Révélations stupéfiantes : Comment les États-Unis ont couvert le rôle des Saoudiens dans le 11 Septembre, par Paul Sperry

Par Olivier Berruyer, le 29 avril 2016

Les Crises


Cela fait plusieurs jours que LC2.0 collationne les révélations plus que stupéfiantes sur cette affaire des relations américano-saoudiennes dans le cadre des attentats du « 11 Septembre ». Ne manquez surtout pas cette publication sur des faits avérés que LC2.0 avait précautionneusement conservées sous le coude avant de vous les communiquer. //RO


 

Le New York Post est un des plus anciens (ou, selon les critères, le plus ancien) journaux américains, encore publié de nos jours. Il a été créé en 1801. Sa ligne éditoriale est conservatrice. Il tire à près de 700 000 exemplaires

Ca chauffe bien une opinion publique…

Source : Paul Sperry, New York Post, le 17/04/2016


 

Dans son rapport sur les “28 pages”, toujours censurées, impliquant le gouvernement saoudien dans le 11-Septembre, “60 Minutes”, le week-end dernier, a dit que le rôle des Saoudiens dans les attaques a été sous-évalué pour protéger la délicate alliance de l’Amérique avec le royaume riche en pétrole.

C’est vraiment un euphémisme.

En réalité, l’implication du royaume a été délibérément dissimulée aux plus hauts niveaux de notre gouvernement. Et cette dissimulation va bien au-delà d’enfermer les 28 pages du rapport saoudien dans une chambre forte du sous-sol du Capitole américain. Les enquêtes ont été étouffées. Les complices ont été laissés tranquilles.

Les agents responsables de l’enquête que j’ai interviewés à la Joint Terrorism Task Forces [l’unité de lutte contre le terrorisme du FBI, NdT] à Washington et à San Diego, la base avancée de certains pirates de l’air saoudiens, mais aussi les détectives du Département de police du comté de Fairfax (Virginie) qui ont enquêté sur plusieurs pistes concernant le 11 Septembre, disent que pratiquement toutes les routes mènent à l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington, et au consulat saoudien à Los Angeles.

Et pourtant, encore et toujours, il leur a été demandé de ne pas remonter ces pistes. L’excuse en général était “l’immunité diplomatique”.

Ces sources disent que les pages manquantes du rapport d’enquête du Congrès sur le 11 Septembre – qui comprennent le chapitre entier concernant “le soutien étranger aux pirates de l’air du 11-Septembre” – détaille “les preuves incontestables” réunies par la CIA et le FBI de l’assistance des Saoudiens pour au moins deux des pirates de l’air saoudiens qui étaient installés à San Diego.

Certaines informations ont fuité des documents, y compris une frénésie d’appels téléphoniques avant le 11 Septembre entre un des soutiens saoudiens des pirates de l’air à San Diego et l’ambassade d’Arabie saoudite, et le transfert ensuite de quelque 130 000 dollars d’un compte du prince Bandar, ambassadeur saoudien, à un autre soutien saoudien des pirates de l’air à San Diego.

Prince Bandar Photo: Reuters

Prince Bandar

Un enquêteur qui travaillait avec la Joint Terrorism Task Forces de Washington s’est plaint qu’au lieu d’enquêter sur Bandar, le gouvernement américain l’a protégé – littéralement. Il dit que le département d’État a assigné un détachement de sécurité pour protéger Bandar pas seulement à l’ambassade, mais aussi à sa résidence à McLean, en Virginie.

La source a ajouté que l’équipe opérationnelle voulait incarcérer un certain nombre d’employés de l’Ambassade, “mais l’ambassade s’est plainte auprès du Procureur” et leurs visas diplomatiques ont été révoqués à titre de compromis.

L’ancien agent du FBI John Guandolo, qui a travaillé sur les affaires liées au 11 Septembre et à al-Qaïda pour le bureau de Washington, affirme que Bandar aurait dû être un suspect clé dans l’enquête sur le 11-Septembre.

L’ambassadeur saoudien a financé deux des pirates de l’air du 11 Septembre via une tierce personne,” a affirmé Guandolo. “Il devrait être traité comme un suspect terroriste, tout comme les autres membres de l’élite saoudienne que le gouvernement américain connaît comme finançant actuellement le djihad mondial.”

Mais Bandar a la haute main sur le FBI.

Après sa rencontre avec le président Bush à la Maison-Blanche le 13 septembre 2001, où les deux vieux amis de famille ont partagé des cigares sur le balcon Truman, le FBI a effacé de la liste des terroristes à surveiller des dizaines d’officiels saoudiens de différentes villes, y compris au moins un membre de la famille d’Oussama ben Laden. Au lieu d’enquêter sur les Saoudiens, les agents du FBI ont servi d’escorte de sécurité pour eux, même si à cette période on savait déjà que 15 des 19 pirates de l’air étaient des citoyens saoudiens.


Lire la suite sur http://www.les-crises.fr

 


Retrouvez-nous sur notre page Facebook Le Colonel Actualités

 


 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

5 thoughts to “Révélations stupéfiantes : Comment les États-Unis ont couvert le rôle des Saoudiens dans le 11 Septembre, par Paul Sperry”

  1. Encore une fois la plèbe étatsunienne aura supporté quinze ans de désinformation avant que des amis qui lui veulent du bien lui laissent concevoir quelque doute, comme par hasard après que les Etats-Unis aient décidé d’abandonner l’Arabie pour tenter de convaincre l’Iran d’accepter de revenir au commerce en dollar dont ils l’avaient exclu inconsidérément. En France peu ignorent que Chauprade a été puni par Sarközy de Nagy-Bocsa pour avoir timidement écrit qu’il existe dans le monde d’autres interprétations que les versions officielles contradictoires et incohérentes, tous savent que ces interprétations découlaient toutes de la magistrale enquête de Meyssan il y a déjà quinze ans, et beaucoup savent que les lecteurs de Del Valle il y a près de vingt ans n’ont pas été surpris le 11 septembre 2001.

  2. @ lemorieux: détrompez vous , on saura. Aux us le débat fait rage et maintenant plus de la moitié de la population se doute qu’il y a anguille sous roche

  3. N’en déplaise aux crétins, il s’agit bel et bien d’un complot.
    En outre, on peut se demander pourquoi quelques temps après les eu exécutaient S. Hussein, celui qui avait commencé d’envahir (très aisément) l’arabie et menacé de couper les robinets.

  4. Et j’ajouterais à nouveau la question essentielle, POURQUOI ? Ce que nous ne saurons sans doute jamais !

  5. Mais………souvenez vous, il me semble que le premier avion a redécoller fut l’avion de la famille Ben Laden ! Alors ?
    Si avec cela, personne n’a comprit, désolé, je ne puis rien pour vous !
    Et les pirates de l’air étaient saoudiens, j’ai compris tout de suite qu’il y avait anguille sous roche ! Toutefois, je ne suis qu’un sans dents, sans grade, en fait rien quoi !

Les commentaires sont clos.