VIDÉO. Procès du « bahutage » à Saint-Cyr : « Une mort stupide et indigne de l’institution »

« Ce n’est pas un procès entre une famille de banlieusards, d’Arabes ou de musulmans, contre l’Armée française. C’est un procès entre une famille de Saint-cyrien, contre des élèves de deuxième année qui l’ont trahi. Contre les dysfonctionnements de l’institution », clamait Rachid Hami, ce lundi 23 novembre 2020, en ouverture du procès de la mort de son frère, Jallal Hami, à Rennes.

> Lire aussi : Mort lors d’un « bahutage » à Saint-Cyr : quatre questions sur le procès qui s’ouvre à Rennes

Ce jeune incorporé, diplômé de Sciences Po, âgé de 24 ans, s’est noyé, dans la nuit du 29 au 30 octobre 2012, en tentant de traverser un étang, au cours d’une soirée de « bahutage », qui visait à transmettre « des traditions de l’école ».

Lire la suite

L’Armée française n’a pas vocation à être la putain de la République

25 juillet 2020

Puisque j’ai l’honneur d’être lu jusqu’au plus haut sommet de l’État, classé dans le premier quart des 100 blogs politiques les plus influents de France et, accessoirement, lu dans 193 pays dans le monde, j’ai souhaité aujourd’hui faire passer le message suivant : 

L’armée française n’est pas la putain de la République. L’armée française ne doit pas être un substitut de la Justice.

lecolonel.net

Pourquoi un tel message et surtout aussi fort ?

Lire la suite

«L’annulation du défilé du 14 juillet est emblématique de la perte d’un esprit guerrier»

Par Jean-Yves Lauzier – Le 18 juin 2020 – Le Figaro

« Si les vertus guerrières ne sont pas l’apanage des seuls militaires, ce sont bien les armées qui ont la responsabilité d’entretenir, de transmettre, de former et de porter ces vertus ». //JYL

Le Général Jean-Yves Lauzier est ancien commandant des écoles de l’armée de terre.


A l’image des vieillards désabusés et fourbus par les ans, les sociétés modernes doutant d’elles-mêmes se complaisent à commémorer en toute occasion, cherchant dans le passé le courage qui les fuit pour marquer le présent et préparer ainsi l’avenir des générations futures. Ces commémorations tiennent souvent de la nostalgie impuissante plus que de la fierté exaltante. Marquée par la pandémie du coronavirus et la mise à l’arrêt de la société, l’année 2020 offre de ce point de vue une occasion unique. Elle a déjà été baptisée par certains, l’année de Gaulle.

Elle marque en effet les cent trente ans de sa naissance, les quatre-vingts ans de l’Appel du 18 juin et le cinquantenaire de sa mort, incitant l’ensemble des responsables politiques, quelles que soient leurs convictions, de droite ou de gauche, à rendre hommage au fondateur de la Vème République. Mais ces commémorations seront davantage marquées par le regret d’une époque mythifiée, plutôt que par la volonté de reprendre à leurs comptes les qualités de chef que portait le général de Gaulle.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :