Où sont les femmes ?

Par le capitaine (er) J.M.

Ancien Officier à Titre Etranger

Le 30 septembre 2017 – Le Colonel

 

 

J’aime beaucoup ce texte, écrit en exclusivité pour Le Colonel par le capitaine (er) J.M., toujours excellent. //RO

 

 

© Logo by Pierre Duriot

 

Dans les années 80, c’était le titre d’une chanson qui passait en boucle sur nos radios. Le texte de cette guimauve disco n’avait alors, rien à voir avec une quelconque harangue féministe (1). C’est aussi à cette même époque, que les femmes ont en France notamment, mais également en Europe, relancé ce nécessaire combat, dont l’objectif est d’abolir dans tous les domaines, les inégalités hommes-femmes dont elles sont si souvent victimes, et de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la vie privée.


Mais pour quels résultats aujourd’hui après plus de trente années de lutte ?


L’égalité et la parité jusqu’à l’absurde, où des gourdasses sans cervelles, occupent le devant de la scène médiaco-politique. Couvrant d’un voile grotesque, celles beaucoup plus nombreuses, qui tous les jours démontrent par leurs talents, leur intelligence et leur professionnalisme qu’elles n’ont nul besoin des hommes pour savoir ou même prouver ce qu’elles valent.


Où ces autres, mi-putes, mi-soumises, qui dans ces émissions de téléréalité, pour briller d’une infime étincelle de célébrité, se vautrent dans le vulgaire. Balayant ainsi par leurs frasques, les batailles gagnées de haute lutte par d’autres, plus nombreuses encore qui veulent être respectées. Et pas seulement parce qu’elles sont « physiquement intelligente », mais parce qu’elles sont des Femmes tout simplement.


Où ces autres encore, qui plus souvent par lâcheté que par soumission divine, se cachent derrière un tissu aussi sombre et froid, que l’esprit tordu de ces hommes qui leur imposent ces préceptes religieux d’un autre temps.


Où sont les femmes ? La question mérite en effet d’être posée trente ans après.


Où sont les femmes ? Quand un humoriste sans talent, n’a d’autres idées artistiques, que de soulever la jupe d’une femme dans une émission qui se veut grand public. Quand cette dernière, loin de s’en offusquer, défend l’auteur de ce geste, par un pitoyable et irresponsable « Mais c’est mon ami… ». Quand l’animateur « vedette » de cette émission poubelle, n’hésite pas à comparer ceux qui osent s’en plaindre, « aux collabos de l’occupation » et de désigner « Ces chômeurs qui n’ont rien d’autres à foutre… » Responsables selon lui, de ce manque d’humour et du retour du fascisme en France (2).


Où sont les femmes ? Quand en France, une fillette de 11 ans à peine, subit au mieux une agression sexuelle ou au pire un viol, par un homme qui déclare pour sa défense, qu’elle était consentante. Quand la « machine judiciaire » et non la Justice de notre pays, s’interroge longuement ensuite sur ce dernier point ! Comme si un quelconque consentement était nécessaire pour avoir des relations sexuelles avec une enfant ou en diminuer l’horreur de l’acte (3).


Où sont les femmes ? Quand dans certaines rues de nos grandes villes et de notre capitale, les femmes sont obligées de changer de trottoirs ou de rester chez elles pour ne plus subir les insultes, les gestes déplacés, les crachats, d’une diversité masculine qui a oublié ou ne veut pas entendre, que ce pays d’accueil qu’est la France, permet par la Loi, aux Femmes d’être libres (4).


Où sont les femmes ? Quand la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, préfère défendre ces mêmes hommes, pétris d’une autre culture, en se pavanant devants les caméras pour démontrer que tout cela n’est que mensonges, écrasant de son mépris ces victimes alors même qu’elle est une femme, et qu’elle ne peut ignorer la véracité de ces faits (5).


Où sont les femmes ? Quand les agressions envers les femmes sont en constantes augmentation en France et en Europe. Quand, chez nos voisins allemands, le nombre de viols lors d’évènements festifs montent vers des sommets horrifiques. Obligeant ainsi notre très accueillant voisin, dirigé pourtant par une femme, à modifier sa législation, pour qu’enfin les hommes quelques soient leur culture, sachent que le viol est interdit par la Loi (6).


