Qu’est-il en train de se passer en France?

Par Nicole Touati, le 12 décembre 2016

Linkedin


Comment en est-on arrivés là et surtout comment nous en sortir?

Nicole Touati – Experte en sureté et sécurité anti crime et anti terrorisme


 

Agressions à la police, aux pompiers, aux secouristes, au personnel médical, aux enseignants…

On ne les compte plus…

La police manifeste mais les journaux ont décidé depuis quelques jours de ne plus en parler comme si le fait de taire les manifestations les effaçaient automatiquement. Ordre de l’état? Certainement vu que les médias ne s’occupent plus de journalisme mais de politique.

Ces agressions pourtant sont faites à l’état vu que les voyous s’attaquent aux institutions qui représentent l’état mais l’état les couvre, un contresens absolu.

J’ai lu ce matin, un article publié sur Gatestone Institute, écrit par Yves Mamou: “ France: “ Decomposing in Front of Our Eyes” Très intéressant , j’ai pensé le partager avec vous, mais ce qui est encore plus particulier, c’est que l’auteur qui l’a réalisé a été journaliste pendant vingt ans dans ce torchon que l’on appelle “Le Monde”, heureusement que le virus de la désinformation ne l’a pas contaminé.

Cette France qui Partitionne sous nos Yeux

Quatre policiers ont été blessés (deux grièvement brûlés) après qu’une quinzaine de « jeunes » (jeunes musulmans des cités) aient pris d’assaut leurs voitures et jeté des pierres et des cocktails Molotov sur eux. La police n’a pas du tout apprécié que le ministre de l’Intérieur traite les attaquants de « sauvageons ». La police et les élus de l’opposition ont répondu que les assaillants n’étaient pas des « sauvageons, mais des criminels qui ont attaqué pour tuer. »

Deux élèves d’une école de formation professionnelle à Calais ont attaqué un enseignant, lui ont fracturé la mâchoire et fait sauter plusieurs dents – il avait demandé à l’un des élèves de se remettre au travail. « C’est un avertissement. Ces jeunes n’ont pas attaqué l’école par hasard. Ils voulaient attaquer l’institution, pour attaquer l’Etat. » nous dit Yacine, 21 ans, étudiant à l’Université de Paris II.

Une émeute a duré quatre nuits ; elle a éclaté après l’arrestation d’un automobiliste qui avait refusé de s’arrêter à la demande d’un policier.

Cette révolte de la police, pilier de la République, est la plus importante de l’histoire de la cinquième république. Les médias ne lui accordent qu’une importance occasionnelle.

Tout ce qui représente les institutions de l’État, au-delà des seules forces de l’ordre, est aujourd’hui soumis à une violence qui trouve son fondement pour l’essentiel dans des dérives communautaristes et parfois ethniques alimentées par une haine incroyable de notre pays. Il faut donc être aveugle ou inconscient pour ne pas nourrir d’inquiétude pour la cohésion nationale. » — Thibaud de Montbrial, avocat et expert du terrorisme.

La France élira un nouveau président mai 2017. Les hommes politiques sont déjà en campagne et le débat porte sur les déficits, le nombre de fonctionnaires, la croissance du PIB, et ainsi de suite.

Sur le terrain, la délinquance se répand. Outre le terrorisme qui frappe occasionnellement, la violence des gangs de « jeunes » des cités accroit l’insécurité dans les hôpitaux, les écoles, les rues. Ces « jeunes » comme dit la presse pour éviter de parler des jeunes musulmans des cités attaquent la police, l’école et tout ce qui ne leur ressemble pas.

La Police

Les policiers en ont assez de représenter une cible. Le 17 octobre au soir, 1 500 policiers ont manifesté en voitures à gyrophare et en moto de fonction sur les Champs Elysées à Paris. Ils n’avaient ni le soutien des syndicats, ni l’autorisation de la Préfecture de police. Selon Le Figaro, « au ministère de l’intérieur ce fut la panique », contre ce qui est apparu être un coup d’Etat : « Des effectifs bloquaient ferme les accès de l’avenue de Marigny qui longe le palais présidentiel et donne sur la place Beauvau. Depuis le matin, la rumeur disait que les «révoltés» allaient s’y engouffrer ».

