Région Île-de-France : la culture entre propagande et censure

, le 11 juin 2016

Boulevard Voltaire


Force est de constater qu’effectivement rien n’a changé. J’ai parfois tendance à penser que c’est pire qu’avant (je parle pour ma commune qui a passé l’arme à droite après deux mandats socialistes néanmoins désastreux), dans certains domaines, sur lesquels je ne m’attarderai pas. Bref, j’ai voté pour cette droite molle et c’est bien fait pour ma gueule… //RO


 

 

L’arrivée d’une majorité Les Républicains à la tête de la région capitale ne semble pas avoir changé grand chose !

La gauche a dirigé la région Île-de-France de 1998 à 2015, avec la majorité absolue depuis 2004.

Elle en a profité pour mener une politique culturelle à sa main. C’est-à-dire pour en faire un instrument de pure propagande. Au service d’une conception multiraciale et multiculturelle de la société. En privilégiant systématiquement l’expression – devenue aujourd’hui quasiment exclusive – des minorités sexuelles, ethniques, religieuses, culturelles.

L’arrivée d’une majorité Les Républicains à la tête de la région capitale ne semble pas avoir changé grand-chose !

Le programme du Festival d’Île-de-France présenté par sa présidente Valérie Pécresse comme « un régal pour les âmes curieuses » propose, dans des hauts lieux du patrimoine francilien, musique et spectacles africains, arabes, rap, brésiliens et j’en passe ! Le tout illustré par 13 – treize -, pas une de moins, photos de travestis. C’est dire si la propagande « transgenre » et LGBT est devenue obsessionnelle.

Bien sûr, personne n’osera émettre de critiques de crainte d’être accusé de « censure ».

La censure, parlons-en précisément : pour tous ces groupes pseudo subversifs de rebelles subventionnés, combien d’artistes classiques, folk ou de chansons françaises écartés, censurés et méprisés par les officiels de la région ? Pour tous ces groupes de musiques venues « du monde » ou « métissées » privilégiés, combien de groupes plus enracinés dans les musiques de France et d’Europe moqués et éliminés ? Par les « belles âmes » culturellement correctes et l’immense cohorte des lâches parmi les élus.

Mais de cette censure-là, personne ne parle.


Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

 

 


Ancien député européen, essayiste.
Président de Polémia.

3 réflexions au sujet de “Région Île-de-France : la culture entre propagande et censure”

  1. Que dire quand « élites de Droite et Gauche » mangent au même râtelier idéologique, et se retrouvent dans certaines mêmes assemblées dites humanistes pour créer une société mondialiste avec une gouvernance mondiale .

    Que voulez-vous répondre lorsque notre bon Jacques ATTALI déclare :

     » Vous voulez une France de radis ??? C’est quoi cette histoire de racines ??? C’est ridicule. »

    Qui à l’époque a réellement écrit les textes fondateurs de la SOCIETE des NATIONS et son idéologie démagogique et partisane ?????

    De quels textes fondateurs est sortie l’UNION EUROPEENNE telle que nous la connaissons actuellement

    Trouvez la bonne réponse .

  2. Le « grand remplacement » commence par « l’infiltration culturelle »: télévisuelle, politicienne, scolaire (nourriture, programmes d’études), subventions d’associations marginales, composition des membres d’un gouvernement etc. le paysage français s’est défiguré en l’espace de 30 ans par la faute de nos gouvernants successifs lesquels ont agis en toute connaissance de cause. Il y a eu la chute de l’Empire Romain aujourd’hui nous vivons la décadence française.

  3. Rien à voir avec l’article, quoi que ! Pour le lire, il faut encore pouvoir l’ouvrir et tout le monde à Paris semble ignorer que dans les provinces, même sans grèves CGT, internet marche a ralenti, ouvrir une page demande de la patience.
    Mais de cette censure là, personne n’en parle.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :