Résolution Brexit : le Parlement Européen montre déjà son sinistre visage…

Par Olivier Berruyer, le 25 juin 2016

Les Crises



Ne vous l’avais-je point annoncé ?

A lire ou à relire ici


 

Jean Quatremer a bien rappelé la consigne du clergé bruxellois :

brexit-69

Il ne s’agit donc nullement de trouver une solution fraternelle et humaniste, qui préserve au mieux nos intérêts communs, non, il faut punir – stratégie de plus en plus à l’œuvre en Diplomatie vous noterez.

Bien évidemment, ces grands stratèges pensant décourager de futurs X-exit montrent au contraire le sinistre visage de cette organisation, et vont donc contribuer à la faire détester encore plus…

Il est fascinant de voir à quel point toutes ces personnes “l-ue-c-est-la-paix” sont prêtes aux pires actes dès qu’un membre leur déplait (Hongrie, Grèce, Pologne…).

C’est finalement comme ces psychopathes qui promettent l’amour éternel à une femme et qui, dès que celle-ci leur dit “Tu es gentil, mais je préféré qu’on se sépare”, sont prêts à la taper, la détruire, l’assassiner…

Les 4 groupes mainstream du Parlement européen (Droite, Socialistes, Libéraux, Verts) ont ainsi mis moins de 24 heures pour pondre un projet de résolution qui sera discutée mardi :


Ils demandent donc :

  • que l’article 50 soit activé au plus vite, dès le 28 juin
  • qu’AUCUN accord ne soit conclu avec le Royaume-Uni tant qu’un accord de retrait n’aura pas été conclu. Concrètement, cela signifierait que Londres se retrouverait complètement isolé du marché unique une fois dehors et jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord commercial, ce qui pourrait prendre plusieurs années. Le Parlement demande à être consulté à toutes les étapes des discussions et rappelle qu’il devra ratifier les compromis négociés. Bref, on la fout dehors, et on verra après – les intérêts de nos entreprises et nos emplois n’ont donc aucune importance pour ces fanatiques…
  • de « revoir l’organisation interne » du Parlement pour refléter le vote en faveur du Brexit. Une manière de dire que la suspension du droit de vote des élus britanniques doit être étudiée. Merci pour la démocratie, vu qu’ils ne sont pas encore partis…
  • que le commissaire britannique soit mis en retrait et que son portefeuille (services financiers) soit donné à quelqu’un d’autre. Merci pour la démocratie, vu qu’ils ne sont pas encore partis…
  • et, bien sûr, que soit “immédiatement relancé le projet européen” (2), via une révision des traités (11), en renforçant le coeur de l’Europe, et en prohibant toute forme de “solutions à la carte” (10) en se basant sur deux rapports déjà publiés visant à renforcer le caractère fédéral de l’Union (12).

Lire la suite sur http://www.les-crises.fr

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

4 thoughts to “Résolution Brexit : le Parlement Européen montre déjà son sinistre visage…”

  1. La Pologne, la R. Tchèque touche des subsides, se débarrassent de leurs tiers-mondes et commercent exclusivement avec l’Allemagne mais gardent leurs monnaies. La vie est belle et cela durera tant que les gogos mettront la main au portefeuille.

  2. SI les escrocs du Parlement Européen montrent déjà leurs sinistres tronches que dire de nos gouvernants sinon qu’ils tirent une « gueule » de six pieds !

    La liste des punitions, déjà prête, doit être bien longue… OH MY GOD ! Mais que ceux et celles qui ont voté pour leur Independance DAY soient bénis des Cieux.

    Que le parlement européen soit maudit !

  3. Pourquoi faciliter la sortie des britanniques de l’Europe. Ils ont toujours été les empêcheurs de tourner rond !. Ils étaient en permanence opposés à tout et se plaçaient résolument dans le camp américain dans toutes les négociations internationales. Je ne me souviens pas avoir vu des concessions faites par les britanniques dans des réunions portées sur des accords de coopération entre pays inter-communautaires.

Les commentaires sont clos.