Actualités, Armées, Europe/UE, France, International

Mouvement opératif de la moitié de l’armée espagnole

444

Par Stratediplo, le 09 octobre 2017

Le Colonel

 

 

« L’Union Européenne se déclare non concernée, la France est solidaire du gouvernement espagnol, le Parlement Européen demande une médiation, la Suisse propose sa médiation, le FMI demande à l’Espagne de mettre fin à l’incertitude, mais personne n’a encore signifié son opposition à ce que le gouvernement espagnol envoie l’armée contre la population de Catalogne. »

 

 

© Logo by Pierre Duriot

 

 

Sous réserve de confirmation de source neutre des articles de presse de vendredi 6 octobre, le gouvernement espagnol envoie la division Castillejos à Saragosse. Elle serait déjà « mobilisée » (passée en mode opérationnel) et ferait route dans les prochains jours. Ces informations très laconiques méritent une mise en perspective plus générale.
 
Les trois brigades organiques de la division Castillejos rejoignent là la brigade Aragon basée à Saragosse mais appartenant depuis peu à l’autre division espagnole, la San Marcial. Ces quatre brigades ensemble représentent la moitié des unités de manoeuvre de l’armée de terre, puisqu’hormis les sept brigades endivisionnées il y a aussi une brigade aux Canaries. La division San Marcial pour l’instant non pré-alertée pour la Catalogne est à dominante un peu plus lourde (partiellement mécanisée), tandis que la division Castillejos est l’héritière de la Force d’Action Rapide, donc plus légère et mobile. Ses trois brigades d’infanterie légère dites polyvalentes sont la 6° brigade parachutiste Almogavares, la 2° brigade de légion Alphonse XIII et la 7° brigade aéroportée Galice. Chacune des trois brigades de la division Castillejos comporte trois bataillons d’infanterie et un bataillon de cavalerie légère, la brigade Aragon de son côté ne comporte que deux bataillons d’infanterie (déjà stationnés en Catalogne), et deux bataillons de cavalerie dont un de lourde. Toutes les brigades comportent un groupe (bataillon) d’artillerie, inutile pour la confrontation envisagée, et un bataillon de génie, qui peut avoir une utilité en soutien, de même que les bataillons de cavalerie peuvent servir en appui de l’infanterie qui aurait le rôle principal face à une administration et une population civiles.
 
Par contre les deux convois du 41° Groupement de Soutien Logistique sortis de Saragosse dans la nuit de mardi à mercredi pour aller livrer et déployer des infrastructures d’accueil temporaire, dans les emprises du 62° Régiment d’Infanterie (Barcelone et Saint-Clément Sescebes), au profit des unités anti-émeutes de la gendarmerie et de la police nationale expulsées des hôtels catalans à l’annonce de la prolongation indéterminée de leur déploiement, n’ont a priori rien à voir avec le mouvement militaire annoncé, sauf si ce n’est pas pour la gendarmerie et la police que l’on doit projeter des structures d’accueil. Par ailleurs on peut rappeler ici que la moitié des forces dites spéciales (l’équivalent d’un bataillon) sont déjà en alerte, tous congés suspendus également, mais que c’est l’unité antiterroriste de la gendarmerie, le Groupe d’Action Rapide, qui a pris le contrôle de l’aéroport de Barcelone.

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!