Rwanda : réactions du Colonel (er) Jacques Hogard aux déclarations de Guillaume Ancel. Suivies d’un communiqué de Bernard Lugan

Régis Ollivier, le 30 juin 2017

Le Colonel

 

© Logo by Pierre Duriot

 

Un ancien officier de l’armée de terre a affirmé, jeudi, sur franceinfo, que ses supérieurs lui ont clairement demandé de « livrer des armes aux génocidaires dans les camps de réfugiés ». Ces révélations ont été publiées par d’autres médias. Le Colonel a jugé utile de le porter également à la connaissance de ses lecteurs. Elles ont suscitées une vague d’indignation.

Lire : Rwanda : « On nous a demandé de livrer des armes aux génocidaires dans les camps de réfugiés », affirme un ancien officier de l’armée française

Les propos de Guillaume Ancel ont été repris par Le Figaro dans sa livraison du 27 juin 2017 sous la plume de Tanguy Berthemet, dans une édition réservée aux abonnées dont je n’ai pas eu connaissance.

Lire : Rwanda : la France soupçonnée d’avoir réarmé les auteurs du génocide

 

Le Colonel (er) Jacques Hogard a immédiatement réagi en rédigeant une réponse pour Le Figaro que je reproduis infra avec son autorisation.

**********

 

Votre article dans le Figaro du 28 juin 2017

 

Monsieur,

 

Ancien de l’opération TURQUOISE au Rwanda dont j’ai eu l’honneur d’être l’un des trois commandants de Groupements opérationnels (le groupement Sud, constitué d’unités de la Légion Etrangère) sous les ordres d’un Chef unanimement respecté pour ses hautes qualités morales, le Général Jean-Claude Lafourcade, permettez-moi de vous faire part  très directement et très simplement de mon indignation, et de mon écœurement, le mot n’est pas trop fort, à la lecture de l’article que vous venez d’écrire dans le Figaro.

 

Vous y faites de la publicité surprenante aux fantasmes récurrents de M. Saint Exupéry qui vient en effet de récidiver dans ses accusations aussi fumeuses que grotesques et mensongères dans sa revue « XXI », contre la France et l’armée française.

 

Contrairement à ce que vous écrivez, la « revue XXI» ne publie en aucun cas « une longue enquête », ni encore moins « une enquête fouillée» ! à propos de cette nouvelle accusation fantasmatique selon laquelle l’armée française aurait réarmé les génocidaires hutus durant l’opération TURQUOISE !..

 

Ayant lu attentivement ce nouvel article, j’atteste que la « revue » XXI publie une suite d’assertions mensongères qui ne déshonorent que ceux qui les profèrent.

Elle ne publie évidemment aucun nom (à commencer par celui de ce fameux haut fonctionnaire qui détiendrait ce fameux « ordre » dont aucun d’entre nous n’a jamais vu la couleur !!..), ni aucun fait, aucune date, aucun élément précis à l’appui de ses dires. Et pour cause, car c’est là la manière habituelle de procéder de M. Saint-Exupéry ,comme il nous l’a montré en 2004 lors de la parution de son pamphlet « l’inavouable », réédité une fois en 2009 sous le nom de « complices de l’inavouable » (comprenez bien sûr par « inavouable », le génocide de 1994 !)…

 

Tout ceci n’est pas nouveau et alourdit, désolé de vous contredire, non pas « le dossier sur l’implication de la France dans le génocide rwandais » mais bien celui, déjà ancien et chargé, de M. Saint Exupéry dans ce dossier du génocide rwandais de 1994.

 

Je vous mets en pièce jointe le texte de la déclaration que j’ai faite au président de la 17ème chambre correctionnelle de Paris en octobre 2009, lorsque j’y ai assigné ce personnage et son ami et associé M. Beccaria pour diffamation. Je ne change pas une virgule, pas un mot de cette déclaration. Elle traduit parfaitement mon état d’esprit à son égard et celui de ses commanditaires étrangers.

Ma seule satisfaction à l’époque est d’avoir ainsi fait baisser le regard de M. Saint Exupéry et celui de son comparse devant le président du Tribunal, et de les avoir entendu ânonner leurs excuses embarrassées…

 

Permettez moi de vous dire que je suis infiniment surpris et déçu de vous voir vous faire – dans les colonnes du Figaro ! – le porte-voix de ces gens que je range dans le camp de l’anti France et des porteurs de valise d’un des plus grands criminels de guerre de cette période troublée qui est la nôtre: le général-président Paul Kagame.

 

Avant que vous ne repreniez  éventuellement un jour la plume sur cette bien triste histoire rwandaise, je me permets de vous inviter à lire l’ouvrage du Général Lafourcade, « Opération Turquoise » (éditions Perrin) et le mien, « les larmes de l’Honneur » récemment réédité (éditions Hugo), dont votre excellent confrère, Patrick Besson a fait la critique, que vous trouverez en pièce jointe, dans le Point.

 

Il me semble en effet que la déontologie du journaliste n’est pas de désinformer mais d’informer ses lecteurs.

 

Avoir fait partie de l’Opération TURQUOISE est et restera jusqu’à mon dernier souffle une des vraies fiertés de ma vie. Je voulais vous le dire.

 

Et la colossale désinformation à laquelle nous sommes confrontés depuis des années, si elle me blesse et m’écœure profondément bien sûr, n’entamera en rien cette fierté, bien au contraire.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Colonel (er) Jacques Hogard

 

Lire aussi : Rwanda : M. de Saint-Exupéry accuse t-il la France afin de protéger le général Kagamé ? Communiqué de Bernard Lugan[1]

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.