Minute cynique… par Pierre Duriot

Le 30 juillet 2019 – Le Colonel 3.0

© Pierre Duriot

Minute cynique… à Villeurbanne, voici quelques jours, deux garçons sensibles, se tenaient la main dans la rue, un couple d’homosexuels, en clair. Ils ont été pris à partie et tabassés spontanément par une vingtaine de « jeunes », à Villeurbanne, vous voyez bien.

La police est intervenue, pour protéger les deux tourtereaux, mais elle n’a pu arrêter personne. Arrêter qui, pour quoi faire ? Mon client était là, mais il n’a pas donné de coup, il regardait juste, Monsieur le juge. Le mien aussi, de client, n’a pas donné de coup, il regardait. Moi, Monsieur le juge, mon client était là par hasard, il allait au travail, livrer ses clients. Bon, mais qui c’est alors ? C’est personne. Au bénéfice du doute qui profite aux accusés, tout le monde est relaxé, comme ça, aucune bagnole ne brûlera dans la cité, enfin, pas une de plus que d’habitude. Quelle idée ont-ils eu aussi ces homosexuels de se tenir par la main, une pure provocation, pourraient dire certains, histoire d’être consensuels. Le jour même, j’étais au Touquet-Paris-Plage. Le Touquet, vous savez bien, avec la jolie maison aux colombages verts gardée par un car de CRS ? Au Touquet, les homosexuels, hommes et femmes, se tiennent par la main et il ne se passe rien. Comme quoi, la provocation, ça dépend de l’endroit et surtout du profil des riverains. Un élève Afghan de BTS a expliqué à son professeur, mon ami, cette année : « M’sieur, s’il y a un homosexuel dans la classe, je le tue ». On y est, c’est culturel. Vous avez vu, ce n’est pas un déséquilibré isolé qui traînait à Villeurbanne. Il s’agit d’un mouvement spontané, collectif, d’une population qui ne veut pas vivre ensemble avec les homosexuels. Les pauvres garçons épris devront donc se soumettre à la loi-religion du quartier, alors même que des associations subventionnées, avec nos impôts, militent depuis des décennies pour que les couples homos soient des couples comme les autres. Oui, euh, enfin, comme les autres, sauf dans les endroits où il ne faut pas heurter la sensibilité des… enfin vous savez bien. Disons qu’on ne peut pas leur demander, à eux, de respecter les homosexuels, ce serait raciste. Chez eux, c’est leur culture et une culture, ça se respecte. Parce que les homosexuels, ça ne se respecte pas ? Ben si aussi, mais il y a des hiérarchies dans le respect. Le mieux, c’est de ne pas trop en parler. Alors, les deux petits homosexuels feront sans doute comme les autres déjà partis, ils iront habiter ailleurs. Bouh, les Français ne nous aiment pas, ils nous parquent dans des cités pourries…

http://www.pierre-duriot.com

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.