estimer que quelqu’un est ivre!
    Je n’oublierai jamais qu’il a parlé de Hollande comme un « capitaine de pédalo ». Il l’avait bien cerné, et rapidement!

Les commentaires sont clos.