Préfecture de Paris : ce qui se joue vraiment quand les réseaux sociaux s’enflamment

Avec Nicolas Moreau – Le 05 octobre 2019 – Atlantico

S’ils ont pu l’être au départ, les réseaux sociaux ne sont plus représentatifs de la société française. Les plus radicaux s’y expriment, souvent violemment, et font fuir ou taire les plus modérés. Il n’y a donc plus grand monde à convaincre sur ces réseaux, les clivages politiques y sont très marqués, et ils ne changeront plus ou presque. //NM

Jeudi, un fonctionnaire administratif de la préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues puis a été abattu. Les motifs de son acte ne sont pas encore connus : conversion à l’islam, craquage psychologique à cause de son travail, tensions dues à son handicap… Toute la panoplie des causes est évoquée sur les réseaux sociaux.

Atlantico : Les réseaux sociaux s’enflamment autour d’informations parcellaires et non vérifiables. Est-ce cette absence de faits qui cause cet effet de résonance ?

Nicolas Moreau : Il est impossible de répondre à cette question, car il est impossible de chiffrer ceux que l’absence d’informations pousse à la prudence et au silence, et ceux dont l’absence d’informations stimule au contraire l’imagination et l’expression.

Si on s’intéresse à ceux qui s’expriment, les réseaux sociaux s’enflamment autour d’informations douteuses et parcellaires, tout comme ils le font autour d’informations vérifiées et détaillées : avec des biais cognitifs très importants, et notamment de forts biais de confirmation (qui poussent les individus à privilégier les informations confirmant leurs croyances préétablies, plutôt que celles poussant à les remettre en cause).

https://www.atlantico.fr/decryptage/3580396/prefecture-de-paris–ce-qui-se-joue-vraiment-quand-les-reseaux-sociaux-s-enflamment-nicolas-moreau

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Préfecture de Paris : ce qui se joue vraiment quand les réseaux sociaux s’enflamment”

  1. J’aimerais beaucoup la disparition des réseaux sociaux, ça éviterait une avalanche d’âneries multiples et surtout ça empêcherait nos « élites » de tweeter à tort et à travers à tout moment, comme s’ils étaient payés pour ce faire.

Les commentaires sont clos.