Le 18 octobre, quand Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale, a rencontré les dirigeants de la protestation, il a été entouré de centaines de policiers lui enjoignant de démissionner.

La colère tient au fait que la police a le sentiment d’être devenue une cible tant pour les manifestants que pour les délinquants et les terroristes.

Concernant le terrorisme, deux policiers ont été poignardés à mort à Magnanville en juin 2016 par Larossi Aballa, un extrémiste musulman.


Lire la suite sur Linkedin

 

 

 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

9 thoughts to “Qu’est-il en train de se passer en France?”

  1. merci pour la suite de l’article.
    pour donner une idée, il y a 30 ans environ, j’étais interne de médecine dans hopital régional d’une ville de 50 000 ha. Aux urgences : l’interne de médecine et l’interne de chirurgie…et puis c’est tout.. 🙂 pas de vigiles, pas de séniors ni de  » superviseurs » .. je fais 1.60 metre et je n’ai jamais eu aucun problème. – évidement, des patients étaient parfois stressés par leur pathologie, leurs douleurs etc… ce qui est humain,et était  » réglable » en discutant un peu; mais je n’ai jamais appris à faire du karaté. 🙂 dire que l’on se déplaçait aussi la nuit entre les différents batiments de l’hopital, sans  » protection »…
    j’aurais vraiment peur de travailler aux urgences à présent.
    je trouve que c’est particuliérement stupide de mettre au tapis quelqu’un qui doit vous soigner.. parce qu’ensuite, si le toubib est dans le cirage ou a les poignets cassés , comment fait on ? est ce que l’on pense qu’il y a des toubibs ou des infirmier(es ) de rechange, tant qu’on veut ? vraiment je ne pige pas.
    ces gens ont ils en plus un problème de raisonnement ? incapables de comprendre un  » ordre  » simple du genre : on ne rentre pas à 10 dans le box d’examen, parce qu’on ne tiendra pas tous, ( donnée factuelle )et qu’il faut avoir les coudées franches pour examiner un patient ( pouvoir tourner autour ) ? qu’est ce qu’il y a d’incompréhensible la dedans ?

  2. Voici la suite de l’article. Sinon vous devriez pouvoir ouvrir le lien avec Safari. Cordialement
    Au printemps, plus de 300 policiers et gendarmes ont été blessés par les manifestants de gauche qui réclamaient l’abrogation de la loi Travail de la ministre el Khomry. En mai, les syndicats de policiers ont manifesté dans les rues de Paris pour protester contre la « haine anti-police. »

    En octobre, l’attaque d’une patrouille de police à Viry-Châtillon par des délinquants a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Quatre policiers ont été blessés quand un groupe d’environ 15 « jeunes » (bandes de jeunes musulmans) qui ont pris d’assaut leur voiture à coups de pierres et de cocktails Molotov. Deux policiers ont été grièvement brûlés ; l’un d’eux a dû être placé en coma artificiel. Le même scénario s’est reproduit quelques jours plus tard : une patrouille de police a été prise en embuscade dans une autre « no go zone » au Val-Fourré.

    Les policiers n’ont pas supporté non plus que Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, traite les agresseurs de Viry-Châtillon de « sauvageons ». Les policiers et certains élus de l’opposition ont répliqué qu’il ne s’agissait pas de « sauvageons » mais de « criminels qui attaquaient pour tuer. »

    « La police est considérée comme une force d’occupation, ce n’est pas étonnant que la violence aille croissant », a déclaré Patrice Ribeiro de Synergie-Officiers, l’un des deux principaux syndicats d’officiers de police français.

    Le 18 octobre, Le Figaro a lancé un sondage en ligne en ligne avec une question « Approuvez-vous la manifestation des policiers ? » Quatre – vingt dix pour cent des 50.000 personnes qui ont cliqué, ont répondu par « oui ».

    Depuis la mi-octobre, les manifestations de policiers se sont propagées à d’autres villes et se poursuivent jusqu’à aujourd’hui.

