Sommes-nous en démocratie ?

Le 29 février 2016, par TITIN

Blog : Oh ! bichettes on se moque d’eux ???

Mediapart

Je pense que je ne suis pas le seul à me poser la question et j’avoue avoir de sérieux doutes. Si la démocratie se limite à la possibilité de déposer un bulletin dans une urne, ça va pas chier loin la démocratie. Surtout lorsque les candidats sont imposés depuis des décennies par d’autres. Surtout lorsque, à l’issue du premier tour et parfois bien avant, on se rend compte que finalement, c’est « bonnet blanc et blanc bonnet », en d’autres termes des faux-culs. //RO

Elle pourrait paraitre saugrenue cette question. 

Je sais pas pour vous, mais moi on m’a toujours enseigné que le France était une grande démocratie. Un modèle du genre même ! Il n’y a qu’à se plonger dans les textes officiels que nous connaissons tous – Constitution ou Déclaration des droits de l’Homme – pour s’en persuader. Toute notre éducation civique et politique repose sur cette certitude : la France est une grande démocratie occidentale.


Ce qui est intéressant, c’est donc que nous soyons amenés à nous poser la question… Aurions-nous des raisons d’en douter ? 

Je vous rassure, même si nous sommes nombreux à en parler ce soir, nous ne sommes ni les seuls, ni les premiers à nous poser la question. 
Il y a quelque années, José Saramago la posait en des termes plus directs. Pour ceux qui ne le connaissent pas, José Saramago est un écrivain portugais, prix Nobel de littérature en 1998 et auteur de la Lucidité, un bouquin formidable puisqu’il y est question d’une déroute électorale provoquée par un raz-de-marée vote blanc. Mais ne voyez aucun parti pris de ma part…


Saramago pose la question ainsi : « Qu’est-ce que cette statue intouchable qu’on appelle la démocratie ? Comment fonctionne-t-elle ? Pour quel profit ? Comment les gens peuvent-ils accepter de jouer avec des règles truquées ? Que se passerait-il s’ils en prenaient soudain conscience ? » J’adore cette citation.. 

Pour comprendre notre interrogation, je me suis intéressé à l’aspect pratique de notre démocratie. Car les déclarations d’intention et les beaux discours, c’est une chose – surtout en politique – mais concrètement, qu’est-ce qui nous prouve que nous sommes bien en démocratie et pas dans une dictature ? La preuve irréfutable de notre état démocratique c’est évidemment le droit de vote. L’acte électoral est en effet ce qui symbolise et concrétise la réalité d’une démocratie vivante. Le bulletin de vote étant en quelques sorte à la démocratie ce que la carte de crédit est à l’institution bancaire… 

Posez la question à un politicien de carrière (vous remarquerez que j’évite volontairement la formule « professionnel de la politique » qui sous-entend une forme de compétence particulière, ce dont, hormis celle de s’accrocher à son mandat, je doute franchement). Ce politicien vous dira que la démocratie est un système politique où tous les citoyens ont la possibilité, par leur vote, de choisir leurs représentants. C’est comme ça que fonctionne notre système politique. Cette conception reste cependant limitée, car si dans une dictature, on impose un chef sans que les citoyens soient consultés, dans notre démocratie, nous avons des partis politiques qui imposent les candidats que notre bulletin ne servira qu’à départager. En fait, nous avons juste le droit de désigner un vainqueur parmi des candidats que nous n’avons pas choisi. Vous conviendrez que la différence tient à peu de chose. 

Lire la suite sur https://blogs.mediapart.fr

 

Vous pouvez me suivre également sur Facebook Le Colonel Actualités

 

Illustration Le Colonel 2.0 : photo de bakchich.info

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Sommes-nous en démocratie ?”

  1. Soyons lucides: il y a longtemps que nous ne sommes plus en démocratie. J’ai encore en travers du gosier le référendum sur le traité européen de 2005. Le peuple vote-t-il mal malgré un matraquage éhonté des politiques et des media? Pas grave, on convoquera le Congrès. Voilà pourquoi je ne voterai plus jamais pour Sarkozy ou la clique des « Républicains ».

Les commentaires sont clos.