Ne rien faire, c’est collaborer. Agir, c’est résister !

Le 09 Mars 2014
Le 09 Mars 2014

 

Je n’ai pas résisté à l’envie de vous poster ce billet de Rafik Smati, avec lequel je me suis déjà pris la tête sur Twitter. Son cheval de bataille est l’aversion qu’il témoigne envers la génération des baby-boomers dont je fais partie. Tous coupables de tous les maux et malheurs de cette génération bafouée, dont il est fait partie lui aussi. J’ai déjà eu l’occasion de lui dire que la jalousie et l’envie sont de vilains défauts. Ils sont tous là tels des charognards à attendre l’héritage que la génération des baby-boomers leur légueront. Sur ce point, ils ne cracheront pas dessus! //RO

 

Photo de l'auteur
Photo de l’auteur

 

Les chiffres qui vont suivre sont tout bonnement édifiants. Mis côte à côte, ils constituent un cocktail détonnant. Révolutionnaire, même. Voyez donc :

– 5,5 millions de chômeurs inscrits au Pôle Emploi
– 9 millions de personnes sous le seuil de pauvreté
– 3,2 millions de salariés au SMIC
– 1,7 millions de personnes au RSA
– 1 million de Français inscrits aux Restos du Coeur
– Le taux de croissance moyen perd un point chaque décennie
– La dette publique double tous les 12 ans
– 1 entreprise fait faillite toutes les 2 minutes
– 34% des 18-34 ans envisagent de quitter la France
– 25% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage
– 80% des nouveaux emplois créés sont des CDD
– Seuls 4% des Français éprouvent du respect pour les partis politiques

Voici donc le funeste bilan de ces trente dernières années… Pourtant, pendant cette période, la France a continué à produire des richesses. Elles ont même plus que doublé, mais se sont concentrées entre les mains de ceux qui gèrent l’abondance et qui profitent du système. Je fais d’abord référence à la génération du baby-boom, propriétaire de 68% du parc immobilier et de la moitié de la capitalisation boursière. Leur revenu moyen dépasse de plus de 15% celui des actifs… Je pense aussi aux corporations et aux syndicats, qui veillent sur leurs avantages comme des dragons veillent sur leurs trésors. Et comment ne pas citer les gouvernants politiques de tous bords qui se sont succédés ces trente dernières années, complices de ces injustices aussi bien par lâcheté que par incompétence ?

Nous avons là, sous nos yeux, tous les ingrédients qui pourraient donner lieu à un soulèvement populaire de grande ampleur, et pourquoi pas, même, une révolution. Mais pourquoi alors rien de tel ne se produit ? Qu’attendons-nous pour manifester notre indignation ? Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, les moins de quarante ans sont les enfants de la crise. Ils ne connaissent de ce monde que la précarité et la tourmente, et se sont résignés à l’accepter. Dans le Mythe de la Caverne, Platon met en scène des personnes enchainées et immobilisées dans une grotte, qui tournent le dos à l’entrée, et ne perçoivent que les ombres véhiculées par des objets situés loin derrière eux. Ces ombres constituent leur unique réalité. Notre jeunesse est aujourd’hui dans cette situation. Enchaînée, elle n’a pour réalité que la crise et la rareté.

Mais cela va bien plus loin : c’est l’ensemble de la population qui a été infantilisée. Le spectacle médiatique occupe les âmes et aliène les masses. L’esprit de responsabilité est anéanti par un pouvoir politique qui se mêle de tout, et surtout de l’inutile et du dérisoire. La prise du risque est mise à mal par un principe de précaution absurde et décadent. La finance impose ses lois à des Etats devenus faibles. L’Euro et la mondialisation, supposés nous prémunir contre la crise et générer de la croissance ont créé plus de problèmes qu’il n’en ont résolus…

Dans le chapitre des Misérables intitulé L’extrême bord, Victor Hugo eut cette formule lumineuse : « Il vient une heure où protester ne suffit plus; après la philosophie il faut l’action; la vive force achève ce que l’idée a ébauché ». Nous y sommes. Le temps est venu de nous réveiller ! Le temps est venu de reconquérir la France ! Nous, les enfants de la dette, les enfants de la crise, libérerons-nous des forces qui nous emprisonnent et qui nous brident ! Notre pays a des atouts immenses (sa géographie, sa démographie, ses infrastructures, son savoir-faire, son agriculture, sa culture…). Ajoutez à cela que nous sommes à l’aube d’une possible nouvelle révolution industrielle : tout va être bouleversé par les innovations à venir dans le numérique, les biotechnologies, l’impression 3D, la robotique, les nano-technologies, l’intelligence artificielle… Alors saisissons-nous de la fabuleuse mutation qui est à l’oeuvre ! Ne laissons pas l’incompétence et l’ignorance décider de notre devenir ! Ne rien faire, c’est collaborer. Agir, c’est résister.

A vous, à nous, de jouer !

Rafik Smati

Source : http://www.rafiksmati.fr

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

4 thoughts to “Ne rien faire, c’est collaborer. Agir, c’est résister !”

  1. Bonjour Isabelle, Suite votre message perso d’hier, je vous ai adressé une réponse sur votre Email. Il est peut être passé en indésirable. Bonne Journée. Cordialement. //RO

  2. Sur le fond du problème, Rafik Smati a, bien sur, raison. Mon point de désaccord avec lui, et c’est toujours le même, car in fine j’apprécie Rafik, c’est son focus permanent sur les baby-boomers. Je dirais que c’est mon seul point de friction. //RO

  3. Quelques éléments de réponse;
    DETTE – il faut le savoir
    > Endettement de la France : 85% du Produit Intérieur Brut.
    > > > La France a décidé d’annuler la dette publique de la Guinée-Bissau : 10 millions d’Euros.
    La France efface la dette des Comores : montant inconnu.
    La France efface la dette de Madagascar : 375 millions.
    La France efface 90% de la dette ivoirienne : 2 milliards d’euros.
    La France efface la moitié de la dette des Seychelles : 100 millions d’euros.
    La France efface la dette de la République du Congo : 700 millions d’euros.
    La France efface la dette du Malawi : 10 millions d’euros.
    La France efface la dette du Togo : 100 millions d’euros.
    La France prête au Maroc 625 millions d’euros à taux réduit, voire zéro. Dette annulée
    La France prête au Nigeria 70 millions d’euros. Dette annulée
    La France prête 150 millions d’euros aux Philippines. Dette annulée
    La France prête 20 millions d’euros au Vietnam. Dette annulée
    La France prête 75 millions d’euros à l’Ouganda. Dette annulée
    La France prête au Mexique 300 millions d’euros. Dette annulée
    La France prête 45 millions d’euros à la Mauritanie. Dette annulée
    La France prête 50 millions d’euros à l’Egypte. Dette annulée
    La France prête 125 millions d’euros au Sénégal. Dette annulée
    La France prête 16 milliards d’euros à la Grèce. Dette annulée
    La France prête 6 milliards d’euros à ses constructeurs automobiles pour délocaliser les productions. Dette annulée
    La France prête à débloque 50 millions d’euros pour Mayotte.
    La France dépense 500 millions pour le droit d’asile.
    La France dépense 800 millions pour l’AME (sécu des étrangers).
    L’Aide Médicale d’Etat (A.M.E .) : Un cadeau bien luxueux, alors qu’on nous demande de nous serrer la ceinture, parce que les caisses sont vides
    L’AME permet ainsi de couvrir le tourisme médical aux frais du contribuable Français. > > > Claudine Blanchet-Bardon, spécialiste des maladies génétiques de la peau, voit débarquer des patients AME venus du bout du monde :  » Ils arrivent clandestinement ici, et à cause des associations en tous genres, ces gens restent tranquilles pendant trois mois et débarquent à ma consultation avec leur attestation AME, accompagnés d’un interprète.
    L’interprète, lui, ils le payent  » mais pas ce qui est médical !!
    Un cancérologue raconte :  » Nous avons des patients qui vivent en Algérie et qui ont l’AME.
    Ils viennent en France régulièrement pour leur traitement, puis repartent chez eux.
    Ils ne payent que l’avion…
    Un médecin raconte :  » Des femmes sans-papiers peuvent faire valoir leurs droits à des traitements d’aide médicale à la procréation.
    Chaque tentative de fécondation in vitro (FIV) coûte entre 8000 et 10.000EUR.
    Les seules conditions requises pour obtenir l’AME sont :- 3 mois de résidence en France – des ressources inférieures à 634 EUR par mois.
    Depuis deux ans, la facture de la couverture médicale des sans-papiers s’envole.
    Son rythme de progression est trois à quatre fois supérieur à celui des dépenses de santé de tout le pays : + 13% en 2009 (530 millions d’euros pour 210.000 bénéficiaires) et + 17% au début de cette année.
    De toute évidence, l’enveloppe de 535 millions d’euros prévue en 2010 sera largement dépassée !
    Pour l’an prochain, ce sont 588 millions d’euros que Bercy a mis de côté pour l’AME soit, à peu de chose près, le montant des recettes fiscales que le gouvernement veut récupérer sur les mariés-pacsés-divorcés, ou encore le coût global du bouclier fiscal.
    L’Aide Médicale d’Etat (A.M.E.) finance des cures thermales et le trafic du Subutex (31.08.2010)
    Le député Thierry Mariani s’est récemment interrogé sur l’AME : son montant croît quatre fois plus vite que celui du régime général, soit 17% ; et ces dix derniers mois, il a augmenté, en Ile-de-France de 66%
    Signalons par ailleurs qu’un Français paye un forfait hospitalier et pas un immigré en situation irrégulière.

    Ah, oui, il a raison : il est temps de reconquérir notre pays !!!

Les commentaires sont clos.