    Le 24 novembre, deux cent officiers de police ont manifesté à Paris entre la Place de la Concorde et l’Arc de Triomphe pour exprimer leur « colère ». Policiers en civil, certains porteurs d’un brassard orange, d’autres se dissimulant sous un foulard ou une cagoule, soutenus par la population, se sont réunis dans la soirée à la Place de la Concorde, avant de remonter les Champs Elysée jusqu’à l’Arc de Triomphe, où ils ont formé une chaîne humaine autour du monument et ont chanté la Marseillaise.

    La dissidence de la police, pilier de la République, est le plus important mouvement depuis la cinquième république. Il est paradoxalement sous-médiatisé.

    L’Ecole

    En France, l’école est le cœur de la république. Elle est un outil au service de la liberté pour aider le citoyen à penser sa relation aux pouvoirs extérieurs que sont la religion et la tribu. Ce lieu de distribution du savoir est régulièrement la cible d’attaques, notamment de la part de jeunes musulmans des cités.

    Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) : la proviseure du lycée professionnel Hélène-Boucher a été agressée le 17 octobre par plusieurs individus extérieurs à l’établissement. Des « jeunes » ont attaqué le bâtiment avec des cocktails Molotov, et quand la proviseure a tenté de calmer le jeu, l’un des « jeunes » a répondu par des coups. Cinquante personnes non identifiées ont été impliquées dans l’incident. L’attaque du lycée et de la proviseure a été le troisième incident du genre. Quatre jours auparavant, deux véhicules ont été incendiés.

    Un mois plus tard, Le Monde a réuni plusieurs élèves pour essayer de comprendre la cause de la violence à Tremblay. Yacine, 21 ans, étudiant à l’Université de Paris II, a déclaré : « Ceci est un avertissement Ces jeunes n’ont pas attaqué le lycée par hasard, ils voulaient s’en prendre à l’institution, à l’État. »

    Argenteuil (Val d’Oise) : Un enseignant de l’école primaire Paul Langevin, a été battu dans la rue, le 17 octobre, alors qu’il revenait avec ses élèves du stade situé à un kilomètre de l’école. Après avoir entendu l’enseignant élever la voix sur un enfant, deux jeunes hommes ont arrêté leur voiture, et l’ont battu devant les enfants. Selon Le Parisien, l’un des agresseurs a accusé le professeur de « racisme ». « Vous n’êtes pas le maître », a dit l’homme. « Le seul Maître est Allah ».

    Colomiers (Toulouse) : Un professeur d’éducation physique a été agressé par un élève le 17 octobre, alors qu’il tentait d’empêcher l’élève de quitter l’école par une sortie interdite.

    Calais (Pas-de-Calais) : deux élèves d’une école de formation professionnelle à Calais ont, le 14 octobre, attaqué un enseignant et lui ont fracturé la mâchoire et fait sauter plusieurs dents, a révélé le journal local, Nord Littoral . Les étudiants ont attaqué le professeur de génie électrique parce qu’il avait demandé à l’un des élèves de se remettre au travail.

    Saint-Denis (Seine Saint-Denis) : le 13 octobre, le directeur d’un établissement d’enseignement professionnel et son ad joint ont été battus par un élève qu’ils avaient réprimandé pour son retard.

    Strasbourg : un professeur de mathématiques de l’école Oberlin a été brutalement attaqué le 17 octobre. Le directeur de l’institution a déclaré à France Bleu qu’un « jeune », étranger à l’établissement, a battu l’enseignant. Ce n’était pas la première fois que ce « jeune » faisait intrusion dans le bâtiment. Dès que le professeur lui a demandé de quitter sa classe, le « jeune » a frappé l’enseignant de plusieurs coups au visage avant de fuir.

    Ces attaques d’établissements scolaires et d’enseignants ne relèvent pas du terrorisme islamiste. Mais elles symbolisent la dissidence des jeunes Français musulmans e leur refus d’intégration.

    Hôpitaux

    Le 16 Octobre, quinze personnes accompagnant un patient ont semé la terreur aux urgences de l’hôpital Gustave Dron à Tourcoing, a indiqué La voix du Nord . Un médecin a été sévèrement battu ; un autre traîné par les cheveux. Les médecins et les infirmières ont dit au journal qu’ils étaient encore en état de choc. Une infirmière a dit :

    « Dix personnes ont pénétré de force au cœur du service des urgences. Les médecins leur ont demandé de quitter les lieux … Quand tout s’est arrêté, j’ai réalisé que le service avait été ravagé, les patients terrorisés, les parents des patients en larmes. »

    Les attaquants étaient tous du quartier de La Bourgogne, une portion de territoire essentiellement peuplée d’immigrés nord-africains. Trois personnes ont été arrêtées.

    Toujours à La Bourgogne, une émeute a éclaté le 4 octobre. Quatorze voitures ont été brûlées et 12 personnes arrêtées. L’émeute, qui a duré quatre nuits, a éclaté après l’arrestation d’un automobiliste qui avait refusé d’obtempérer quand un policier lui a demandé de s’arrêter.

    Politique

    Le 14 octobre, Nadine Morano, député du parti d’opposition Les Républicains, a essayé d’empêcher physiquement un homme d’affaires algérien, Rachid Nekkaz, d’entrer dans le Centre des Finances publiques de Toul, dans l’est de la France. Nekkaz est connu pour encourager les femmes musulmanes à porter la burqa en payant les amendes qui leur sont infligées. La loi d’octobre 2010 interdit le port de ce vêtement en France. La police est intervenue pour protéger le droit de M. Nekkaz de payer l’amende.

    Le président François Hollande était en octobre 2016 sous le feu après la publication d’un livre, Un président ne devrait pas dire que … Dans ce document, il dit : « Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. »

    Concernant l’immigration, il dit « Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là…. Il ne faut rien ignorer des tensions et notamment être ferme sur l’immigration clandestine. On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats.»

    La sécession des territoires? «Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition.»

    Le président Hollande affirme aujourd’hui qu’il n’a jamais tenu de tels propos. Ce que personne ne croit tant ils sont partagés par la majorité de la population.

    Les Français

    Les Français d’origine chinoise : Les Français d’origine chinoise vivent dans les mêmes banlieues que les Français musulmans et sont attaqués et harcelés par eux, dans l’indifférence.

    50.000 Français d’origine chinoise ont organisé une marche de protestation à Paris le 4 Septembre, après l’agression mortelle d’un tailleur chinois.

    Les manifestants, tous vêtus du même T-shirt blanc sur lequel on pouvait lire « Sécurité pour tous », se sont rassemblés à la Place de la République, à Paris, en brandissant des drapeaux français. Ils avaient organisé la manifestation par eux-mêmes et n’ont pas obtenu le soutien des associations traditionnelles des « droits de l’homme », généralement tournés vers les migrants musulmans.

    Opinion Publique : En janvier 2016, le CEVIPOF, un centre d’études et de recherche de l’Institut d’Etudes Politiques (Sciences Po), a publié son septième baromètre de la confiance politique, un sondage publié chaque année pour mesurer les valeurs de la démocratie dans le pays, et basé sur des entretiens avec 2074 personnes:

    ▪ Quel est votre état d’esprit actuel ?

    Lassitude 31%, Morosité 29%, Méfiance 28%, Peur: 10%

    ▪ Faites-vous confiance au gouvernement ?

    Pas beaucoup 58% ; pas du tout 32%

    ▪ Faites-vous confiance aux députés ?

    Pas beaucoup 39% ; pas du tout 16 %

    ▪ Faites-vous confiance au président ?

    Pas beaucoup de 32% ; pas du tout 38%

    ▪ Est-ce que les politiciens se soucient de ce que les gens pensent ?

    Pas beaucoup 42% ; pas du tout 46%

    ▪ Comment fonctionne la démocratie en France ?

    Pas bien 43% ; pas bien du tout 24%

    ▪ Avez – vous confiance dans les partis politiques ?

    Pas beaucoup 47%, pas du tout 40%

    ▪ Faites – vous confiance aux médias ?

    Pas beaucoup 48% pas du tout 27%

    ▪ Que pensez-vous de la politique ?

    Méfiance 39% ; dégoût 33%, ennui 8%

    ▪ Que pensez – vous des hommes politiques ?

    Déception 54% ; dégoût 20%

    ▪ Les élus sont-ils corrompus ?

    Oui 76%

    ▪ Trop de migrants ?

    Oui et plutôt d’accord : 65%

    ▪ L’islam est une menace ?

    Oui et plutôt d’accord : 58%

    ▪ Fier d’être français ? Oui 79%

    Ce sondage montre que le fossé qui s’est creusé entre la population et ses représentants n’a jamais été si grande.

    Thibaud de Montbrial, avocat et expert du terrorisme, a déclaré le 19 octobre au quotidien Le Figaro:

    “ Le terme de « dislocation » de la société française me paraît plus approprié. Les violences contre les forces de l’ordre participent évidemment à ce phénomène, mais il existe de nombreux éléments convergents. Ce sont par exemple les agressions qui se multiplient contre les établissements scolaires et le corps enseignant de manière générale. Rien que pour ces deux derniers jours, une proviseure a été frappée, son lycée de Tremblay-en-France attaqué au cocktail Molotov puis les policiers intervenants visés par des tirs de mortier. Tandis qu’à Argenteuil, l’un des deux agresseurs d’un maître de CE2 frappé devant ses élèves s’est écrié: «Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah» selon les termes rapportés par une source syndicale. Or l’Éducation nationale est un pilier du domaine régalien. Autrement dit, tout ce qui représente les institutions de l’État, au-delà des seules forces de l’ordre, est aujourd’hui soumis à une violence qui trouve son fondement pour l’essentiel dans des dérives communautaristes et parfois ethniques alimentées par une haine incroyable de notre pays. Il faut donc être aveugle ou inconscient pour ne pas nourrir d’inquiétude pour la cohésion nationale. »

    ……………………………

    Je tiens à préciser que le nombre d’agressions qui ont été citées dans l’article ne sont que quelques exemples de ce qui se passe en France tous les jours. Les pompiers qui sont appelés dans le seul but de les piéger pour les attaquer est désormais devenu un fait divers, les agressions dans les hôpitaux n’en parlons pas, les policiers insultés et provoqués pendant l’exercice de leurs fonctions, les autobus incendiés avec des passagers à bord, les chauffeurs et les contrôleurs des transports publics frappés, les enseignants menacés, insultés ou frappés ne se comptent plus et j’en passe car la liste serait vraiment trop longue.

    Comment en est-on arrivés là et surtout comment nous en sortir?

    Nicole Touati

  3. Colonel, j’aimerais bien lire la suite..le lien méne à linked in mais je ne retrouve pas l’article. Avez vous un lien plus précis… merci d’avance
    anne

  4. Bonjour,

    @france, les magrébins ( là ou le soleil se couche pour l’orient ) ne sont bien évidemment pas tous des racailles, je pense que vous le savez ( mais alors pourquoi laissez-vous le doute quant à ça? je sais pas, peut-$etre que vous êtes un troll esp *-). Lorsque vous discutez avec des Algériens, par exemple, ils vous diront qu’ils ont honte des raccailles dont nous parlons. Mais, ils vous diront aussi qu’ils auraient aimé qu’Algérie reste une province de France. C’est du vécu mais je ne connais la proportion de ces derniers quant à la totalité des Algériens.

    # Pègre
    Théoriquement, la Pègre s’occupait aussi de juguler les racailles ( = tu joues aux grands alors on te tapera la guelle à la pelle comme un grand mais t’iras pas terroriser ton quartier, voler les vielles et droguer les collégiens … oups). Ce n’est plus le cas. Discutez avec des dealers de snouf et vous comprendrez que maintenant vous avez une décentralisation ( les dealers ne veulent plus de maitre ) … pourquoi? simplement parce que les réseaux sont issus de l’histoire de France mais aussi que ces réseaux sont dans un premier temps cherchés puis utilisés puis vient le temps des changement d’alliances. Des clans politiques, économiques favorisent le changement des clans et la re-structuration globale de la pègre française. Qui parle de la PEGRE FRANCAISE ? personne. Lorsque l’on ne parle pas de quelque chose c’est soit que c’est inexistant soit que c’est puissant. La nature n’aime pas le vide, et, sans le vouloir j’espère, l’état et ses services ont mal géré la pègre française. L’état n’avait pas compris qu’il valait mieux une pègre du pays plutot que plusieurs issue d’autres pays ( italienne, roumaine, russe, malienne, israelienne, chinoise … ) qui aurait cet inconvénient que d’etre protégé par d’autres pays, instrumentalisée facilement par ces derniers et surtout … OUPS … soutenue par ces derniers.
    Un parrain se fait par lui même, et on en a besoin ( savoir discuter et contrôler un parrain … lol y’en a pas beaucoup en France pour le savoir faire ). Aujourd’hui, il n’y a plus de parain et nous avons une délinquence monstrueuse ( attaque à la tronçonneuse d’un supermarché … merde c’est dingue ).

    # Regrouprement familliale
    Le regroupement familliale est le point le plus important dans le fait que la France est changée de visage ( au sens propre du terme comme au sens figuré ). Ce n’est pas mai 68 et des hippies qui ont défiguré mon pays; 68 = USA derrière, ne l’oubliez pas #OUPS comme pour l’Algérie d’ailleurs #doubleOups ).
    Mitterand, CHirac … peu importe, ce sont les hommes et femmes de l’ombre qui compte certainement pas les marionnettes que sont les tribuns, enfin faut etre idiot pour ne pas le savoir.

    # Franc-maçon
    Que beaucoup tentent de se cultiver spirituellement en dehors des carquants spirituels traditionnels ( les religions ) est louable et en ce sens je remercie Jacques de Molay d’avoir initié, ou perpétué, un rite dont certains ont besoin pour murir intellectuellement. Après tout, le Dalailama disait qu’il était préférable qu’un Homme soit bon plutot qu’il soit croyant. Et j’adhère totalement à cette réflexion.
    Mais, cette association de personnes, sans le vouloir je l’espère ( pour la majorité c’est le cas mais une minorité complote dans le sens de faire des plans politiques sans respecter la manière de « vivre » la politique pour la majorité ), donc cette association de personne à progressivement développé un réseau non uniquement spirituel mais économique et politique.
    Les francs-maçons, d’ailleurs qu’ils l’acceptent ou non ne change rien, ont induit non-légèrement la tradition française, ils sont responsables au moins un peu de la misère qui grandit aujourd’hui. Mais ils ne l’assument pas. Etant discrète, leur association de personne rvendique les victoires mais pas les défaites. Demain, il faut qu’ils soient traités comme les actionnaires d’une entreprise privée dont les noms sont publiquement connus. Sans ça, ils ne changeront pas d’attitude et la minorité qui fait du KK dans le dos de la majorité de leurs membres continuera à utiliser l’ignorance pour s’arroger des droits que l’état ne leur à pas donner et par état j’entends nous tous= nous ne leur avons pas donné mendat pour induire la politique française aussi fortement qu’ils le font, non, notre tradition démocratique est que celui qui porte un projet doit clairement le dire, le décrire, il doit exposer clairement sa pensée et les actions qui en découlent pour accompagner le changement d’une ville, d’une région ou d’un pays.
    Les francs-maçons ont peur de la chasse au sorcière donc il la pratique. Ceci doit cesser. Je dirais que beaucoup trop de francs-maçons, notamment Peillon, sont francophobe = ils ont peurs de leur peuple et ce n’est pas normal, c’est une attitude de faible, de lâche, aucunement l’attitude d’une personne tolérante, bienveillante et courageuse, aucunement l’attitude d’un chef, d’une chef qui accepte son peuple dans ses différences, dans ses divergences, un chef qui accepte la grandeur d’un pays, d’une terre qui est habité depuis des milliers d’années, bien plus que 20 siècle.

    # Influence étrangère
    Le premier métier de l’agence d’espionnage est d’espionner ( intérieur + étranger ) et d’une manière ( violente/vole/braquage ) ou d’une autre ( douce/sex/amicalité intellectuelle ).
    Le premier métier du contre-espionnage est de savoir qui espionne dans le pays et de le contrer d’une manière ( violente/couper des doigts et les envoyer à l’ambassade par exemple #oups ) ou d’une autre ( douce/prévention ).
    Ainsi, et je me trompe surement, la capacité étrangère à induire notre politique intérieur ( sur laquelle s’apuie la politique extérieure ) fût le deuxième point essentielle quant à la transformation de la France = faisons merder le système français comme ça il ne sera plus reconnu comme fort; fort dans le sens où nous sommes des libéraux modéré, nous ne sommes pas coco et nous ne sommes pas capi. /* Fort aussi dans la diversité des provinces de France ( Martinique, Guadeloupe, Bretagne, Pays Basque, Corse, Nouvelle Calédonie – que nous allons perdre – et j’en passe) et surtout dans la capacité du pays France à dire à toutes ces provinces qu’elles ne forment qu’une terre, qu’un peuple, c’est ça la diversité française, certainement pas les sans papiers qui pillent l’essence de France */. En clair, nous cherchions un juste milieu, un équilibre permettant à la fois aux entrepreneurs de croire en leurs ambitions et aux travailleurs de mettre en commun le fruit de leur travaille ce qui devait garantir à la fois une prospérité économique et sociale, ce qui aurait dû favoriser durablement l’éveille des esprits français.

    Si certains attendent de la France d’aider le monde alors qu’ils n’oublient pas qu’il importe que la France soit forte, qu’elle ne sombre pas sous les coup de boutoir idéoliquement d’une petite minorité apatride riche financièrement et qui a peur de perdre la qualité princière de leur vie, qu’elle ne sombre pas non plus sous la faiblesse de diasporas qui défendent avant tout leur pays d’origine sans accepter le fait d’être français.

    C’était confus, tanpi, je ne suis personne et surtout pas une personne parfaite. Mais sachez une chose c’est que chier à la gueule des magrébins c’est chier à la gueule d’une ancienne province de France ( tin c’est inadmissible ), c’est ne pas reconnatre les vrai problèmes, c’est ne pas mettre le doigt là ou les cartels, les congloméras, économique-idéologique donc politique, font du mal, c’est donc accepter leurs actions, c’est donc accepter notre soumission quant à eux.

    Qu’on tape la ou ça fait mal: mafia journalistique, mafia sexuelle, mafia économique ( apatride ), mafia communiste, mafia gouvernementale étrangère … je ne veux pas d’une révolution, d’une guerre civile, je veux que le droit soit appliqué, je veux que les services fassent le travaille qui leur inccombe, il est gigantesque, et il ne se réduit pas du tout au terrorisme, à la grande délinquance .. ça commence par taper les services étrangers qui oeuvrent de manière « maléfique » en France. Tapez de l’américain espion, tapez de l’israelien espion, tapé du russe espion, tin mais taper déjà l’étranger sur notre sol et ensuite bizarrement vous verrez que les mouvements qu’ils favorisent diminueront en puissance et que donc le champ sera plus clair et libre pour netoyer TOUS les mouvements bandits, éconmiques ou idéologique.
    Mettre la pression sur ces entités, c’est commencer à les empêcher de jouer sur NOTRE TERRITOIRE, c’est s’offrir plus de marge de manoeuvre idépendamment de géopolitique décidé dans les instances internationnales tel que l’ONU, la CEE, … bref.

    Cordialement,
    Jobs.

  5. Depuis bien des années , rien ne va plus , la France se délite !
    Cela a commencé avec Mai 68 , quand les syndicats se sont emparés de notre manif d’étudiants , les casseurs sont arrivés , tout le monde c’est tout permis , le profs ont mis leurs élèves au rang de « copains » et manipulé ceux ci au nom du socialisme anti capitaliste ! les Militaires se sont vu interdire de porter l’uniforme dans les transports en commun ( trains ) les religieuses et les prêtres interdit de porter les vêtements de leurs ordres , ils ont dû se mettre en civil ( sécurité oblige disait le gouvernement de l’époque ) , puis le temps a passé , nous nous y sommes habitués !Mitterrand à été élu et là le changement pour les Français à été flagrant , nos enfants Français et blancs sont passés en dernier , tous les droits pour les « maghrébins » les racailles ( pas encore bien méchantes , mais tout allait dégénéré en quelques années ) sans que personne ne bouge Chirac souriait , il adorait l’Afrique et y passait beaucoup de temps et y laissait beaucoup d’argent! Sarkosy , a bien essayé de remettre de l’ordre mais cette gauche innommable c’est opposer à toutes les décisions qui pouvaient améliorer la sécurité , Mais les Français ont remis un socialiste au pouvoir ( ils n’avaient toujours pas compris que la gauche a toujours amené le cahot dans notre douce France ) et maintenant c’est le cahot total , le chômage de masse et sa traîne de misères, l’insécurité , et cerise sur le gâteau socialiste totalitaire de la pensée unique une invasion de barbares pour achever la République

  6. Bonjour,

    Il faudrait dans un premier temps traiter la presse française et re-permettre la liberté d’expression. Le reste suivra naturellement car lorsque le peuple se sait penser en majorité la même chose alors il avance d’un même pas. Et les autres peuvent l’ouvrir mais doivent accepter ce qu’est la démocratie: la gouvernance de la majorité.

    Traiter la presse française: suppression de TOUTES les aides, expropriation des grands média pour les donner aux journalistes ( au moins ild seront responsables de leurs échecs et ne pourront se cacher derrière les méchants actionnaires / exproprié c’est pas bien, oui c’est sûr mais les 20 dernières années cumulées d’aides DIRECTES représentent genre un truc comme 10 millions x 20 ans = 200 millions, à ce niveau là, les journaux appartiennent déjà à l’état ), il faut supprimer tout avantages fiscaux pour les journalistes, il faut que les journalistes ( et pas uniquement les journaux ) soit lourdement pénalisés lorsqu’ils diffusent des informations de procès dont la loi interdit la diffusion, interdiction de diffuser des conversations privées sans l’accords des interlocuteurs … y’a du boulot.

    Bref, traiter la presse, c’est traiter le problème de l’information en France, c’est donc permettre aux français de savoir, au moins un peu, c’est donc leur permttre de choisir au mieux, et comme ils le peuvent selon leur « intelligence », leur destin.

    Depuis 30 ans, nous souffrons d’un mal que j’appel le colonialisme mental. La presse est l’outil qui favorise ou non le traitement de cette maladie humaine.

    Cordialement,
    John.

  7. Pauvre France.
    Demain elle sera « libanisée ». les nord africains en bas, les roms dans les régions de l’est de la France, les noirs en région parisienne, beaucoup de sujets du royaume des croyants coté aquitain. Et les français âgés, grâce aux divers gouverneux UMPSLR, en partance vers des pays du sud européen dans lesquels on les saignera fiscalement maintenant et demain comme chez les pratiquants de l’Aid avec les moutons.
    Quant aux autres forces extérieures ennemies du pays, elles s’achètent les dernières entreprises « bancables » afin d’asservir les salariés français y travaillant en les transformant sournoisement en esclaves de palais orientaux.
    Et que personne ne le conteste, le pays est « pourri » de la tête, jusqu’à ses grands corps de hauts fonctionnaires , je parle des préfets, ne payant pas leurs impôts.
    Une seule solution, lancer les snle sur les champs pétrolifères. Et fermer toutes les ambassades orientales et leurs pied à terre religieux locaux, départementaux et régionaux.
    Et faire savoir aux allemands que leurs capitales des landers seront traitées pareillement.

  8. L’Etat (car il faut une majuscule) a voulu acheter la prétendue paix sociale en se montrant d’un laxisme effarant. Le résultat est que nous avons maintenant des écuries d’Augias partout en France. Qui les nettoiera?
    Il n’y a pas de suite sur Linkedin, l’article ayant été retiré.

Les commentaires sont clos.