Actualités, Armées, France, Immigration, Insécurité, Politique

Moyens ou pas

804

Par Stratediplo

Le 19 novembre 2018

 

 

« Si la société ne force pas son Etat à organiser les moyens qu’elle lui fournit et à se préparer au Septième Scénario, c’est dans le désordre qu’elle devra mobiliser les moyens de faire face à la guerre civile. »

 

 

© Pierre Duriot

 


Après sa désertion du ministère de l’intérieur, au lendemain du refus présidentiel de sa démission, Gérard Collomb a laissé publier ses propos sous embargo depuis février selon lesquels il craignait que « demain on ne doive vivre face à face » plutôt que côte à côte avec (les narcotrafiquants et) les islamistes radicaux, et que d’ici à cinq ans la situation pourrait devenir irréversible, c’est-à-dire déboucher sur un conflit ouvert. Quelques jours plus tard, le politicien Philippe de Villiers a déclaré lors d’une émission télévisée le 3 novembre que son frère Pierre, avant d’être limogé, aurait confié au président Emmanuel Macron que « si ça pète dans les banlieues, on n’est pas capable de faire face, on n’a pas les moyens de faire face, on n’a pas les hommes« . Depuis lors, diverses interrogations se sont élevées, et un débat a été ouvert, quant à l’existence des moyens nécessaires.


En l’occurrence le chef d’état-major des armées avait certainement lu le Septième Scénario (www.lulu.com/fr/shop/stratediplo/le-septième-scénario/paperback/product-22330739.html), remis à son prédécesseur sur initiative privée puisqu’il était politiquement impossible de commander officiellement à un état-major un rapport sur les tenants et aboutissants de la sécession locale d’une minorité adepte d’une idéologie distincte. Effectivement l’étude conduite en prolongement et selon la méthodologie des Livres Blancs de la défense établit facilement que les forces de maintien de l’ordre de deuxième catégorie (ou anti-émeutes) ne sont pas dimensionnées pour interdire le retranchement de quelques milliers d’activistes ayant choisi la voie violente au sein d’un vivier de quelques centaines de milliers d’habitants (ou de dix viviers de quelques dizaines de milliers), et donc à plus forte raison de contenir une véritable insurrection même non généralisée. Et cette étude (le Septième Scénario) établit aussi, tant par l’application des méthodes de raisonnement tactique que par la présentation de cas français ou étrangers connus, non seulement que les moyens militaires affectés par le gouvernement au déploiement intérieur seraient inadaptés et insuffisants, mais également que l’ensemble des moyens militaires non combattants présents en métropole, voire les corps expéditionnaires s’ils peuvent être rapatriés à temps, seraient incapables de pacifier les zones rebelles.


About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.



@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!