Syrie… vers une guerre mondiale ou un accord secret a-t-il déjà été passé ?

Par Maurice Duclos, le 15 février 2016

Le Colonel 2.0

 

 

La situation sur zone suscite en effet des inquiétudes. Pour ce qui concerne LC2.0, je déteste évoquer une éventuelle Troisième guerre mondiale en préparation car cette affirmation à longueur de journée est très anxiogène et non justifiée à ce stade. On y pense et c’est déjà trop. C’est dire que ce monde est dangereux. Je remercie vivement Maurice Duclos pour cet article en exclusivité pour Le Colonel 2.0 qui nous permet de faire le point sur cette situation internationale « encore sous contrôle » des malades qui dirigent le monde. //RO

 

La situation en Syrie commence à devenir bien plus complexe et engageante pour les sponsors des parties prenantes…

L’intervention russe a permis à Bachar Al Assad de reprendre l’ascendant sur les rebelles, de reconquérir Homs, sécuriser la banlieue de Damas et les pays Aléoutes et d’être en passe de reconquérir la seconde ville du pays Alep.
La perte d’Alep pour les rebelles sonnera le glas des rebellions quelle qu’elles soient, et pour l’état islamique, un repli sur Raqqa et à terme la perte de ses positions en Syrie.
La panique a récemment obligé les familles des djihadistes présentes autour d’Alep à refluer vers la Turquie (les fameux 40 000 « réfugiés » venu d’Alep que la Turquie bloque à sa frontière…).

A la « porte de la Paix », les réfugiés d’Alep fuient l’enfer Le Monde | 10.02.2016

Sans aide extérieur, les rebelles sont donc appelés à être vaincus à plus ou moins long terme, comme il y a quelques mois Bachar Al Assad était en position de perdre Damas sans intervention russe…

C’est donc aux sponsors des rebelles de choisir entre intervenir militairement sur Syrie ou abandonner les rebelles.
L’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, la Turquie ont déjà indiqué qu’ils comptaient envoyer des troupes en Syrie… pour combattre l’état islamique.
Cet objectif n’est qu’un objectif de communication pour justifier l’envoi de troupes en Syrie, ces pays ont financé, formé, armé les rebelles et djihadistes, on voit mal pour quelle raison, ils iraient aujourd’hui détruire ce qu’ils ont mis 4 ans à construire.
Il n’y a donc que deux solutions :


1°) Soit les pétromonarchies et la Turquie agissent sans accord avec la Russie et le gouvernement syrien, alors inévitablement, cela débouchera sur une guerre entre la Russie et l’alliance turco-arabe. Pour la Russie, il est impensable de laisser un avion turc pénétrer dans l’espace aérien syrien… Pour Bachar Al Assad, cela constituerait une invasion.
2°) Soit il y a eu un accord entre l’alliance turco arabe et le bloc russo-syrien sur une scission de la Syrie entre une zone formant un triangle Lataquié, Alep et Damas qui formera un nouveau pays regroupant, Allaouites, Chrétiens, Druzes et le reste de la Syrie qui deviendrait un Sunnistan, les pétromonarchies s’occupant de mener une pseudo guerre contre les rebelles qui s’évanouiront en réalité dans la nature et réapparaitrons dans une autre zone du globe plus tard. Pour les turco-arabes, cela aurait l’intérêt de pérenniser les gains territoriaux. Pour les Russo-syriens, cela permettrait de finir une guerre civile sanglante avec une position favorable. Par contre, le lieu de réapparition des djihadistes quelques mois plus tard pourraient bien se révéler être la Russie. En effet, on a notamment observé des liens entre des géorgiens et les djihadistes, une transplantation en Ossétie, au Daghestan ou en Tchétchénie, ne serait pas à exclure…. Les Kurdes seraient dans ce scénario les cocus de l’histoire, courageux dans la bataille contre les djihadistes, ils se retrouveraient minoritaires dans un pays sunnite et seraient écrasés par la Turquie au passage.

L’avenir nous dira ce qu’il en est, si les pétromonarchies gagnent leur « guerre » contre l’état islamique en tirant 3 coups de feu (alors qu’ils n’arrivent à rien au Yémen…) , nous saurons à quoi nous en tenir.

Par contre, si l’objectif des pétromonarchies est de rentrer en guerre avec la Russie, nous le saurons également très vite. Des accrochages apparaitront et une situation de guerre de fait apparaitra. Une réaction forte de la Russie engagera probablement l’OTAN, rappelons que la Turquie est l’une des principales forces militaires de l’OTAN et que la France a signé un accord de défense avec les Emirats arabes unis dans lequel elle s’engage à défendre l’EAU par TOUT ses moyens militaires en cas d’agression.

Bien que le ton soit descendu entre le Russie et l’OTA N, on peut noter que l’OTAN procède à des positionnements de troupes à des endroits qui seraient clefs en cas de conflit avec la Russie et que l’Arabie saoudite se prépare à une guerre d’ampleur:
1°) L’OTAN vient d’annoncer qu’elle allait envoyer une flotte entre la Turquie et la Grèce pour empêcher le flux de migrants d’atteindre l’Europe… en cas de conflit cette flotte serait opportunément positionnée pour bloquer la sortie de la flotte russe de la mer noire….

2°) L’OTAN déploie des troupes de plus en plus nombreuses en Europe de l’Est, même sans pénétrer en Russie, si ces troupes tentaient d’écraser les rebelles en Ukraine, cela créerait un danger dans l’environnement immédiat de la Russie qui l’obligerait à concentrer des troupes sur sa frontière ouest et donc l’empêcherait d’en envoyer en Syrie.
3°) Un nombre indéterminé d’avions de chasse et bombardiers saoudiens sont déjà positionnés sur la base d’Incirlik en Turquie, cette base est également une base de l’OTAN, on voit mal la Turquie ouvrir cette base aux troupes saoudiennes sans un accord otanesque.
4°) On notera que la France manquait de bombe à guidage laser car l’Arabie saoudite achète actuellement l’intégralité de la production mondiale et que la France a vendu les 2/3 de ses stocks à l’Arabie Saoudite… Officiellement ces achats compulsifs de bombes visent à fournir les troupes intervenant au Yémen…

Il n’est pas possible à l’heure actuelle de conclure si nous assisterons à du vaudeville ou à une vrai guerre… Le seul moment où nous le saurons sera quand au-delà des mots chacun agira réellement ou non dans le sens de son discours. Soit la montée verbale sera mutuellement consentie pour cacher un objectif commun, soit elle traduira une montée en tension réelle et extrêmement dangereuse.

Maurice Duclos

 

Le Colonel 2.0 est également sur Facebook

Illustration Le Colonel 2.0 : La Russie peut-elle bloquer une nouvelle fois un changement de régime en …
2emedu-hautrhin.over-blog.com

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Syrie… vers une guerre mondiale ou un accord secret a-t-il déjà été passé ?”

  1. Très intéressant en effet. A mettre en parallèle avec la situation plus que précaire des banques, et du pétrole de schiste américain.

    Si reflux il y a, à mon avis ce sera vers la Libye. Les djihadistes à ce stade se moquent de la Russie. Par contre depuis la Lybie, il y a l’Algérie, ainsi que des accès vers l’Italie (et Rome) et vers la France, ventre mou de l’Europe dans laquelle les frères musulmans sont déjà en train de se positionner comme tête de pont.
    La France étant une cible prioritaire (dans l’objectif de finir la conquête de l’Europe, stopée en 732, puis à Vienne en 1683.

Les commentaires sont clos.