Pour le général Vincent Desportes, l’opération Sentinelle « fait du mal aux armées »

Propos recueillis par Alexandra Milhat

Publié le 06 février 2017

BFMTV



L’objectif essentiel de l’opération Sentinelle n’est pas antiterroriste, il est politicien. Personne ne doit s’attendre à ce que ça change avant le mois de mai 2017. Cette opération est entrain de changer l’ADN de l’armée. //VD


L’attaque au Carrousel du Louvre de vendredi dernier visant des militaires de l’opération Sentinelle a permis au gouvernement de réaffirmer l’utilité de cette dernière. Pour le général Vincent Desportes, le constat est différent. Il estime que les forces armées sont utilisées à mauvais escient, entraînant une inefficacité des forces engagées dans cette opération.

Vincent Desportes est un ancien général de division de l’armée de terre. Ingénieur, docteur en histoire et professeur à Sciences Po, il désavoue aujourd’hui l’opération Sentinelle, et ce, malgré l’attaque du Carrousel du Louvre, lors de laquelle quatre militaires ont riposté et neutralisé l’assaillant. 

« L’opération Sentinelle a probablement une efficacité, mais elle est simplement d’ordre psychologique. Rien ne prouve aujourd’hui qu’elle ait empêché le moindre attentat, sinon on le saurait, sinon on l’aurait dit. Au contraire, tout montre que Sentinelle, qui a été déclenchée juste après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015, n’a empêché aucun des grands attentats qui ont eu lieu en France, et en particulier ceux du 13 novembre et de Nice.

Les faits ne sont pas très favorables, voire pas du tout. Le problème de l’opération Sentinelle, c’est qu’elle indique bien, par la présence des militaires, les lieux où il ne vaut mieux pas conduire d’attaque parce qu’il y sont présents. En revanche, elle indique parfaitement à qui veut s’en prendre aux militaires, et c’est ce qui s’est passé au Louvre, les endroits où on peut aller les attaquer.

Le bilan me semble donc plutôt négatif, puisqu’on sait que cette opération pèse d’un poids très lourd sur la capacité des armées. L’armée de terre en particulier est la première concernée. C’est également une gabegie, parce que la formation des soldats coûte très cher, alors qu’on leur apprend à faire un métier qui n’est pas le leur. On est bien dans une dépense budgétaire et capacitaire qui n’est payée par rien en retour.

« La présence des militaires risque de se banaliser »

L’opération Sentinelle a quand même un effet psychologique. D’abord, cela laisse croire à la population française que le gouvernement a sérieusement pris le problème du terrorisme en main. Ensuite, elle provoque un autre effet psychologique, qui est celui de rassurer la population. Mais en même temps, ça l’inquiète, ce qui est peut-être positif parce que les gens restent sur leurs gardes. Ils se disent ‘s’il y a des soldats, c’est que c’est dangereux’, et ils sont peut-être un peu moins indifférents qu’avant. Ceci dit, plus cette opération va durer, plus ils s’habitueront à voir des militaires à tous les coins de rue et devant toutes les gares. Leur présence risque de se banaliser. 

En revanche, je pense qu’il est normal que l’armée de terre participe à la protection du territoire national et à la sécurité des populations. Mais il faut qu’elle le fasse comme elle sait le faire: on pourrait très bien avoir des forces dédiées à la protection du territoire national, avec deux ou trois réservoirs de forces positionnés en France, prêts à réagir très rapidement. L’armée serait prête à intervenir en cas de massacre de masse et elle le ferait efficacement avec tous ses moyens concentrés (hélicoptères, radio logistique…). Tout ce qu’elle ne peut pas faire aujourd’hui puisque les moyens sont totalement dispersés.


Lire la suite sur http://rmc.bfmtv.com


Logo by Pierre Duriot


Soutenez le blog Le Colonel


 

 

 

6 réflexions au sujet de “Pour le général Vincent Desportes, l’opération Sentinelle « fait du mal aux armées »”

  1. Sauf le respect que je lui dois et si je puis me permettre un mauvais jeu de mots, c’est le général Desportes ouvertes, qu’il enfonce toujours en grand professionnel de la communication mais à coups de vagues généralités, alors qu’il y a plus d’un an qu’on lui a personnellement fourni des éléments concrets, chiffrés et graves pour qu’il interpelle le politique comme sa position l’y autorise. Les lecteurs du blog du Colonel savent depuis longtemps quoi penser de cette opération Sentinelle décidée pour affaiblir encore plus l’armée (http://stratediplo.blogspot.com/2015/11/cessons-de-compter-sur-larmee_16.html).

  2. Tout est question de volonté politique : Donald Trump vient de nous le démontrer. Ce qui à défaut, ne remet pas en cause les observations pertinentes du général Vincent Desportes qui nous invite à penser autrement.
    D’abord en se donnant les moyens, face à un adversaire, devenu « sans limite », qui « s’adapte de plus en plus vite », en privilégiant le combat urbain au sein des populations.
    Ce qu’écrivait, le général Desportes, il y a dix ans, dans « La guerre probable », ne fait que se confirmer. « La ville est coûteuse à prendre, à tenir, à maîtriser ; elle enferme celui qui s’y bat, prend au piège ceux qui aspirent aux espaces…le tactique y reprend le pas sur l’opératif….le contact au sol, dans la durée, s’affirme comme un argument essentiel…La mission ultime de la guerre, c’est de contrôler….et pour contrôler vous devez être présent en nombre dans le milieu physique où naissent , croissent et se règlent les crises, c’est-à-dire au sol…l’armée demeure le dernier grand corps de l’Etat…il constitue l’ultima ratio …quand bien même plus rien d’autre ne fonctionnerait . » Livre très riche qui ne se limite pas dans l’esprit à ces quelques extraits et auquel je me permettrai d’ajouter : faudrait-il encore que notre armée en ait les moyens, alors que pendant des décennies, nos politiques, toutes tendances confondues n’ont cessé budgétairement d’en faire une variable d’ajustement et de ce fait, d’en réduire les capacités.

  3. Mais pourquoi encore donner la parole, ou plutôt la plume à un Général et cela quelque soit son niveau de responsabilité en matière de Sécurité du territoire.
    On a connu la « grande recommandation » des 4 très très très hauts chefs de Corps d’Armées, multi étoilées, auprès de messieurs le PR et de son ministre des armées.
    On a connu le passage volontaire pour information, devant une commission de parlementaires du N°3 de la Gendarmerie le Général Bertrand Soubelet, et ce qu’il lui est advenu comme « punition » par décision de l’Élysée.
    On a connu l’arrestation du Général de la Légion Étrangère, le Général Christian Piquemal pour participation à une manifestation anti immigrants dans la jungle de Calais, et sa « condamnation et dégradation » par des juges aux ordres des ministères des Armées et de la Justice.
    Va-t’on encore avoir droit à une nouvelle « descente aux gémonies politiques » d’un général militaire pour avertissement publique sur l’état d’esprit ou du moral des troupes engagées par « LuiToutSeul » dans des opérations fumeuses en France et à l’étranger?.
    Le peuple français doit savoir que son heure est compté.
    Que les « politiques actuels et passés depuis 1981, sont Tous des pourris, comme le disait déjà monsieur Mélanchon.
    Que toutes les grandes administrations de Sécurité Intérieures, sont aux mains de gens qui ne pensent qu’à leurs carrières avec les avantages qui s’y rattachent.
    Le peuple français doit savoir que son heure est compté, et qu’il ferait bien de prendre ses précautions avant que le top départ de l’Allemagne de l’Euro, donné par Madame Merkel, quand elle aura jugé que, monsieur Hollande et monsieur Macron et monsieur Fillon, sont des « menteurs, des profiteurs, des prestidigitateurs de la fausse communication ». Et que les forces militaires françaises sont tellement dispersées aux quatre coins du monde et de France, qu’elle pourra faire « envahir » le sol national par ses armées de « migrants » tout heureux à vivre dans un pays de cocagne avec la bénédiction de la gauche humanisante des droits du réfugié volontaire.
    Et le prochain Général de corps d’Armées ou pas, sera comme ses prédécesseurs, mis aux arrêts, dégradé, et désinscrit des Cadres des Armées et non soldé par le Ministère du sansamalgame.
    Alors, à qui le tour.
    Avant 2020, la France sera dotée d’une Armée Populaire, comme en Chine, comme en Suisse, comme ailleurs sans doute. A cause de l’incompétence de « MoiJe » à protéger les français d’abord et de s’afficher au chevet de Théo.
    Et les militaires n’auront plus que les semelles de leur godillots pour pleurer leurs heures de gloires passées car les français patriotes se souviendront d’Albert Camus disant: « Plutôt mourir debout que de vivre à genoux ». Et ruinés par les socialos.

  4. … et pas seulement l’armée. le peuple aussi a mal à ses libertés bafouées au nom, soit disant d’allah
    Le problème c’est que l’on n’a plus rien à opposer aux attentas,

    Nous sommes une armée qui a tiré toutes ses munitions à la première attaque et qui veut continuer une guerre , n’ayant plus que des poitrines à offrir aux ennemis non désignés. Que fout l’armée?

    http://wp.me/p4Im0Q-1×1

  5. On réinvente le fil à couper le beurre…

    Avant, il y avait la D.O.T. « Défense Opérationnelle du Territoire »,

    mais ça, c’était AVANT…

    Oui, il est indispensable d’avoir une branche armée pour s’occuper exclusivement du territoire national.

  6. Entièrement d’accord avec le général ; cette position a déjà été évoquée plusieurs fois avec raison mais assurément rien ne changera avant la fin des élections. Cette mission donnée aux armées, c’est du « vent politique » ,elle ne sert à rien et ce n’est pas l’attaque du Louvre qui va apportera la preuve de son utilité.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :