Syrie: Les présidents américains se jouent-ils des présidents français ?

Par Romain Cro

Le 13 avril 2018

Le Colonel 3.0

 

 

Suite de la réflexion de Romain sur le contexte international en exclusivité pour Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis


La Syrie est à nouveau au cœur de l’actualité internationale, l’utilisation supposée d’armes chimiques par le régime d’Assad, pourtant peu crédible, pousse certains dirigeants occidentaux à faire des déclarations guerrières qui, aux yeux de nombreux observateurs, semblent précipitées.


Alors que dans la Ghouta orientale, l’armée syrienne était en passe de reprendre le contrôle, Bachar Al Assad aurait subitement décidé d’utiliser son arsenal d’armes chimiques (détruit en 2016) dans la ville de Douma, pour combattre les quelques terroristes islamiques n’ayant pas encore fuit la ville.

Suite à cette action supposée, le président américain se laisse aller à une envolée lyrique sur les réseaux sociaux, suivie de près par le président français. Alerte, la ligne rouge est à nouveau franchie, branle-bas de combat, il faut intervenir coûte que coûte contre l’ignoble dictateur.


Mise en route de l’indignation médiatique à géométrie variable, on prépare soigneusement la population française à une possible intervention, défilé de spécialistes sur les chaînes d’informations, articles endiablés de certains représentants du peuple, les va-t-en guerre sont dans les startings block …
Puis plus rien, le président américain, qui avait semble-t-il déjà enfilé sa tenue de commandant en chef, freine des quatre fers, alors qu’on le voyait déjà prendre lui même les commandes d’un bombardier, voilà qu’il se met à réfléchir, à temporiser, il va finalement attendre l’enquête de l’OIAC pour prendre sa décision.

Mais trop tard, le président français, lui, il l’a dit, il a la preuve ultime qu’il y a eu utilisation d’armes chimiques, il est comme un gosse à qui on a promis une visite à Disneyland, chaud comme la braise, il s’est déjà engagé à suivre le maître américain dans une nouvelle aventure au pays de Candy !!


Malheureusement il semblerait qu’un même schéma se répète, comme en 2013, à l’instar d’un Hollande remuant la queue comme un malade à l’idée d’aller mettre une fessée à Bachar le diabolique, pensant être main dans la main avec Obama le président tip top cool du moment, et paré à jeter ses Rafales sur l’armée syrienne, avant de se faire lâcher comme un moins que rien par son idole, pour Macron ça risque d’être bis repetita.


Il faut donc commencer à prendre la mesure de la situation, et se demander si les présidents américains ne souhaitent pas simplement voir les présidents français s’engager plus en profondeur dans un conflit larvé, promis à un enlisement comparable au Vietnam ou à l’Irak, ce qui ferait leur jeu, sans prendre de risques dommageables.


Lorsqu’on se souvient du zèle de Sarkozy, le maître de guerre, poussant l’ONU à une résolution douteuse, permettant au président français, en compagnie de l’ami anglais, d’aller faire éclater la nation libyenne, déstabilisant au passage toute la région du Sahel, engendrant ce qui sera la guerre au Mali, on peut légitimement se demander si les présidents américains n’essaient pas de s’appuyer sur la fougue irréfléchie des présidents français paraissant prêts à tout pour revêtir la tenue du guerrier, tentant au passage d’acquérir l’image d’homme fort devant un peuple français désabusé depuis bien longtemps par ses dirigeants successifs. 


À y réfléchir, la guerre en Libye, qui certes à permis à Total de se régaler du pétrole libyen, et à Sarkozy de se prendre pour le sauveur d’un peuple qui n’avait pas besoin de lui, a aussi permis aux américains d’avancer leurs pions dans le redécoupage géopolitique de la région, faisant reculer, par exemple, les ambitions chinoises sur le pétrole de Kadhafi, sans s’engager ouvertement dans une guerre qui aujourd’hui, est à l’origine de nombre de problèmes pour la région et pour l’Europe (guerre, terrorisme, flux migratoire etc …).


À titre personnel, je pense que les dirigeants français, et européens, devraient cesser de faire le jeu des américains, et devraient prendre une position plus logique dans le jeu géopolitique actuel. Mieux vaudrait préserver une relation stable avec la Russie, fournisseur de gaz et de pétrole, plutôt que de se laisser bercer par les ambitions américaines, souhaitant voir l’Europe se tourner vers les monarchies du Golfe pour s’alimenter en ressources naturelles.


© Le Colonel 3.0

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

6 thoughts to “Syrie: Les présidents américains se jouent-ils des présidents français ?”

  1. Après l’élection de Donald Trump, comme nouveau président des Etats-Unis, nous pensions être soulagés que la folle Hillary Clinton ne fut pas élue. Elle qui avait l’obsession d’ attaquer les Russes. Sauf que les bombardements  » ciblés  » des Américains sur les troupes syriennes, survenus ce samedi 14 avril, nous montrent que Trump est aussi fou et aussi dangereux. Son nouveau caniche, Macron, a même fait du zèle en participant à ces bombardements sans se faire prier. Au contraire. La France s’enfonce une fois de plus, comme vassal de cet état guerrier US qui invente n’importe quel prétexte pour semer le chaos et s’emparer d’un territoire qui n’est pas le sien. On en vient à regretter Chirac qui avait preuve d’une grande prudence en refusant de participer à la guerre d’ Irak. A l’époque la France fut copieusement insultée par les médias US.

  2. Comme Hollande , Macron se prend pour le justicier du monde et obéit au « doigt et à l’oeil  » au fada américain qui change d’idée , d’amis comme de chemise , la « folle » de GB veut la peau de Bachar et rampe devant les islamiques de Londres qui envahisse le pays , Merkel s’est retirée du mensonge anglo/américain et l’Arrogant fonce qui à Mettre la France à feu et à sang !
    Comment peut on imaginer un seul instant qu’il va régler le problème de Syrie quand il est incapable de faire appliquer une seule loi envers les terroristes en France ( quand je dis terroristes , je pense aussi bien terroristes que zadistes extrême gauche )

  3. J’ai eu comme une désagréable impression de  » déja vu  » avec cette affaire. Avant de partir tout feu tout flamme et de faire des déclarations qui par la suite paraitront ridicules, encore faut il avoir un MINIMUM de preuves et de DONNEES… mais non… je suis trés  » désappointée  » par ce genre d’attitude. Tout ceci n’a guére de sens.
    De ce fait, l’attitude de Chirac, qui avait paru « logique », devient en quelque sorte  » extraordinaire »

  4. Nos propres intérêts passent par une coopération économique avec la Russie. Les Américains, pourtant nos amis, font toujours preuve de protectionnisme, il n’y a rien à attendre d’eux car en la matière, ils ne nous font aucun cadeau. Rappelez-vous : du concorde en passant par le Rafale, la guerre économique fait rage; Nous ne sommes pas les gendarmes du monde ; s’ils veulent intervenir en Syrie, c’est leur affaire mais à force de vouloir humilier les russes, la situation va dégénérer et elle ne pourra plus être contrôlée. L’intervention en Libye devrait pourtant nous servir der leçon.

  5. Et voila qu’après Pecos Busch, trompe la mort nous refait le coup de l’Irak; à cette époque, on l’aimait ou pas, mais Jacques Chirac s’était comporté en véritable chef d’Etat et avait refusé de suivre nos « amis » ricains.
    Macron en fera t’il de même? et les Français se souviendront-ils que le chaos d’aujour’hui en proche et moyen orient et que l’évolution du terrorisme est dû principalement à la déstabilisation de ces régions avec l’assassinat de Saddam Hussein suivi de ceux d’Anouar El Sadade et Khadafi?

Les commentaires sont clos.