« Métro, boulot, dodo… » par Pierre Duriot

Le 06 mai 2020

Le titre est de la rédaction du blog.

A partir du 11 mai, on va pouvoir retourner au boulot, prendre les transports en commun, en respectant les gestes barrières, évidemment. On va envoyer les enfants à l’école. Mais

Mais il sera toujours interdit de se promener sur une plage déserte, de pratiquer de nombreux sports où la promiscuité n’existe pas : le golf, la voile, l’équitation, la randonnée, la plongée, le vélo, le parachutisme. Quel est le problème ? Les activités conviviales également. Pas encore de clubs de peinture, de théâtre, de travaux manuels, de clubs Question pour un champion. Le tissu associatif va rester à l’arrêt. Quel est l’intérêt de braquer ces petits clubs de gens parfaitement responsables et qui sauraient se protéger, bien plus sûrement que dans un métro ou un autobus ? Pas de café du matin entre collègues, au café du coin, alors qu’on va travailler ensemble toute la journée. Plus de repas au restaurant en amoureux, alors qu’on dort ensemble tout les soirs : quelle explication ? Il y a un point commun pourtant. Ce sont des lieux et des moments de plaisirs et ce gouvernement, terrorisé par les éventuelles réactions du peuple, veut le casser, en le privant de ressources mentales et psychiques, le gardant ainsi sidéré et amorphe… un très mauvais jeu, aux ressorts sadiques.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :