Moi, Bertrand Soubelet, général au sang glacé…

Par *, le 31 mars 2016

Boulevard Voltaire

Tout ce qu’il ne fallait (surtout) pas dire, Bertrand Soubelet l’a dit. Foulant aux pieds (les deux s’il vous plait), son devoir de réserve de militaire en activité, mais aussi et surtout des millions de citoyens français. Tout ceci est pitoyable. Une étoile vient de s’éteindre aussi vite qu’elle s’était mise à briller. Et c’est tant mieux car c’était une étoile de mauvaise qualité. Next… //RO

 

 

 

Visiblement, les pages glacées de Paris Match ont eu un effet curieusement communicatif sur le général de gendarmerie Bertrand Soubelet.

Interviewé le 28 mars, à l’occasion de la sortie de son livre intitulé Tout ce qu’il ne faut pas dire, livre dans lequel il analyse les risques d’une rupture sociale majeure dans notre pays, le général Soubelet s’est empressé de balayer les « soupçons » qui pèseraient sur lui de « relayer un thème d’extrême droite ».

Faisant peut-être écho à la chanson de Fernandel « On dit qu’il en est », la journaliste a posé la question de confiance préalable qui permet de poursuivre l’entretien en toute quiétude : « En êtes-vous ? »Le général est alors allé au-delà des espérances de son intervieweuse en répondant tout de go : « Pas du tout. Je me retrouve même parfois davantage dans les idées de gauche que de droite. Et quand je constate qu’aux dernières élections régionales, six millions de Français ont voté FN, cela me glace le sang. »

Entendre de tels propos dans la bouche d’un officier général en activité a de quoi échauffer les sangs. Pas tant parce que ce général se retrouve parfois davantage dans les idées de gauche. C’est son problème. Pas tant parce qu’il semble voir le vote FN comme la menace d’un péril glaciaire sur notre pauvre pays. C’est une opinion comme une autre. Mais parce qu’un officier de haut rang, en activité, se permet de sortir de la sorte de son devoir de réserve.

En effet, le Code de la défense – auquel est soumis ce général comme n’importe quel militaire -, en son article L. 4121-1, stipule que « les militaires jouissent de tous les droits et libertés reconnus aux citoyens. Toutefois, l’exercice de certains d’entre eux est soit interdit, soit restreint dans les conditions fixées au présent livre. ». L’article L. 4121-2 précise plus loin : « Les opinions ou croyances, notamment philosophiques, religieuses ou politiques, sont libres. Elles ne peuvent cependant être exprimées qu’en dehors du service et avec la réserve exigée par l’état militaire. Cette règle s’applique à tous les moyens d’expression. »

Si, bien évidemment, le général Soubelet n’était pas en service lors de cette interview, la réserve concernant ses opinions politiques, qui s’impose à lui, doit être proportionnelle aux éminentes fonctions qu’il occupe. Personne ne peut ignorer qu’il est général de corps d’armée :« Moi, Bertrand Soubelet, général de corps d’armée… » écrit-il en accroche au début de son livre. C’est du reste pour cela que le livre se vendra…

 

Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

 

LC2.0 est aussi sur Facebook Le Colonel Actualités

 

 

  • Colonel à la retraite

 

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

5 thoughts to “Moi, Bertrand Soubelet, général au sang glacé…”

  1. Très décevant, en effet. Et s’il a mis de côté son devoir de réserve, c’est fort probablement parce qu’il y était autorisé. Donc, pire comme constat. J’avais pensé acheter son bouquin, il peut courir. Je me contenterai de lire LC2.0 ! Un clin d’oeil à ce site qui le mérite bien !

  2. Déception ; on attendait d’autres commentaires et surtout des explications plus techniques sur un sujet qui intéresse l’ensemble de la population : la sécurité et les moyens mis en oeuvre pour assurer la tranquillité publique.

  3. Notre bon Soubelet charge la barque des socialistes en 2013,puis revirement en 2016
    nous apprenons sa sensibilité de gauche, c’est pathétique, affligeant, sans honneur, nous pourrions nous croire entre 1935 et 1940.
    Nul doute de la promesse d’une 5° étoile pour partir en section quart de place,le carrierisme a tous prix peut salir un homme a tout jamais:,le FN lui glace le sang, en 2013
    lors de ses ennuis le FN à largement pris position pour lui;,comme dit Poutine la main droite te donne a manger la gauche plante le couteau.

  4. Le général est tombé dans le panneau dès qu’on lui a demandé des gages de soumission. C’est bien dommage. Cracher sur tous ces millions de citoyens, qui, seraient en plus les seuls potentiellement à le soutenir véritablement.
    Je comprends la colère qu’il a soulevé.
    Mais je pense qu’il faut encourager tous ceux qui se dressent un minium pour le pays et ne pas être trop sévère.
    C’est compliqué tout ça, et il y a urgence. Alors je ne blâme pas non plus ceux que les paroles du général ont profondément déçus.

  5. Mon général a dû passer un marché de dupe pour revenir en grâce. Les électeurs du FN ont tous un brassard nazis et ceux du PS marchent sur l’eau, c’est bien connu.

Les commentaires sont clos.