Morts « au service de la France » et non pas « pour la France ». Triste réalité

Sauf erreur de ma part, mais on me corrigera si nécessaire, le militaire doit « être apte à servir en tout temps, en tous lieux et en toutes circonstances ». Une fois qu’on a dit ça, on a tout dit. Et donc le Mali entre dans le ‘tous lieux ».

Lorsque que j’étais jeune soldat, les grands anciens en rajoutaient une louche en nous répétant à l’envi « t’as signé, c’est pour en chier ». En chier certes. Et d’ailleurs je l’atteste, j’en ai chié grave. Chialé même. En aucun cas, on a signé « pour se faire tuer » mais… c’est le non-dit. On va dire « ça coule de source ». Maintenant, se faire tuer pour un salaire de la peur, ça donne à réfléchir. Il y a certainement des primes sur les TOE. Ce que n’ont pas forcément policiers, gendarmes et militaires en France. Qui se font parfois tirer comme des lapins. Et à chaque mort de nos militaires sur un TOE, ici 5 en quelques jours, on remet sur la table les mêmes revendications : que fait-on encore au Mali ? La question se pose en effet et moi-même je la pose. d’autant que l’on s’y enlise de plus en plus. Il m’appartient de poser un diagnostic mais pas de prescrire le remède. In fine, et en l’occurence, le R.I.P. ne suffit plus. Il en devient indécent. Comme pour s’acquitter d’un salut et retourner vaquer à ses occupations. Là, il est temps d’aller au fond de nos pensées. De les dire. De les écrire. En mémoire pour nos morts « au service de la France » et non pas « pour la France ». Triste réalité.

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/mali/guerre-au-mali/mali-les-engins-explosifs-improvises-sont-un-risque-qui-est-pris-en-compte-assure-le-porte-parole-de-l-etat-major-de-l-armee_4243089.html

2 réflexions au sujet de “Morts « au service de la France » et non pas « pour la France ». Triste réalité”

  1. « Sauf erreur de ma part, mais on me corrigera si nécessaire, le militaire doit « être apte à servir en tout temps, en tous lieux et en toutes circonstances ». Une fois qu’on a dit ça, on a tout dit. Et donc le Mali entre dans le ‘tous lieux ». »

    C’est de la sémantique, mais je crois que le mot « servir » est ici contraint par le mot le précédent : « apte », dans le sens commun, qui fait référence au verbe modal « pouvoir ». A l’inverse, être apte n’est pas lié à « devoir » ou à « vouloir ». Ainsi on pourra tout aussi bien remplacer Mali par Chine, Russie, ou Brésil sans pour autant y considérer les implications géostratégiques, mais plus simplement géographiques.
    De même, « le militaire » est un terme générique dont la valeur prend absolument un sens significatif sur ses implications si on le suit d’un qualificatif national.

    Donc, voila un raisonnement logique qui tient du sophisme.

  2. Frédéric Barbry, porte-parole de l’état-major des armées a employé l’expression « Morts pour la France » au journal de 18h du week-end du dimanche 03 janvier 2021. « Même si nous devons déplorer la mort au combat, la Mort pour la France de deux de nos camarades… ». Nos médias bien obéissants n’ignorent pas l’importance de la mention « Mort pour la France », à la différence de la mention « Mort pour le service de la Nation » instituée par l’article 12 de la loi n° 2012-1432 du 21 décembre 2012 relative à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme. Elle est codifiée à l’article L. 513-1 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG).

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :