Situation explosive en Ukraine et Mistral perdant.

Par Rolant Pietrini le 25 janvier 2015

ATHENA – DEFENSE

 

« Sur fond de guerre civile ukraino-ukrainienne, c’est un affrontement Russie-OTAN dans lequel l’Europe est de fait partie prenante. » //RP

 

artfichier_276653_4484448_201501255327889

 

Le sommet d’Astana qui devait se tenir le 15 janvier dans la capitale du Kazakhstan a été annulé compte tenu de la situation au Donbass qui s’est depuis encore aggravée. Le président Noursoultan Nazarbaïev (cf : http://www.athena-vostok.com/lorsque-lon-consent-a-serrer-la-main-dun-nazarbaiev-on-na-aucune-raison-de-ne-pas-serrer-celle-de-poutine) membre survivant de la nomenklatura soviétique (il a été nommé à la direction du PC local sous Gorbatchev), devait accueillir un sommet quadripartite portant sur la guerre russo-ukrainienne en présence de Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel.

Kiev est responsable de cette situation tout autant que Moscou. Le parlement ukrainien avait jeté de l’huile sur le feu en abrogeant la loi sur les langues régionales. On se souvient que la Rada (Parlement) avait retiré au russe mais aussi au roumain, au hongrois et au tatar de Crimée le statut de langue officielle dans 13 des 27 régions (essentiellement au sud et à l’est du pays). La loi ne sera pas appliquée, mais les populations pro-russes habilement manipulées et instrumentalisées se sont soulevées.

Kiev a coupé les vivres à ses régions dissidentes et reconnu de fait une situation nouvelle de séparation. Le droit pour soi n’exclut pas l’intelligence.

La situation actuelle au Donbass échappe à tout contrôle, elle est dramatique pour la population prise en otage entre ceux qui souhaiteraient rester fidèles au pouvoir central et les milices pro-russes. Les combats de ces derniers jours à Marioupol le démontrent par leur violence. C’est une guerre de type classique où s’opposent des forces fortement blindées et appuyées par une artillerie conséquente. C’est aussi une guerre où la manipulation et la désinformation font partie des stratégies des deux parties et de celles des grandes nations qui les conseillent, Otan et Etats-Unis d’un côté et Russie de l’autre.

Le port stratégique de Marioupol, siège des combats de ces derniers jours sur la mer d’Azov, est un verrou essentiel. S’il devait sauter, cela pourrait ouvrir un couloir stratégique à la Russie continentale le long du littoral de la mer d’Azov jusqu’à la péninsule de Crimée.

La mer d’Azov est reliée à la mer Noire par le détroit de Kertch. Si Marioupol tombe, il n’est donc pas exclu que les rives de la mer d’Azov deviennent pro-russes jusqu’en Crimée.

Pire encore à l’est, la poche de Debaltseve, les villes de Konstantynivka ou encore de Schastie, sont actuellement sous le feu des batteries d’artillerie et notamment des lances roquettes multiples de type BM27 et BM30, si ces villes tombent à leur tour, la poche de Donetsk de Karkov à Marioupol sera russe. L’Ukraine perdra une partie non négligeable de son territoire à l’Est.

Cela montre l’urgence et la gravité de la situation dont les causes remontent bien avant la chute de l’empire soviétique. Sur fond de guerre civile ukraino-ukrainienne, c’est un affrontement Russie-OTAN dans lequel l’Europe est de fait partie prenante.

Lire la suite sur http://www.athena-vostok.com

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “Situation explosive en Ukraine et Mistral perdant.”

  1. Mauvaise pioche Jean. Question guerre froide, j’ai des arguments. Mon cv pourrait vous étonner.

    Chef de patrouille zonale sur le mur de Berlin au 11rgt de chasseurs, Observateur â la MMFL de Potsdam.
    Membre du poste militaire près l’ambassade de France en Pologne.
    Mon livre Vostok – mission de renseignement au cœur de la guerre froide – pourrait vous apprendre une ou deux choses sur la manière dont j’ai participé â la guerre froide, en y laissant quelques plumes et des camarades..
    Mais vous avez probablement une expérience forte. On se connait?
    Non, je ne me trompe ni d’ennemi ni de combat. Soyez plus attentif à mes écrits et vous verrez où se situe l’équilibre entre la réalité des faits et celle des idées que l’on a. Bonne journée.

  2. « Il fallait livrer le premier Mistral -Vladivostok- dans les délais  » !
    Pour qu’il contribue aussi au blocus maritime de Marioupol (ou des pays baltes, comme je l’ai dénoncé il y a quelques mois) ?
    Comment pouvez-vous entériner la livraison de matériel de guerre à un pays agresseur qui profite de sa position au conseil de sécurité pour protéger ses complices et autres dictatures et annexer ses voisins ?
    Peu importe son nom et notre lointain passé commun; quand un régime viole les lois internationales, il doit être combattu, même en violant des lois commerciales !
    De quel côté étiez-vous pendant la guerre froide, car je doute que nous ayons appécier la même situation dans Berlin encerclé, quelques années après moi ?

Les commentaires sont clos.