Renseignements pris, Valls nous pisse dessus !

Par Lediazec, le 15 avril 2015

Agoravox

Il va sans dire que cette loi liberticide, et ce malgré certains (petits) cris d’orfraie ici et là, fait le bonheur d’une droite ravie de voir la gauche voter cette loi tant décriée qui fera son bonheur lorsqu’elle sera de retour au pouvoir. //RO

****

La soufflette a tellement décoincé les bronches qu’y compris les adversaires les plus durs en sont attendris, à l’instar de sieur Ciotti qui l’écrit sans hésiter sur son compte Twitter : « Même si le texte renseignement est incomplet et perfectible je le voterai . Ne soyons pas naïfs et impuissants face à la menace terroriste ! »

manuel-valls-3-a1962

Source

 

Faire un colis de l’engeance gouvernante, opposition comprise, et le jeter à la mer devient un acte hautement urgent tant le mensonge est criant, tant le poids de la propagande porte lourd sur les épaules des peuples sans autre destin que celui dicté par la horde de politicards ambitieux soumise aux caprices et aux lois des puissants.

Du mensonge par omission à l’escroquerie érigée en doctrine d’Etat tout est fait pour nous faire prendre de la breloque pour de l’or, tout comme l’on faisait et l’on continue de faire avec les peuples indigènes au nom d’un principe établi : le crime. Ce que nous prenons pour des camps « opposés » n’est que le miroir aux alouettes que les chasseurs agitent pour capturer ou canarder du volatile à loisir.

Le temps passe, mensonges et forfaitures demeurent. Les sociétés évoluent, on parle « progrès », « bonheur démocratique », modèle « inimitable » dont il faut coûte que coûte, y compris par les actes les plus vils, garder l’assise. On s’en lèche les babines, de liberté de « choix », d’avantages acquis, du privilège des pauvres, parce que chômeurs au long cours, soumis aux règles du bagne administratif, l’Etat, utilisant une infime partie de l’argent qu’il nous arrache, lui verse un misérable subside, pas par générosité, mais parce qu’il a trouvé la double (bonne) opportunité : culpabilité par la sujétion à l’aumône, restriction de pensée et de mouvement par le besoin…

En prime, ces malfrats nous offrent de l’aventure et du sérial thriller à coller du frisson aux chiures de mouches qui constellent les gourbis de la pauvreté. Du terroriste des banlieues à l’antisémite rêvant de peste brune, du complot basique à la conspiration diabolique, les ingrédients ne manquent pas pour nous presser le citron en activant la chtouille au vingt heures, faisant d’un honnête homme l’ennemi à abattre. A ce jeu, nous sommes les gagnants d’une loterie où il n’y a qu’un gagnant, le perdant !

C’est ainsi que le tout sécuritaire voulu et imposé par un Manuel Valls schismatique, trois mois après les attentats de Paname, nommé « projet de loi sur le renseignement », entre en discussion au Palais Bourbon pour un bouclage express. Une loi liberticide qui permet aux pandores de vous saisir au collet, de vous tailler un CV sur mesure, de vous pousser dans n’importe quel sous-sol le temps qu’ils le jugent nécessaire ruinant tout espoir de rédemption.

Lire la suite sur http://www.agoravox.fr

Voir aussi le site de l’auteur

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “Renseignements pris, Valls nous pisse dessus !”

  1. UN COUP DE BALAI DÉMOCRATIQUE
    Plus de 50% des inscrits sur les listes électorales ont compris (voir les dernières élections) que bureaux de vote, cartes d’électeurs, bulletins et urnes, ne représentent plus que des annexes politiques entérinant le dévoiement de la police d’Etat et de la pensé unique. Et, comme le projet de la « loi sur le renseignement » l’atteste aujourd’hui avec force : analogues -ô combien !- aux pièges ruban à glu attrape mouches.

    Du coup, n’en déplaise aux institutionnels Coupe-jarrets sociaux d’un monde politique aux abois, c’est plutôt rassurant pour la démocratie. En effet, cet acte électoral manqué a montré qu’une authentique majorité (celle qu’une certaine presse journalatrine feint toujours d’ignorer), -composée de millions de citoyens fatigués d’obtempérer, ad vitam aeternam, aux sempiternels ordres électoralistes-, a compris !… Tout compris !

    Oui ! Et ces millions d’abstentionnistes ont surtout compris, pour l’instant et avant d’autres, qu’ils n’étaient ni des mouches ni des « gogolitos ». Ni même les protagonistes du roman « 1984 » de George Orwell. Et que la seule résistance vraiment efficace, le seul camouflet qui vaille, face à un Etat UMPS désormais « viandard » et dévoreur de liberté, c’était l’abstention.

    F. Hollande, lui, l’a si bien compris, qu’hier soir (15 avril) sur une chaîne de la TNT, il a déclaré vouloir rendre le vote obligatoire. Vote obligatoire ???… En tout cas, voilà une belle façon d’avouer que le « Système » ne craint ni les votes blancs ni les votes nuls.

    D’autant qu’ils ne dérangent en rien ses objectifs autoritaristes, tant nationaux que supranationaux ! Encore moins sa légitimité… à continuer de soumettre les citoyens à la volonté oligarchique. Une soumission qui, en l’espèce, et en réalité, n’est rien d’autre que de la servitude volontaire ! C’est pourquoi, un coup de balai démocratique s’impose. Il y a urgence !…

    Vous avez dit abstention ?

    Oui ! Une Abstention massive, une et indivisible !

    https://www.google.fr/search?q=elections+piège+à+con

Les commentaires sont clos.