Quand, même les chiens n’aboient plus…

Par le Capitaine (er) J.M. – Ancien Officier à Titre Etranger

Le 10 février 2019

© Pierre Duriot

« Les chiens aboient, la caravane passe. » Tout le monde connait ce proverbe arabe, d’origine turque pour être précis. Il y a peu, il pouvait encore être employé à l’envi pour peu que le français d’en bas, moyen ou riche, réfractaire ou mouton docile, s’intéresse peu ou prou à l’actualité politique de ce qui ne sera plus pour très longtemps encore : le pays des droits de l’Homme…

En particulier, lorsque les derniers médias libres et ceux toujours plus nombreux, subordonnés aux directives des Conseils d’administration des grands groupes de presse, auront définitivement abandonnés leur devoir d’informer le peuple. Les premiers parce qu’ils auront été muselés par une loi visant à nous protéger des « fake news ». Bien que la ministre de la Culture nous promettait que  « tous les garde-fous ont été instaurés et ce projet ne restreint en rien la liberté d’expression » (1). Les seconds parce qu’il faut bien vivre et qu’il est sans doute plus simple, bien que moins glorieux, de rester dans la ligne éditoriale fixée par les grands patrons du CAC 40, amis très proches de nos gouvernants et de nos politiciens de tous bords.

Lorsque les journalistes « people » ou parfaits inconnus  adeptes du « buzz » pour sortir de la nasse, toujours à l’affût de la moindre atteinte à nos libertés, enfin surtout celles qui pourraient toucher les avantages liés à leur profession, préfèreront toujours des sujets plus porteurs. Comme les dernières unes de #meetoo, les attaques « racistomophobes » contre notre « Chance » d’un autre genre, pour gagner l’Eurovision 2019 (2), ou les ambitions indécentes et imbéciles de certains leaders autoproclamés des « GJ » qui se verraient bien député européen (3)

Lorsque notre démocratie s’étiole peu à peu avec le soutien actif ou plus souvent passif de nos politiques de tous bords, toujours en quête de notoriété publique porteuse d’espoir pour des élections prochaines ou vitale pour leur égo démesuré et jamais rassasié. Mais sans en faire trop quand même, car le Gaulois réfractaire ne s’imagine même pas à quel point c’est épuisant, un mandat d’élu. Il n’est qu’à constater le décompte des sénateurs ou des députés présents lors des séances au Sénat ou à l’Assemblée Nationale pour en être convaincu (4).

Et pendant ce temps-là que ce passe-t-il en France Patrie des droits de l’homme ? Et bien justement, la caravane passe ! Mais personne n’entend rien, car même les chiens n’aboient plus dans notre beau pays. Il n’y a ni chiens, ni chiennes de garde pour nous alerter du danger qui rôde. Pourtant jamais aucun gouvernement n’avait été aussi loin dans l’atteinte de nos libertés fondamentales jusqu’alors. La proposition de loi (PPL) visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs est actuellement examinée à l’Assemblée nationale. On nous dit que cette mesure ne sera applicable qu’aux personnes qui constituent une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public et qu’elles seront soumises au contrôle attentif du juge. Ce texte vise à garantir à ceux qui souhaitent manifester pacifiquement de pouvoir le faire dans des conditions normales. Ceux qui nuisent au droit de manifester seraient ceux qui viennent le samedi pour casser, blesser, violenter. (5)

Mais je croyais qu’il y avait déjà des lois pour punir ceux qui cassent, blessent et violentent ? Oui, mais là, il s’agit de nous interdire de manifester même pacifiquement car nous « pourrions » constituer une menace d’une particulière gravité pour l’ordre publique, ce n’est pas la même chose !  Donc un petit Préfet aux ordres du pouvoir en place pourra interdire à tous ceux ou celles qui auront des idées contraires aux siennes ou à son Patron, de manifester. Un délit de sale gueule idéologique en quelque sorte…

Mais rassurez-vous braves gens, dormez bien dans vos chaumières, vos élus s’occupent de protéger vos libertés : 387 votes pour, 92 contre et 74 abstentions en première lecture. Encore une seconde lecture, le 12 mars, est ce sera voté ! Tout cela est pour votre bien, vos libertés ne sont pas en danger. Notre belle démocratie, celle qui nous permet avec une arrogance sublime de donner la leçon au reste du monde, se voit ainsi renforcée par cette loi, comme nous le promet notre ministre de l’Intérieur, qui insiste sur le fait que « C’est une loi de protection, pas de circonstances… » (6).

