Quand le délégué à la Sécurité routière affirme qu’une route dégradée est une solution contre les accidents.

Par André Lecondé

Caradisiac

 

 

Bon, vous l’aurez compris, soit #EmmanuelBarbe marche sur la tête, soit il se fiche de nous. En attendant, cet article a séduit et surtout surpris près de 12 000 abonnés sur Le Colonel Actualités. Et sur vos routes de vacances, c’était comment ? //RO

 

© Tosque Jean-Louis

 

Les masques tombent parmi les caciques d’une Sécurité routière qui semble avoir perdu le cap. La dernière intervention de son délégué est un grand excès de vitesse dans une succession dramatique de mots qui avoue une pensée qui ne l’est pas moins. Sachez chers motards et scootéristes, qu’un nid-de-poule qui se découvre sous vos deux roues n’est pas un mal. C’est même un bien que ce genre de chaussée dégradée permet d’éviter les accidents…

Le délégué à la Sécurité routière Emmanuel Barbe marche sur la tête. Et sans casque qui plus est. Les routes non entretenues ne sont pas une mise en danger de ses usagers victimes d’une mission de service public non faite. En revanche, c’est une aubaine pour éviter les accidents. Voici les propos de l’intéressé au micro de nos confrères de BFM :

« C’est un problème relatif en matière de sécurité routière. Le paradoxe, c’est que les routes les plus belles routes de France sont 3,5 fois plus mortelles que les autres. Parce que comme elles sont belles, on y roule plus vite. Le vrai facteur de dangerosité en sécurité routière c’est la vitesse. Quand les routes sont en mauvais état les gens roulent doucement« .

Lire la suite sur https://www.caradisiac.com

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “Quand le délégué à la Sécurité routière affirme qu’une route dégradée est une solution contre les accidents.”

  1. Où trouve-t-on de pareils couillons? A l’ENA, je suppose! Il est évident que de rester au lit est aussi une autre solution au problème de la mortalité routière… Y a t’il pensé ?
    Quant aux 80km/h du premier ministre, j’appréhende d’aller en France cet été… C’en est embarrassant de voir nos bons Pandores rédiger des PV pendant que nos chers emigrants/terroristes niquent la France !

  2. Rendre les routes non carrossables les rendra non accidentogenes
    .ce genre de raisonnement pouvait sr concevoir lorsque les délégués etaient des colonnels en retraite …

Les commentaires sont clos.