Requiem pour les Sales Vieux

Par Brigitte Dusch, le 17 mai 2017

Le blog de Brigitte Dusch

Psychanalyste historienne


Une bien, bien triste réalité. Hélas… ! //RO


 

© Logo by Pierre Duriot


 

Les vieux, ll y a aussi les presque vieux, ces parents, pas si âgés, mais encombrants, ceux dont on ne sait que faire mais qui sont là, peut-être encore longtemps ! Désespoir !
Ce n’est pas qu’on voudrait les voir disparaitre, pas encore bien qu’avec l’argent qu’ils laisseront peut-être (si ces vilains vieux n’ont pas dilapidé le tout pour le confort de leur vieux jours) leurs enfants ingrats pourront construire la piscine de rêve, le voyage convoité ou solder leurs dettes !

Ce n’est pas qu’ils voudraient les voir morts… mais vivants pas encore tout à fait morts ils sont quand même bien encombrants ces vieux qui ont le culot, l’arrogance de vouloir encore quelques égards, quelques regards !
Oh je ne parle pas de l’argent qu
il faudra tôt ou tard dépenser pour leur permettre de se faire maltraiter dans une maison de vieux hors de prix et d’humanité, ( la conscience elle aussi a un prix,) mais de ce temps qu’ils ont encore l’indécence de leur réclamer, de leur quémander .
Non ma
is ! les enfants, jeunes ou moins, jeunes adultes, parents eux aussi d’une progéniture qui dévore leur liberté ont une vie à vivre ! et pas le temps de s’occuper de ces vieux qu’ils n’ont plus guère envie de voir, sauf dans certaines occasions, ça peut encore servir.. pour garder les enfants par exemple, prêter un peu d’argent, se porter caution…

Sord
ide ? oh non. Réel. Hélas !


« Je ne veux pas la déranger, alors je ne téléphone plus , d’ailleurs elle ne décroche jamais, au début j’ai laissé des messages, en vain, alors je ne téléphone plus. Elle doit être bien occupée »

Tellement qu’elle ne s’inquiéte pas de ses parents !

« ll n’y a plus de temps pour nous, c’est que la vie ça file, alors plus de place pour les parents, pourtant nous ne sommes pas loin à peine 100 km »
Une d
istance infranchissable !

« Je n’ai pas vu ma petite fille depuis presque deux ans ! elle va en avoir trois, je ne pourrai pas encore l’embrasser pour son anniversaire. Je ne sais pas si je suis triste, en colère, si j’ai de la peine. Un peu de tout ça sans doute !’

Oui sans nul doute, et c’est naturel

‘ »Cette année je n’enverra
i ni carte, si texto ni rien ! de toutes façons aucune réponse alors basta !’

En effet que faire d’autre

Une année sans nouvelle de notre fille et de notre petite fille, nous avons bien cru en mourir ! car nous sommes malades, pas si vieux mais notre santé est fragile, nous avons fait une demande de conciliation, car nous voulions entamer une procédure pour avoir un droit de visite;. nous avons eu quelques photos de la petite, sans doute pour montrer au juge, mais nous ne la voyons pas !’

« Ma f
ille est avec un homme qui lui interdit de voir ses parents : elle a choisi »

« J’aurai bien aimé avoir du temps avec mes petits enfants, vous savez, je ne les connais pas »

« Ma fille vit plus avec le père de son enfant, il se le partage, un week-end sur deux, enfin plutôt un week end avec elle et l’autre avec les parents du papa, ils le voient souvent et ça leur pèse, nous ne le voyons jamais et ça nous rend bien malheureux mais il n’y a pas de place pour nous, peut-être si nous donnions une pension alimentaire nous aurions quelque droit ?« 


Lire la suite sur http://psychanalyseaujourdhui.blogspot.fr

 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Requiem pour les Sales Vieux”

  1. Personnellement je m’occupe tous les jours de mon vieux père, 87 ans et demi. Je lui mitonne de bons petits plats. Je lui ai sauvé la vie au moins 4 fois en trois ans. J’ai aussi posé le bon diagnostique sur son grave problème de santé et donc palier sa maladie. Il va assez bien maintenant et je tiens à lui.
    Je fais tout pour lui éviter le mouroire ( maison dite de retraite)
    En revanche, je suis aussi grand mère et mon petit fils, je ne le vois que rarement pourtant il vit à seulement 40m de chez moi ! Mon fils me l’envoi quelques fois. Le problème vient de sa mère . Visiblement elle cherche à couper mon fils de sa famille et de ses amis. Situation déjà compliquée pour lui , que je n’ose aggraver par mon souhait.
    Si on pouvait avoir une vision plus humble et moins égoïste, moins égocentriste je pense que nous serions plus heureux.
    L’argent est loin d’être tous. Pour moi le lien qui me lie à mon père m’est très précieux, ce n’est pas le cas de mes sœurs , nous n’avons pas les même priorités . J’ai conscience que mon père se fait vieux, je veux le garder le plus longtemps possible et dans un état de santé la meilleure possible.
    Je trouve horrible de lire de tells propos car si on retourne la chose, cela revient à ce que les parents préfèrent vivre leur vie et négliger leurs enfants !!! ce qui est dit dans l’article revient à cela une fois adulte, les enfants ne s’intéressent plus à leurs vieux parents que comme variable d’ajustement !! Pitoyable.
    Enfin c’est mon avis.

  2. Je me sens tout à fait concerné par cet article.. Je n ai pas vu ma fille depuis 2002.Elle à eu depuis 2 enfants. J’ignore même son adresse actuelle… Je n imagine même plus que ça changera jusqu à ma mort. J’ai 68 ans… Cet article est bouleversant.

Les commentaires sont clos.