Nés pour tuer

Par Tahar Ben Jelloun (@Tahar_B_Jelloun)

Le 25/09/2017 – Le 360

 

 

« Plus que jamais, il faut tout faire pour que l’islam ne soit plus contaminé par la politique et que les politiques n’utilisent plus la religion pour arriver au pouvoir. » TBJ

 

© Logo by Pierre Duriot

 

Ce n’est pas le Maroc qui fabrique des terroristes. Il a sa part de responsabilité dans ce qui a pu lui échapper. Mais ces tueurs appartiennent à Daech et n’ont pas de patrie. Ils se réclament du territoire promis dans un au-delà mythique et improbable.

Lors d’une conférence jeudi dernier à la Villa Medicis à Rome, une dame m’a posé la question qui préoccupe pas mal les Marocains: «Comment expliquez-vous que souvent les terroristes qui agissent en Europe ces derniers temps sont Marocains, nés au Maroc ou en Europe de parents marocains?».

J’observai une longue minute de silence et de réflexion. Je lui ai dit: «figurez-vous que moi aussi, ainsi que bon nombre de mes compatriotes, nous nous posons la même question. Nous ne comprenons pas ce qui a pu se passer au sein de ces familles, ni comment la propagande criminelle atteint ces terroristes, ni quelle cause ils défendraient, ni quelles explications ils donneraient à leurs parents s’il leur arrivait de survivre. Aucune analyse logique n’est satisfaisante. On tourne le problème dans tous les sens et on retombe sur les mêmes difficultés».

On pourrait arguer du fait que leur éducation a foiré ou n’a même pas existé, que leurs parents ont été dépassés, qu’ils ont été abandonnés sur le bord de la route et que personne ne s’est préoccupé de leur sort. On pourrait citer aussi la débâcle de l’éducation nationale, l’échec des partis politiques traditionnels qui n’ont pas su parler au peuple, ni s’occuper de la jeunesse. On pourrait évoquer le rôle des médias, la violence complaisamment étalée sur les écrans, les chaînes de certains pays du Golfe qui sont des appareils de propagande et d’abrutissement au nom d’un Islam non compris. Tout cela s’est mélangé avec d’autres ingrédients pour devenir un appel au meurtre. Ces jeunes individus qui ont commis les attentats de la Catalogne et de la Finlande étaient des gens disponibles. Ils attendaient que quelqu’un leur parle le langage qu’ils comprennent, utilisant les métaphores, les images, les symboles qui vont directement à leur esprit non encombré par le savoir, la science, la morale ou simplement une forme d’intelligence du cœur.

Lire la suite sur http://fr.le360.ma

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.