Il y a peu encore un ministre inculte et suffisant, nous tançait vertement «sur le retour de la peste brune» (7). Sans doute l’intéressé et tous ceux qui vont voter cette loi inique feraient bien de relire leur livre d’histoire. Comment lors des élections législatives du 6 novembre 1932, un nouveau chancelier constitue de la façon la plus légale, un gouvernement largement ouvert aux représentants de la droite classique. Comment ensuite, avec une rapidité foudroyante, texte de loi après texte de loi, ce nouveau chancelier va asseoir sa dictature…

Il parait que les chiens aussi, n’aboyaient plus à cette époque… Un peu comme aujourd’hui, à moins que tout le monde s’en foute finalement ? En paraphrasant Coluche, je préférais avant quand on pouvait rire encore sur « Le Peuple crie et la caravane passe. ».

  1. https://www.huffingtonpost.fr/2018/10/09/la-loi-contre-les-fake-news-adoptee-par-lassemblee-nationale_a_23555962/
  2. https://www.cnews.fr/france/2019-02-05/bilal-hassani-repond-un-senateur-les-republicains-qui-reclame-son-retrait-de
  3. https://www.lci.fr/politique/elections-europeennes-2019-une-deuxieme-liste-de-gilets-jaunes-constituee-annonce-son-porte-parole-2111652.html
  4. https://www.nosdeputes.fr/
  5. https://www.gouvernement.fr/loi-anti-casseurs-prevenir-les-violences-lors-des-manifestations-et-sanctionner-leurs-auteurs
  6. https://actu.orange.fr/france/loi-travail-le-bareme-des-indemnites-prud-homales-sera-indicatif-afp_CNT000000liKpM/acte-xii-des-gilets-jaunes-christophe-castaner-annonce-un-dispositif-puissant-et-adapte-CNT000001cvP0L.html
  7. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2018/11/26/25002-20181126ARTFIG00102-apres-ses-propos-sur-la-peste-brune-gerald-darmanin-critique-de-toutes-parts.php

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “Quand, même les chiens n’aboient plus…”

  1. Excellente analyse, comme souvent, mais qui ne tire pas toutes les conclusions qu’elle pourrait.
    Tout d’abord, si on en est arrivé là, c’est en premier lieu parce que la démocratie, c’est à dire la loi du nombre, met en danger la minorité qui tire les marrons du feu. Tant que les braves gens étaient informés par la RTF, puis TF1 et Antenne 2, le risque de voir émerger un candidat susceptible de remettre sérieusement en cause le status quo était minime. Mais avec une population qui accède plus facilement à une information incontrôlée, la minorité qui possède n’est plus certaine qu’elle ne devra pas, un jour, partager. La solution est connue : police politique, surveillance des opposants, fichage de l’ensemble de la population, détentions arbitraires, instrumentalisation du droit, contrôle des médias, arrestations préventives, extensions des possibilités de contrôle, etc. Bien sûr, il se trouvera toujours des personnes pour défendre ces mesures, au nom de la lutte contre (mettez ce que vous voulez), sans imaginer qu’elles puissent être employées hors contexte. Il faut quand même se souvenir que les lois promulguées par François Hollande en 2015/2016 pour lutter contre le terrorisme ont immédiatement servie à interdire des manifestations … écologiques.
    Evidemment, pour que cela fonctionne, il faut une courroie de transmission, un corps intermédiaire chargé des basses besognes, suffisamment rétribué pour que sa conscience ne se manifeste pas trop, et trop peu éduqué/diplômé pour être tenté de raccrocher les armes et de changer de métier, des agents extraits du peuple, qui n’auront aucune envie d’y retourner.
    Quant à ceux qui tirent les marrons du feux, le 1% qui craint la démocratie plus que tout, ils se moquent de la France comme d’une guigne. Lorsqu’il n’y aura plus rien à gratter ici, ils iront ailleurs. En attendant, ils auront quand même saccagé ce qui fut jadis un beau pays, remplacé sa population pour :
    – faire baisser le coût de la main-d’oeuvre,
    – assurer la réélection de leur candidat,
    – miner les mouvements de contestation sociale,
    – créer des diversions, des sujets destinés à occuper l’esprit des français dans une approche horizontale, et surtout pas verticale…

    Pendant ce temps, les militaires surveillent la ligne bleue des Vosges. Cette fois, ci, ils ne se feront pas avoir : aucune chance qu’ils puissent passer par là… Leur engagement pour la défense de la nation est admirable.

  2. 3 fois oui,vous avez raison de dénoncer cette horrible loi qui nous le savons tous ,est destinée pour nos pauvres Gilets Jaunes qui se battent pour l’avenir de nos enfants,petits enfants avec de petits moyens.Mais nous ne leurrons pas,il y aura le retour du bâton,quand ,je ne le sais pas mais ce jour là cela fera mal.Que Dieu protège la France et nos Français valeureux.

Les commentaires sont clos.