Résister à la stratégie de la haine

Par Jérôme Fenoglio (Directeur du « Monde »), le 27 juillet 2016

Le Monde


 


Editorial. La France le sait depuis de longs mois, hélas, depuis janvier 2015 et même avant : elle est la cible d’une campagne terroriste menée sans répit sur son territoire par la mouvance islamiste. Nice est encore en deuil et, cette fois, c’est une église catholique de la banlieue de Rouen, Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), qui, mardi 26 juillet, a été prise pour cible. On connaît les faits. Ils ont été commis à l’heure d’une messe matinale, par deux agresseurs qui ont tué un prêtre de 86 ans, égorgé à l’arme blanche, et blessé d’autres fidèles, dont un grièvement, avant d’être tués par la police.

Les actes sont infâmes, la stratégie est limpide. En pénétrant dans ce lieu de culte, les assassins ne visaient pas seulement un homme, le Père Jacques Hamel, un sanctuaire et une communauté, les catholiques de France. Par leur profanation, ils cherchaient la colère et les représailles, ils espéraient la vengeance aveugle qui placerait le pays tout entier sous l’empire de la haine. Faute de l’avoir obtenue jusqu’à présent – des tueries de janvier 2015 au massacre de Nice, les Français ont résisté à toute tentation de riposte violente –, ils entendaient brouiller, par cette nouvelle barbarie, notre sens commun. Effacer, dans ces moments de profonde tourmente, quelques vérités simples qu’il faut encore répéter, parce qu’elles doivent continuer à guider notre comportement.

La première tient à l’origine de cette vague de terreur. Peu importe le profil individuel des terroristes, de ceux qui tuent à l’explosif, à la grenade, au fusil d’assaut, au volant d’un camion ou à coups de couteau. Le « donneur d’ordre », pour reprendre une expression de l’orientaliste Jean-Pierre Filiu, est toujours le même : l’organisation dite Etat islamique (EI), métastase d’Al-Qaida. Peu importe que le crime soit perpétré, parfois, par un « loup solitaire », agissant par mimétisme, le cerveau lessivé à la propagande djihadiste, ou qu’il soit commis par l’agent d’un réseau organisé, ayant ou non des ramifications au Moyen-Orient. Le résultat est le même : c’est bel et bien l’islamisme militant, version sectaire et dégénérée de l’islam, qui est l’acteur de cette barbarie.

Appel à la guerre civile en France

Ce sont des assassinats commis à dessein. Les cibles sont bien celles désignées par une propagande signée EI appelant ses adhérents, qui n’ont pas besoin d’être encartés, à tuer le plus possible d’Occidentaux, « d’infidèles, de “croisés’’ [comprendre : de chrétiens], de juifs », en Europe ou aux Etats-Unis, et avec les moyens dont ils disposent.

Ces crimes en série obéissent mot pour mot à un scénario écrit à l’avance par les chefs de la mouvance djihadiste. Ce ne sont pas des épiphénomènes. Nous ne sommes pas visés au hasard, mais pour ce que nous sommes. Nous ne sommes pas frappés pour notre appartenance à la coalition qui combat l’EI en Irak et en Syrie : la France ne l’a rejointe qu’après avoir été attaquée.

En l’espèce, pourquoi nous ? Là encore, la réponse figure dans la propagande djihadiste. C’est la deuxième vérité qu’il faut garder en tête. La France est attaquée parce qu’elle comprend l’une des plus importantes communautés musulmanes d’Europe. L’objectif des djihadistes est de provoquer des actions de représailles sauvages qui installeront chez nous une manière de guerre civile religieuse. Il faut lire ce qu’écrivent les théoriciens de cette stratégie de la haine, prendre ces écrits au pied de la lettre. Leur discours ne relève pas de la rhétorique.

Ils appellent à cette guerre civile en France, pour faire croire que l’Occident est en guerre contre l’islam. Ils espèrent en finir avec cette anomalie, cette « zone grise », selon leur expression, ce pays où des religions coexistent pacifiquement dans le cadre ancien, et tolérant, que nous appelons laïcité. Ils veulent susciter ce passage à l’acte de la vengeance « communautaire ». Ne pas y céder, jamais, est le premier acte de résistance d’une société telle que la nôtre – c’est aussi son honneur – et une première défaite infligée à l’ennemi.


Lire la suite sur « Le Monde »

 


Illustration Le Colonel. Photo :Le père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray le 11 juin 2016
liberation.fr

 

 


 

4 réflexions au sujet de “Résister à la stratégie de la haine”

  1. Une guerre civile serait entre Français, les représailles contre les musulmans seraient une mesure de salubrité publique. Pour les « français » issus du droit du sol ou de la naturalisation, Montesquieu a dit  » Un âne né dans une écurie ne sera jamais un cheval ».
    Enfin si la Bible dit de tendre l’autre joue, elle dit aussi « œil pour œil, dent pour dent ».

  2. Attendons un nouveau gouvernement excluant toutes les racailles politiques, avides d’arriver au pouvoir avec un seul but qui n’est autre que celui de s’en « foutre » plein les poches ne regardant pas d’où vient le fric. Un fric qui sent le pétrole à plein nez.

    Expulsons tous les imams salafistes pour commencer. Détruisons leurs mosquées. Expulsons tous les Fichés S. Fermons les frontières. Refusons toute entrée sur notre territoire de migrants et nous verrons peut-être se poindre à l’horizon des jours meilleurs, porteurs d’espoir et sans guerre civile.

    Les Chrétiens d’Orient avaient pourtant prévenu l’Europe que les atrocités qu’ils avaient subies ne tarderaient pas à nous toucher. L’Europe n’a pas voulu écouter leurs mises en garde et leurs cris de désespoir. L’ Europe les a laissés CREVER ! Le Pape aussi !

    Ceux qui ont gouverné notre Pays ont tout fait pour que la France ne soit plus la France. Ils l’ont offerte aux barbares ! Vous ne les avez pas vus, tous réunis hier dans l’Eglise de notre Dame ? C’était pitoyable !, ils y sont venus…ils étaient tous là pour rendre hommage au premier prêtre égorgé en France. De V.G.E à Hollande. Les traîtres étaient là avec leur gueule de circonstance. Pour la décapitation d’Hervé CORNARA, ils n’étaient pas là …ce n’était qu’un petit entrepreneur qui avait embauché son petit bourreau.

    Ne nous trompons pas de bulletin de vote bientôt !

  3. Contrairement a ce que ces dégénrés pensent, les français sont plus intelligents que cela ! Et cette guerre n’aura pas lieu et ne doit pas avoir lieu !
    Il faut se donner TOUS les moyens pour éradiquer cette plaie qui gangréne notre pays !

  4. Ce Curé n’a pas été égorgé !

    Il a été décapité, selon de rite : à genoux et prières.

    La nuance est d’importance.

    Pour le reste : la France est le plus beau pays au Monde et est comme un aimant qui attire la limaille.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :