Suppression des pensions de réversion : bientôt les veuves. A quand, les orphelins ?

Par 

Le 17 juin 2018

Boulevard Voltaire

 

 

Jusqu’où iront-ils en effet ? //RO

 

 

© Régis Ollivier

 

 

Femmes, vous ne remercierez jamais assez les féministes !

Jusqu’où iront-ils ? C’est la question que l’on peut se poser lorsqu’on observe les ballons lancés en l’air pour tester la capacité d’encaissement – d’aucuns diront de soumission – des Français. Le dernier de ces ballons, après les propos démagogiques du Président sur les aides sociales, c’est celui sur les pensions de réversion. Dans un document de travail du Haut-Commissariat à la réforme des retraites, la question de leur maintien est désormais posée : « Compte tenu des évolutions en matière de taux d’emploi des femmes et de conjugalité, doit-on maintenir des pensions de réversion ? » Et poser la question dans ce genre de document, c’est déjà donner la réponse. Du moins dans les cerveaux, probablement énarques, des rédacteurs. On appréciera les attendus sociaux, voire sociétaux…

Il est vrai qu’en 2014, selon une étude de Milan Bouchet-Valat parue en 2016 dans la revue Économie et Statistique, le taux d’emploi des femmes en couple, âgées de 30 à 59 ans, était de 78 %, contre 51 % en 1982. Globalement, toutes les catégories sociales sont concernées par cette évolution. La contribution des femmes qui travaillent aux revenus des ménages a aussi augmenté : 27 % en 1982, 38 % en 2014. On est loin du 50-50. Bouchet-Valat estimait dans son étude qu’il serait atteint vers 2045. Demain, me direz-vous. Notez, tout de même, qu’un responsable de Force ouvrière, en charge du dossier des retraites, est moins optimiste et déclarait cette semaine : « Au rythme actuel, on parviendra à l’égalité salariale en 2132, autrement dit les pensions ne seront égalitaires qu’à partir de 2175 ! »

Lire la suite sur http://www.bvoltaire.com

 

* Colonel à la retraite

 

 

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

4 thoughts to “Suppression des pensions de réversion : bientôt les veuves. A quand, les orphelins ?”

  1. La leçon devrait être bonne: ne pas se fier aux gouvernants!

    Le système de retraites par répartition à la française qui semble pourtant assez égalitaire est à la bote de l’État qui dépense et rend peu. Et quand l’État décide de supprimer les pensions de réversion on entre alors au royaume du vol légal. Ainsi, comme en régime soviétique, le citoyen français n’est pas maître de ses avoirs.

    On devrait examiner les systèmes de retraite mixtes en vigueur ailleurs.

    Et je compare avec « l’horrible » système capitaliste américain qui oblige les citoyens à verser un peu de leurs revenus à une caisse de retraite dite de Sécu mise en place avant la dernière guerre pour limiter la casse chez gens imprévoyants.
    On note que cette retraite de SECOURS qui peut être servie après 40 TRIMESTRES de cotisation est très supérieure à celle des Français. Bien sur, à 40 trimestres cotisés, on vit plus chichement qu’avec 40 ans de participation. Cette cotisation est proportionnelle au revenu, mais les pensions payées sont encadrées à maxima et minima.

    Le coté privé des retraites des gens sages utilise une panoplie d’instruments financiers avec des garanties diverses du gouvernement et des avantages d’impôts importants en plus des participations éventuelles du patronat aux cotisations. Ces fonds sont garés et hors impôts lesquels ne seront payés qu’a partir des premiers retraits. En fait, le retraité après 70 ans DOIT, nécessairement retirer une somme minimum annuelle qui est alors imposée.

    Ces impôts sont ceux des revenus ordinaires ; les frais de gestion de ces fonds, si on a choisi le bon banquier, sont supportables. Et puis, si on n’est pas content, on prend son or et on va ailleurs, sans frais.

    Les problèmes des reversions des retraites de Secu aux veuves/veufs n’existent pas car automatiquement, après le décès d’un des époux, l’autre reçois la moitié de celle du décédé.

    En fin de vie, actions, fonds, avoirs immobiliers etc. etc., sont distribués aux ayants droits ou selon des décisions testamentaires.

    Et donc, bien le bonjour à Bercy !

  2. Macron est fondamentalement contre la famille; n’était-il pas secrétaire général adjoint de l’Élysée sous Hollande et n’était-il pas à la manœuvre quand il a été décidé de fiscaliser les compléments de retraite pour les retraités ayant élevé 3 enfants et plus. Cette idée de supprimer les pensions de réversion participe de la même démarche et pénaliserait principalement les femmes ayant arrêté de travailler pour élever leurs enfants, donc les mères ayant consacré une partie de leur vie à leurs enfants. Quelle injustice! En parallèle, la France verse 4 milliards d’euros aux pays africains pour leur développement et pour qu’ils puissent assurer un avenir meilleur à leurs peuples et qu’ils puissent les garder chez eux; mais nous payons et nous avons malgré tout l’immigration illégale encouragée par nos « zélites » ; et il faut bien trouver des sous pour ces gens là; les retraités paraissent être une proie de choix pour nos énarques « ripoublicains » qui se serviront de plus en plus dans nos poches. A quand la révolte du troisième âge?

  3. quand j’étais ado, j’étais obligé de donner ma paie à mon père qui me disait: je t’ai nourri jusqu’à présent, à toi maintenant de participer
    Si celà continue, ce sera pareil.
    Bonne soirée

  4. Démarches et explorations «logiques» dans notre mondialisme actuel qui ne peut permettre valablement aux États de systèmes sociaux et de santé différents de co-exister et rivaliser économiquement. La centralisation induite de la mondialisation exacerbe les différences et ne peut conduire à un nivellement par le haut….. phénomène déjà vécu à moindre échelle et sous une vision différente lors des grandes colonisations et declin.. Nous pouvons «imaginer» en nous y référant, certains «changements» susceptibles de survenir inéluctablement, hélas. La fin de certains systèmes sociaux et de certaines dérives liées à sonné. Le «prix» à payer pour se maintenir en lice sera élevé. La guerre économique anéantit, avilit, soumet, détruit les États de l’intérieur…. risque-t-elle de déclencher des guerres civiles ?

Les commentaires sont clos.