Où sont les femmes ? Quand si peu se dressent contre le port du voile, véritable « porte drapeau » de la soumission des femmes. Quand aucune égérie de la mode, de nos peoples, de la presse ne fait campagne, pour sensibiliser les très jeunes femmes en particulier, que par cet acte, contraire à la liberté des Femmes de par le monde, elles se soumettent et perdent ainsi un peu de leur humanité.


Certaines me diront peut-être, mais si ! Il y a les FEMEN, ce groupe féministe d’origine ukrainienne. Ces adeptes d’un féminisme radical qu’elles appellent « sextrémisme ». Ce mouvement qui s’affirme athée, antireligieux, et qui reproche à la laïcité d’être « une façon d’accepter l’inacceptable ».


Oui peut-être pourquoi pas, après tout ! Mais croyez-vous vraiment que des harpies aux seins nus, vociférant des insultes contre tout ce qui est contraire à leur « dogme », représente bien les Femmes et puissent réellement et concrètement défendre vos droits ?
Triste constat, Mesdames n’est-ce-pas après toutes ces années de lutte ? Mais après tout, je ne suis qu’un homme et je ne suis donc peut-être pas le plus à même de porter un quelconque jugement. D’ailleurs, je n’ai jamais beaucoup aimé cette chanson. J’en ai toujours préféré une autre, sortie peu après celle-ci « Femmes, je vous aime… » (7)


1- Patrick Juvet parue sur l’album Paris by Night en 1977.
2- http://www.francetvinfo.fr/economie/medias/la-robe-remontee-de-nolwenn-leroy-chez-ardisson-et-ses-consequences-en-cinq-actes_2395328.html
3- http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/09/26/01016-20170926ARTFIG00319-une-fillette-de-onze-ans-jugee-consentante-apres-une-relation-sexuelle-avec-un-adulte.php
4- http://www.leparisien.fr/paris-75018/harcelement-les-femmes-chassees-des-rues-dans-le-quartier-chapelle-pajol-18-05-2017-6961779.php
5- https://www.valeursactuelles.com/politique/harcelement-de-rue-marlene-schiappa-desavouee-par-la-police-88546
§- http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/allemagne-les-terribles-chiffres-des-agressions-sexuelles-du-nouvel-an_1811303.html
7- Femmes, je vous aime par Julien Clerc album studio Femmes, Indiscrétion, Blasphème 1982

 

 

 

9 réflexions au sujet de “Où sont les femmes ?”

  1. @corn
    Vous me faîtes repenser à une anectdocte sur Churchill :
    Si j’étais votre femme je mettrais du poison dans votre thé.
    Si j’étais votre mari, je le boirais.

  2. Les femmes sont au pluriel parce que n’importe qui se prétend femme y compris les mecs trans ! Le mot est sans majuscule puisqu’il s’agit d’un nom commun, c’est-à-dire de plus en plus commun et sans existence. Pour ma part, je suis une Femme mais avec majuscule car appartenant à cette race en extinction.
    Quant aux femmes qui doivent porter des jupes, excusez-moi messieurs, mais c’est déjà un argument sexiste qui prouve que vous avez une idée méprisante de la Femme que vous considérez, sans en prendre conscience, comme n’ayant qu’une fonction hygiénique pour votre b… et pour vos yeux. Je peux vous dire par expérience qu’en hiver, et lorsqu’il pleut, je préfère un bon gros pantalon de velours pour être au chaud plutôt que des collants qui me donnent des varices ou des bas qui laissent passer les courants d’air ! Essayez et vous comprendrez que le fait d’être femme ne passe pas par le bas vestimentaire du corps. Croyez-moi, quand vous attendez le train de banlieue en correspondance en gare de Saint-Cyr, l’hiver, dans le vent, le froid, la pluie, durant 3/4h dans les meilleures conditions (car je ne parle pas des périodes de grèves), je peux vous dire que je ne m’intéresse pas à vos fantasmes masculins mais bien à mon confort pour ne pas choper une angine ! Ce n’est pas pour autant que je cesse d’être Femme. Et que pensez-vous de ces femmes dont le cerveau bug au point de préférer leurs congénères à la gente masculine ? Là non plus je ne me reconnais pas, et sachez que, dans le Sud-Est (où le dicton prétend qu’à Toulon « plus de putes que de maisons ») je me suis faite traitée par des femmes du cru de « gouine » parce que j’étais en tailleur-jupe (sans talons hauts pour mes vertèbres, et à cause des mauvais trottoirs en pente, rien de tel pour se tordre la cheville ou faire un vol plané). Comment voulez-vous que les vraies Femmes puissent survivre ? Etre Femme, c’est dans la tête, pas dans le vêtement. Je survis sur mon île déserte…! Joséphine, et vous autres machos inconscients, revoyez votre copie sur le vêtement de la femme. Les Ecossais seraient-ils tous des pédés pour porter le kilt plissé des petites filles françaises de bonne famille des années 60 ? Non, bon, alors ne tenez plus ce genre de discours.
    Daniel Chollet, pourquoi faudrait-il qu’il y ait des femmes à la Légion Etrangère ? Elles sont plus intelligentes ! Observez : plutôt que d’aller se faire tuer, elles préfèrent survivre en épousant un riche étranger ou un étranger qui leur permettra de prétendre à la nationalité française. Objectivement : être asservie par un seul mec épousé, ou être asservie par une hiérarchie militaire…la Femme étrangère préfère encore un moindre mal : celui de pouvoir divorcer rapidement et obtenir une pension alimentaire. N’est-ce pas une meilleure stratégie ? Alors, vous ne verrez pas de sitôt des femmes dans la Légion Etrangère !
    Général Leboljean, la Première Dame de France n’a pas des jupes trop courtes mais elle n’a pas le sens de l’esthétique ce qui donne l’impression aux gens comme elle que c’est à cause de la jupe et des talons. C’est l’ensemble qui n’est pas harmonieux par rapport à l’image que l’on se fait d’une Première Dame qui représente tout de même la Haute Couture française. Mais comme cette Haute Couture est de plus en plus minable ceci explique cela. Si elle accepte de changer de conseiller « garde-robe », certainement elle sera plus élégante car elle n’est pas pire qu’une autre. On peut même s’habiller BCBG pour seulement 5 euros au Secours Catholique, mais avec la même somme, celle qui n’a pas le sens de l’esthétique restera toujours un boudin plus ou moins amélioré.

  3. Merci beaucoup pour ces renseignements.Je me doutais qu’il s’agissait de la legion mais je pensais qu’à un moment, »francais par le sang versé » ils étaient naturalisés…
    Bien à vous

  4. Question connexe par curiosité, comment peut-on de nos jours,servir comme officier étranger ?
    J’ai connu le cas célèbre de Weygand mais il se fit naturaliser.

  5. Mon Général,

    Il s’agissait alors d’un officier général ou appelé à le devenir car un officier subalterne ou au début de la catégorie supérieure a et sera noté par d’autres officiers plus intègres…
    Avec mes
    HE

  6. Il y a belle lurette que les femmes qui se promènent dans la rue ressemblent de plus en plus à des hommes. Elles se sont empressées de faire disparaître leurs robes en même temps que leurs rondeurs tant appréciées par les vrais mecs chez Marilyn Monroe. Elles ont décidé de se vêtir comme des mecs. Elles pensent comme eux. Elles castagnent comme eux…(faites gaffe certaine se servent même de leurs crocs pour mordre). Le poulet aux hormones n’y est pour rien !
    68 avec le pédophile Cohn Bendit a fini de féminiser les mâles en masculinisant les « femelles ». Femelles proches de celles appartenant aux mantes religieuses qui décapitent leur mâles après l’accouplement.

    « La Femme est l’Avenir de l’homme » ? Non Monsieur Ferrat ! Imaginons un court instant une Mazarine Pingeot hystérique, une Christine Angot hystérique, une Aurélie Phillipetti hystérique sise demain à la place de la folle de l’Elysée.

    Merci pour ce billet aux questions bien inquiétantes concernant les Femmes avec un F majuscule, espèce en voie d’extinction.

  7. Où sont les femmes ?…
    Quand une épouse d’officier jugée trop sexy par la femme d’un supérieur hiérarchique scelle la déchéance professionnelle de son époux ?…

    (Idem, aujourd’hui, où l’on fait des caisses pour une, dite, première Dame de France, qui aurait des jupes trop courtes et des talons trop hauts…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :