Afrique, Armées, Justice, Sexe, Viol

Rebondissement : Et si l’affaire des violeurs de la force Sangaris n’était qu’un bidonnage ?

402

, le 18 mai 2017

Boulevard Voltaire


« Dernier rebondissement : on apprend, ce mercredi matin sur RTL, qu’« un témoignage jette le trouble sur la véracité des faits ». Un homme « qui se présente comme le père d’une des victimes assure que son fils aurait inventé toute l’histoire pour se venger », nous dit-on. »


© Logo by Pierre Duriot


 

L’affaire avait été révélée en avril 2015 par The Guardian

C’est une histoire pourrie, celle de militaires français de la force Sangaris accusés d’avoir, entre décembre 2013 et juin 2014, contraint des enfants du camp de déplacés de M’Poko à des rapports sexuels en échange de nourriture ou d’un peu d’argent.

L’affaire avait été révélée en avril 2015 par The Guardian, le quotidien britannique, qui faisait état d’une note interne de l’ONU rapportant l’audition d’enfants de 9 à 13 ans victimes d’abus sexuels de la part de militaires dans ce camp près de l’aéroport de Bangui.

On baignait alors dans le sordide le plus absolu, les allégations faisant état de « dérives extrêmes ». Comme le rapportait RTL, « en 2014, des soldats français de Sangaris auraient forcé des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux (sic) en échange d’argent. 108 victimes présumées ont été interrogées par des responsables. Il s’agissait “en grande majorité” de mineurs, selon Stéphane Dujarric, porte-parole de l’ONU. Les allégations visaient aussi les contingents burundais et gabonais de la mission des Nations unies. »

Il y a des salauds partout, et sans doute y en a-t-il aussi chez les militaires, mais la rapidité avec laquelle les associations parties civiles dans le dossier ont embrayé sur des accusations pour le moins fumeuses témoigne au minimum d’un a prioriextrêmement négatif sur la corporation.

Une enquête a donc été diligentée et Le Monde, plus mesuré dans les propos, écrivait alors : « Dans ce pays très pauvre ravagé par les conflits, d’autres accusations ont été portées notamment contre des Casques bleus de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca).

Une enquête de l’ONU a récemment permis d’identifier 41 Casques bleus gabonais ou burundais servant dans la Minusca soupçonnés d’avoir commis des agressions sexuelles dans la préfecture de Kemo (centre) en 2014 et 2015. »

 


Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

 


 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!