Rubicon en vue

Par Observatus geopoliticus, le 07 Octobre 2016 

Chroniques du Grand jeu


« l’avenir est à quitte ou double pour l’empire : la guerre (Clinton) ou le désastre (Trump). Pas de quoi affoler Moscou qui attend tranquillement l’issue… »


 

La tension monte, atteint des niveaux rarement vus depuis la crise des missiles à Cuba et aucun des deux joueurs ne veut plus reculer. L’ours surtout, qui semble vouloir rester droit dans ses bottes et ne plus en partir, tandis que l’aigle virevolte de-ci de-là comme à son habitude, pris entre des courants contraires et attendant le résultat de la prochaine élection qui pourrait décider du chemin sur lequel s’engagera le monde. Temps incertains que nous vivons…

Aux menaces voilées (c’est le cas de le dire) américaines affirmant que « toutes les options sont sur la table », y compris bombarder l’armée d’Assad, Moscou a fermement répondu en envoyant plus de S-300 en Syrie. Poutine ne rigole plus. Le ministère de la Défense russe non plus qui a averti que les avions US pourraient être pris pour cible. La justification est délicieusement tournée : « Le personnel russe des systèmes de défense aérienne a peu de chances d’avoir le temps de déterminer les trajectoires exactes d’éventuels missiles et qui les a tirés.» En clair : on vous abattra.

Ce matin, l’ambassadeur russe à Washington en rajoute une couche avec un tweet qui en dit plus long que tous les discours :

Rubicon en vue

« Les Etats-Unis se demandent pourquoi la Russie envoie des S-300 en Syrie. Parce qu’on ne sait jamais quel soutien les terroristes peuvent recevoir ». La ligne est excellente et la flèche tombe en plein mille, mettant une fois de plus les Américains face à leurs contradictions.

De leur côté, les Folamour du Pentagone sont en mode rodomontade, avertissant de la possibilité réelle d’une guerre « totale, meurtrière » avec – sans surprise – la Russie, la Chine et l’Iran. L’argument est lui aussi sans surprise et très freudien : ces méchants pays sont agressifs avec nous et veulent nous détruire. L’hôpital qui se fout de la charité… Inutile évidemment de chercher ces déclarations incendiaires dans la presstituée de l’empire : puisqu’on vous dit que l’agresseur, c’est la Russie !

Au même moment, Poutine organise un exercice de simulation d’attaque atomique impliquant 40 millions de personnes et annule l’accord de coopération sur le plutonium (logique puisque Washington n’a respecté à peu près aucune de ses obligations sur l’équilibre nucléaire depuis 15 ans). A ce propos, un analyste russe y voit un ultimatum déguisé de Vladimirovitch à Barack à frites : la coopération reprendra si Washington annule les sanctions anti-russes, paie des dédommagements (!), réduit sa présence militaire en Europe orientale ou encore abolit la loi Magnitsky. Exigences représentatives d’un changement de ton tectonique : l’aigle ne fait plus peur et Moscou lui répondra désormais du tac au tac.

Cette inquiétante escalade s’accompagne heureusement d’anecdotes plus triviales, quoique participant également à la bataille de l’information et de l’image. Ainsi, le pont de Manhattan a vu hier se déployer une énorme banderole avec le portrait de Poutine en « faiseur de paix » avant d’être retirée par la police. Diantre, après avoir, selon la doxa impériale, hacké le parti Démocrate, soutenu Trump, financé les indépendantistes texans et pris parti pour la communauté noire américaine, voilà que Vlad l’empaleur fait sa pub au coeur même de l’empire !


Lire la suite sur http://www.chroniquesdugrandjeu.com

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Rubicon en vue”

  1. Ces américains nous font peur avec ces deux candidats très atypiques c’est le moins que l’on puisse dire. Comment un grand pays bardé de personnalités éminentes peut il en arriver là. Au fond, au moins on se sent moins seuls nous les français qui avons un président très bas dans les sondages, le moins populaire de tous les président de notre belle république. On comprend tout de même que notre retour dans l’OTAN n’est sans doute pas la meilleure décision de notre ex-président candidat.

Les commentaires sont clos.