Radiographie d’une pré-guerre civile en France

Par Michel Garroté, le 18 mai 2016

Les Observateurs


Vous avez demandé la guerre civile ? Non! Et bien elle arrive. Que dis-je, elle est déjà là. Ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre, voilà les trois mamelles de l’exécutif pyromane prêt à toute les vilénies pour se maintenir au pouvoir. Vous savez quoi ? Non ! Ben je vais vous le dire : ça va chier… //RO


 

 

Une situation de pré-guerre civile s’installe en France. Bien sûr, les politiques et les médias feignent, une fois de plus, de ne rien voir, rien entendre. Les militaires hauts gradés qui alertent sur la vulnérabilité de la nation et sur la détermination de l’ennemi intérieur sont priés de la boucler, par un pouvoir qui jure que « ça va mieux ». Les policiers qui manifestent, ce mercredi, sonnent une même alarme. Elle ne semble pas devoir être entendue davantage. Pourtant, que disent-ils ? Qu’ils n’ont jamais vu un tel degré de haine et de violence contre les forces de l’ordre. Ce ne sont plus les CRS qui mènent les assauts, mais les casseurs qui veulent tuer du flic. A Nantes, où un policier a échappé de peu à un lynchage fatal, un officier de police assure que lors de chaque manifestation, les forces de sécurité doivent faire usage de 400 à 1000 « grenades de désenclavement », afin de briser les encerclements dont ils sont eux-mêmes les victimes. 350 policiers et gendarmes ont été blessés ces deux derniers mois, lors des protestations contre la loi travail. Alors que la France est prétendument en état d’urgence, le gouvernement se comporte comme s’il ne voulait pas mesurer les tensions qui s’avivent. Elles sont portées par l’extrême gauche et des syndicats qui, comme la CGT, se radicalisent. Dans Le Figaro du 12 mai, un spécialiste de l’ordre public remarquait aussi que les groupes politiques à la manœuvre phagocytaient désormais avec une facilité déconcertante les milieux étudiants mais aussi les jeunes venus des cités qui, jusqu’alors, n’apparaissaient qu’en fin de cortège pour « dépouiller ». « Jamais nous n’avions vu une telle collusion assumée ».

Ce qui se dévoile progressivement est ce que j’annonce dans La guerre civile qui vient (1) : la contestation violente du modèle de société occidentale, capitaliste et libérale. Le rejet est porté en commun par la gauche radicalisée et par l’islam politique, qui fait passer le musulman pour le nouveau damné de la terre. Cet islam révolutionnaire s’est déjà introduit dans de nombreux syndicats. Il apporte une force conquérante inédite et potentiellement brutale. Il s’est immiscé également dans les rangs de Nuit debout, à travers la défense de la cause palestinienne et le boycott d’Israël (mouvement BDS). Les convergences que cette mobilisation, fixée sur la place de la République à Paris, tente d’établir avec les cités entrent dans la perspective d’un front uni contre le pouvoir affaibli. C’est le gourou de Nuit debout, Frédéric Lordon, qui a assuré dernièrement : « Nous ne sommes pas là pour être amis avec tout le monde et nous n’apportons pas la paix. Nous n’avons aucun projet d’unanimité démocratique ». Ce mercredi, la contre-manifestation organisée par le collectif « Urgence, notre police assassine » a été annulée par la préfecture. Amal Bentounsi, sa fondatrice, s’en insurge : « Les violences policières ne viennent pas d’être inventées. Les quartiers ont servi de laboratoire à ce qui est étendu aux manifestants aujourd’hui ». La guerre civile est déjà dans les esprits des islamo-gauchistes et de leurs collaborateurs, qui se disent en légitime défense face à la police criminelle. Cette même police est applaudie par une majorité de Français, pour sa vaillance lors des derniers attentats islamistes.

Ivan Rioufol


En savoir plus sur http://lesobservateurs.ch

 


 

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

5 thoughts to “Radiographie d’une pré-guerre civile en France”

  1. « Adieu ma France…tu n’es plus celle que j’ai connue , le pays du respect des valeurs,de l’hymne et du drapeau, de la fierté d’être français.Adieu ma France des trafics en tous genres,du chômage, de l’islamisme, de la polygamie,du laxisme, de la permissivité,de la famille décomposée…Adieu ma France réduite à l’état d’urgence ,ma France déconstruite, en guerre avec elle même. »Signé Bigeard,un Général visionnaire qui aimait passionnément son pays,lui.
    Merci pour vos savoureux posts Colonel, bien cordialement.

  2. Bravo à Yvan Rioufol pour cette analyse sans complaisance. Rappelons nous, pour ceux qui sont allés en Bosnie, les Croates nous disaient « qu’ils viendraient, dans quelques années, assurer l’interposition entre les communautés françaises »; Patientez, nous y sommes presque! A part cela, merci mon Colonel pour la richesse de vos publications.

  3. C’est exactement ce que je pense ! Merci de tenir la garde et de continuer à nous informer. Cette guerre civile qui en est à ses premiers balbutiements ne peut que s’amplifier. Elle a pour but de permettre au gouvernement de dévier sa réelle incapacité à diriger notre Pays, et ce, volontairement ! Cette guerre civile sera un bouclier pour Hollande.

    Yallah ! En attendant des lendemains plongés dans le chaos, nos ennemis n’auront plus grand mal à nous chasser ou nous « zigouiller » , pour s’installer chez nous.

    Militaires, Flics, Gendarmes, tous grades confondus, qu’attendez-vous ? Que nous lancions des S.O.S à Mr. POUTINE ?

Les commentaires sont clos.