Municipales : bilan du premier tour.

Par Romain Cro le 24 mars 2014
Par Romain Cro le 24 mars 2014

 

Bilan du 1er tour : le point de vue de Romain Cro

 

Illustration LCA
Illustration LCA

 

Pour commencer, parlons de l’abstention, et malheureusement, elle a une fois de plus battu des records, près de 39% de personnes ne se sont pas déplacées pour aller voter.

Ce record d’abstention est évidemment due  à une campagne scandaleuse, voulue par les partis dit traditionnels. On l’aura tous remarqué, PS et UMP, on largement participé à dégoûter les électeurs de la vie politique française.

Pour ce qui est des résultats, le PS a pris une première claque, et quoi qu’en disent ses représentants, il est clair que la politique menée par le parti au pouvoir, a largement joué contre lui, les français ont clairement sanctionné la gauche.

L’UMP s’en sort plutôt bien, considéré comme un parti d’opposition par les médias, il ne fait tout de même pas un résultat spectaculaire, rien d’étonnant non plus, aux yeux des français, le parti de droite ne s’est pas montré très convaincant dans le rôle d’opposant principal.

Pour les petits partis, (UDI, EELV, MODEM etc …), certains font des scores honorables, ils arrivent à se maintenir, voire, à être en tête dans de nombreuses communes.

Le Front de Gauche, qui se déclare « opposant de gauche », est largement distancé, avec près de 0,60% des voix pour ses candidats, c’est donc un cuisant revers, heureusement pour lui, et malgré sa posture d’opposant, il se maintient grâce à de nombreuses listes rattachée au PS.

En revanche, le parti qui explose, c’est le Front National, malgré le peu de listes présentées, (500 sur 36 000 communes), il obtient des scores qui ont largement surpris, et a déjoué tout les pronostics.

Le parti dit « d’extrême droite » a démontré, après son score à la présidentielle, qu’il faisait bel est bien partie de la vie politique française, et qu’il n’était pas un simple « exutoire », on peut désormais compter sur lui.

Reste à voir où il se positionnera après le second tour, et si il concrétisera ses bons résultats, malgré le possible retour du « front républicain », devenu preuve de copinage entre PS et UMP, et seul moyen de bloquer le parti patriotique.

Bref, en général, les français suivent de moins en moins les partis traditionnels, dégoûtés, ils finissent par ne plus voter, ou par se diriger vers ceux qui souhaitent un réel changement de la vie politique française.

Je précise que cet article n’est que le point de vue d’un amateur, qui estime avoir le droit d’expliquer sa propre vision de l’actualité, comme il la perçoit.

 

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :