Rétablir le Service National? Oui, pourquoi pas! Mais non…

Par régis Ollivier le 12 novembre 2014

Le Colonel Attitude

 

Si de nombreuses voix s’élèvent depuis un certain temps déjà en faveur du rétablissement du Service National, d’autres en écho s’y opposent fortement arguant du coût considérable que cela représenterait pour les finances de la nation exsangue. C’est bien connu, en France, il est de plus en plus difficile, voire impossible de parvenir à un consensus national, quel qu’en soit l’objet.
 
Je suis pour ma part un fervent partisan du retour à la conscription pour toutes et tous. J’y vois là un facteur essentiel de cohésion de la société et un retour indispensable et impérieux à des valeurs perdues depuis la suspension de ce service national. Je dis souvent cette phrase lorsque je regarde, dépité, l’état de notre société : « plus de valeurs, plus de pudeur »… Quid de la solidarité, quid du respect des uns envers les autres, de la force publique, de l’Etat, des lois? Je me tourne sur ce point vers les tenants actuels du pouvoir qui ont eu raison de cette France en divisant pour mieux régner et en favorisant, par des lois iniques, les coupables au détriment des victimes. Suivez mon regard.
 
J’en déduis, et je ne suis pas le seul à faire cette déduction : est-ce le rôle de l’armée de métier de former, pour ne pas dire de formater, les jeunes gens, hommes et femmes venus d’horizons divers et de cultures différentes aux fondamentaux de la vie en société. Je ne le crois pas. Notre armée a bien d’autres missions opérationnelles à remplir dans ce monde qui devient de plus en plus dangereux. Et avec les moyens qu’on leur connait.
 
Par ailleurs, l’armée de conscription, tout comme l’armée de métier, a pour but principal de former des jeunes gens aux maniement des armes de guerres, en autres mais en priorité, pour défendre la nation, sur notre sol ou sur les théâtres d’opérations extérieures. Pour mémoire, la France est engagée dans trois guerres depuis le début du quinquennat de Monsieur François Hollande.
 
En ce qui me concerne, et une fois de plus mon avis est partagé par d’autres observateurs attentifs des réalités de ce monde en ébullition, je m’interroge sur les risques inhérents à une telle hypothèse. Est-il souhaitable d’entrainer des jeunes hommes et des jeunes femmes, pour certains peu ou pas assimilés, au maniement des armes de guerre et aux techniques de guérilla urbaine, à la mise en oeuvre des explosifs, j’en passe et des meilleures? Souhaitons nous voir un jour ou l’autre ces mêmes jeunes gens formés dans nos casernes se retourner contre ceux-là même qui les auront entrainés? Allons nous jouer nous aussi aux pompiers pyromanes?
 
Tout ceci, en dehors du budget considérable que nécessiterait un retour en arrière avec les surcoûts de réhabilitations des cantonnements et toute la logistique que cela suppose, est absolument déraisonnable, voire même irresponsable.
 
Enfin, insinuer que le rétablissement du Service National permettrait d’infléchir la courbe du chômage chez les jeunes, je réponds certes et sans doute pendant un certain, et après, on fait quoi? Après le retour à la vie civile? On en fait des mercenaires sur les zones de conflits? Non, ceci est un miroir aux alouettes.
 
En vérité je vous le dis haut et fort, et quand bien même je m’y déclare favorable, soyons raisonnables. Cette idée est une (très) mauvaise idée. Tout comme l’est par ailleurs la syndicalisation des armées. Mais ceci est un autre débat.
 
Le Colonel vous salue bien
 
Régis Ollivier
Photo : Le Point

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

5 thoughts to “Rétablir le Service National? Oui, pourquoi pas! Mais non…”

  1. Je partage entièrement votre point de vue. Comme je l’explique en commentaire dans l’autre post sur le sujet, une solution envisageable pourrait être de poursuivre l’importation en métropole le SMA qui a fait ses preuves outre-mer, en développant le dispositif EPIDe déjà existant.
    Ceci permettrait de conserver une armée pro à vocation expéditionnaire et des unités de formation professionnelle et militaire pour soit susciter des vocations d’engagement, former des jeunes, et enfin fournir des « bras » pour intervenir en appui des unités de sécurité civile en cas de catastrophe naturelle (comme était intervenu le SMA de Martinique lors du séisme en Haïti).

  2. Le mot en trop dans ce laïusse est « raisonnable ».
    A force de vouloir être trop raisonnables, nous ne sommes que des frileux.

    Aussi je ne suis pas d’accord avec vous. Le Service National et le Service Civique sont de très bonnes idées. Mais dans un cadre très différent où cela se passait où le maître mot était : DEMAGOGIE.

    C’est cette saloperie qui a tué le Service National.

    Bonjour chez vous.

  3. Bonsoir Loulou. Merci pour votre soutien. On peut souhaiter un retour du SN car c’est vrai que les coups de pieds au culs se perdent mais en y réflechissant comme je l’ai fait, c’est impossible. Bonne soirée et merci pour votre fidélité. Je vais sans doute me faire asmater mais j’assume. 🙂

  4. Je vous salue mon colonel

    Je suis entièrement de votre avis sur ce sujet. C’est encore un coup d’épée dans l’eau de la part de nos dirigeants. On ne peut plus , pour diverses raisons (notamment celles que vous citez )revenir en arrière.
    Et puis, révons un peu, si celà se faisait quel travail pour éduquer tous ces jeunes

  5. je vous salue mon colonel

    Je partage totalement votre avis – Ce serait une énormité comme beaucoup d’autres depuis quelque temps. En attendant, en parlant de ce sujet, on ne parle pas des autres aussi importants.
    Ensuite on ne supprime pas le budget, on ne « vire » pas autant de militaires d’active pour les remplacer pas des appelés qui ne pourront pas aller en opex. Et on pourrait palabrer longtemps sur le sujet que rien n’avancerait

Les commentaires sont clos.